accueil-mdg1.gif (1380 octets)

Edition du 17/10/2017
 

 fgr15.gif (168 octets)fd15.gif (168 octets)f2dr15.gif (203 octets)

Liste de  869 déportés politiques nés ou arrêtés dans les Côtes- d'Armor

 (Dernières mises à jour: 17/10/2017 )    

Vous souhaitez compléter cette liste ou proposer un document  concernant un ou plusieurs déportés de cette liste écrivez-moi

440 ne sont pas revenus.

Liste de quelques déportés juifs dans les Côtes d'Armor  Liste des camps

camps-nazis-200.jpg (41196 octets)
AB  C  D E F  G  H I J K  L  M N  O P  Q R  S T U  V W X Y Z

Allain Albert, né le 8 juin 1920 à Guingamp (22).Transféré de Rennes à Compiègne le 29 juin 1944. Il est déporté "NN" le 28 juillet 44 de Compiègne vers Neuengamme. (matricule: 39333). Il décède le 3 mai 1945 dans la baie de Lübeck-Neustadt.

Allain Françoise, née le 5 juin 1895 à Kerity (22). Elle est déportée «NN» le 1er octobre 1942. Lieux de déportation: Aachen, Kaltenkirchen, Köln, Leipzig, Breslau, Ravensbrück, Mauthausen où elle libérée le 22 avril 1945 par la Croix-Rouge.

Allain Guy, né le 6 janvier 1926 à St-Brieuc (22). Il est déporté le 21 mai 1944 de Compiègne vers le KL Neuengamme. (matricule: 30684). Autres lieux de déportation; Fallersleben-Laagberg, Wöbbelin où il est libéré le 02 mai 1945.

Allainguillaume François, né le 28 août 1909 à  Plouezec (22). Il est déporté le 27 avril 1944 de Compiègne vers le KL Auschwitz-Birkenau ( matricule 184942). Autres lieux de déportation: Buchenwald, Flossenbürg, Flöha où il décède le 20 avril 1945.

Allainmat (dit Hervé) André, né le 1er janvier 1921 à Guingamp (22). Il est déporté «NN», à Mauthausen (matricule: 35148) (Steyr) . Rescapé des camps. .

allaire.jpg (5235 octets)ALLAIRE Lucien Fernand, né le 19 décembre 1908 à Le-Quiou (22). Comptable aux Laminoirs et Tréfileries de Paris "Société Nord". Il favorisait les maquisards en continuant à les payer après leur départ de l'entreprise (qui travaillait pour les Allemands). Arrêté le 29 avril 1944 par la Gestapo à la Poste de Saint-Brieuc, il est incarcéré au camp Margueritte de Rennes. Il se trouve dans la baraque 10 d'HEGER. Début août 1944, il monte dans le convoi de de prisonniers en partance pour l'Allemagne. Il s'évade en cours de transport à Marmagne avant Vierzon le 10 août 1944, en compagnie de Lucien Allaire, Bernier, Eugène Le Gall et Mathurin Lecoq. (Témoignage HEGER).  Source: AC 58.714.

Allanic Eugène, né le 13 juin 1891 à Plouaret (22). Arrêté le 9 février 1944 à L'Hermitage (35), il est transféré le 29 juin 44 de Rennes vers Compiègne, puis est déporté de Compiègne vers Neuengamme le 28 juillet 1944. Il décède à Ravensbrück le 14 mai 1945

Allanic Jean, né le 15 novembre 1905 à Perret-Gouarec (22). Il est déporté de Rennes par le convoi parti de Rennes début août 1944 vers Belfort, puis transféré vers Natzweiler le 26 août 1944. matricule 23810. Il décède le 15 novembre à Melk. Autre lieu de déportation: Dachau,

Allée Marie, née le 11 novembre 1914 à Plélan-le-Petit (22). Elle est déportée «NN» le 15 novembre 1943 à Aachen. Elle décède le 15 mars 1945 à Ravensbrück.

Allenou Auguste, né le 11 septembre 1919 à Saint-Quay-Portrieux (22). Arrêté alors qu'il tentait de rejoindre l'Angleterre sur le Viking. Il est déporté "NN." le 24 juin 1943 de Paris, gare de l’Est, vers Hinzert (matricule 6840). Autres lieux de déportation: Breslau, Gross-Rosen. Il est libéré à Leipzig le 18 avril 1945.

Allenou Jean, né le 7 décembre 1922 à Saint-Quay-Portrieux (22). Arrêté alors qu'il tentait de rejoindre l'Angleterre sur le Viking. Il est déporté  "NN", le 24 juin 1943 de Paris, gare de l’Est, vers Hinzert. (matricule 6841). Autres lieux de déportation: Wittlich, Breslau, Gross-Rosen où il décède le 27 décembre 1944.

Allenou Louis, né le 28 novembre 1913 à Caurel (22). Il est  transféré de Rennes le 29 juin 1944 vers Compiègne puis déporté  vers Neuengamme le 28 juillet 1944. (matricule 40182). Il décède le 3 mai 1945 dans la baie de Lübeck-Neustadt.

Allichon Louis, né le 27 février 1900 à Châtelaudrun (22). Il est déporté de Compiègne le 20 avril vers Mauthausen.(matricule 27741). Lieux de déportation: Wien-Schwechat, Mauthausen. Il décède le 15 avril 1945 à Mauthausen.

Alphant Marcelle, née le 22 décembre 1894 à Paris (75).Groupe de résistance Roger Barbe. Il est déporté «NN» le 4 novembre 1941. Lieux de déportation: Kassel, Lübeck-Lauerhof, Cottbus, Ravensbrück, Mauthausen, Bergen-Belsen. Décédée le 17 mars 1945 à Bergen-Belsen

Amis Félix, né le 16 août 1901 à Calanhel (22). Il est déporté de Compiègne le 20 avril vers Mauthausen.(matricule 27743). Il est libéré à Loibl-Pass le 7 mai 1945.

Amouret Yves, né le 6 juin 1908 à Vieux-Marché (22). Il est déporté  le 4 juin 1944 de Compiègne vers le KL Neuengamme. (matricule: 35145). Lieux de déportation: Hannover-Stöcken, Bergen-Belsen où il décède le 15 avril 1945.

 Ancelin  Pierre, né le 11 octobre 1906 à St-Aaron (22). Il est déporté le 27 avril 1944 de Compiègne vers le KL Auschwitz-Birkenau. (matricule: 184981). Autres lieux de déportation: Buchenwald, Flossenburg, Hersbruck où il décède le 2 décembre 1944.

ANDRÉ Jean.Hippolyte, Guillaume, né le 3 janvier 1910 à Dinan (22).  Célibataire, demeurant chez ses parents, 3 rue Haute Voie à Dinan. Arrêté le 12 juillet 1942 à Saint-Malo, interrogé, incarcéré et transféré à Compiègne (60). Le 25 juin 1943, Jean ANDRE est intégré à un convoi constitué de wagons à bestiaux où 999 hommes sont entassés à raison d'une centaine par wagon. Ce train part de la gare de Compiègne le jour même (ou peut être le 26) à destination de Weimar en Allemagne. C'est le 1er convoi important parti de Compiègne et parvenu directement à Buchenwald. Auschwitz milieu de 1943, la mise en œuvre du Service du Travail Obligatoire suscite l'hostilité de la jeunesse française. Certains refusent de partir et entrent dans la clandestinité. Dans certaines régions des réfractaires se rendent dans les maquis que les Allemands et la Milice s'efforcent de réduire. D'autres très nombreux, cherchent à franchir les Pyrénées pour gagner l'Afrique du Nord par l'Espagne. Les activités antiallemandes se multiplient et se développent. La répression aussi. Dans ce convoi, il y a 860 Français et 139 étrangers. 34 évasions se produisent à Chalons / Marne. Arrivés le 27 juin 1943, le trajet entre la gare de Weimar et le camp de Buchenwald se fait à pied , la gare du camp de Buchenwald n'étant pas encore construite. - Peut-on croire que la population ignorait l'existence des camps ? - Jean ANDRE, matricule 14406. Après une période dite « de quarantaine » ayant surtout pour but de commencer à « casser la personnalité », de faire apprendre les commandements allemands et le matricule dans la langue de Goethe, le 9 juillet, un transport de 350 Déportés de ce convoi, dont Jean ANDRE, est envoyé à Karlshagen, dans l'île d'Usedom, camp annexe dépendant du camp d'hommes de Ravensbrück ; en fait, ils sont exploités dans l'usine de fusées de Peenemünde, bombardée dans la nuit du 17 au 18 août 1943 par l'aviation anglaise, faisant de nombreuses victimes parmi les Déportés. Les responsables du Reich décident immédiatement le transfert de la base de fusée dans un site souterrain. Le site choisi est la colline du Kohnstein, au Sud du Harz : le camp de Dora est né. Les survivants sont renvoyés à Buchenwald et réimmatriculés. Jean ANDRE, matricule 22794 est transféré en octobre 1943 à Dora. La réputation de Dora « La dévoreuse d'hommes » n'est pas surfaite. Dans des conditions horribles de travail, de vie et de mort, les Déportés vivaient en permanence dans le tunnel, sans pouvoir sortir. Epuisé, Jean ANDRE décède le 18 janvier 1944 à l'âge de 34 ans. Sur les 999 hommes formant ce convoi au départ de Compiègne, 387 sont morts ou disparus dans les camps de concentration nazis et pour 143 autres Déportés, la situation n'est toujours pas connue en 2007. (Sources 4, 17, 34, 39,41) H 1* t ) 1 3 * Livre mémorial des déportés des Côtes d'Armor . Marie Pierre et Pierre Klein.

ANDRÉ Jean, né le 12 mai 1923 au Dallard en Trédarzec (22). Arrêté entre mai 1942 et mai 1943 au Havre (76) par les autorités allemandes, probablement en tant que Résistant. Incarcéré à Rouen (76), transféré à Compiègne. Le 28 octobre 1943, Jean ANDRE est intégré à un convoi constitué de wagons à bestiaux où 933 hommes sont entassés à raison d'une centaine par wagon. Ce train part le même jour, de la gare de Compiègne (60) à destination du camp de concentration de Buchenwald en Allemagne. C'est le 4ème grand convoi à partir de Compiègne pour la destination de Buchenwald. Les détenus sont des réfractaires au S.T.O., des Résistants des Réseaux Buckmaster et C.N.D. Castille, des membres de groupes F.T.P., de maquis comme Aigoual, des étudiants et des militaires qui cherchent à franchir les Pyrénées. Beaucoup sont arrêtés. Pendant le trajet vers l'Allemagne, une vingtaine d'évasions réussiront. Le convoi arrive à la gare de Weimar le 30 octobre, et c'est au pas de course, encadrés par les S. S. hurlant que les déportés doivent parcourir la douzaine de km pour arriver au camp de concentration de Buchenwald. Parmi les 912 Déportés de ce convoi, immatriculés à Buchenwald, Jean ANDRE, matricule 30654. Après une période dite « de quarantaine » ayant surtout pour but de commencer à « casser la personnalité», de faire apprendre les commandements allemands et le matricule dans la langue de Goethe, 81 Déportés de ce convoi sont transférés au kommando de Schônebeck et quelques-uns à Laura. 99 autres sont transférés en janvier et février 1944 à Lublin Maïdaneck et en mars à Bergen Belsen. Le 20 novembre 1943, 415 Déportés dont André Jean sont dirigés sur Dora « La Dévoreuse d'hommes ». Sur ces 415 Déportés, 110 décèdent avant le 31 mars 1944. Situé à environ 80 km de Buchenwald. La création de Dora commence le 28 août 1943. Le but : y installer une usine souterraine pour la production de fusées V2 commencée sur le site de Peenemûnde sur l'île d'Usedom au bord de la Baltique ; site bombardé et détruit dans la nuit du 17 au 18 août 1943 par l'aviation anglaise. Jusqu'à la fin du 1er trimestre 1944, les déportés vivent entièrement sous terre, le camp de surface n'existe pas. Ils travaillent et dorment dans les tunnels, sans voir le jour dans la poussière et le bruit. Ce sont des conditions extrêmes. Jean ANDRE à bout de force, épuisé, décède dans les tunnels de Dora le 6 mars 1944 à l'âge de 21 ans. Sur les 933 hommes formant ce convoi au départ de Compiègne le 28 mars 1943, 384 sont morts ou disparus dans les camps de concentration nazis et pour 120 autres Déportés, la situation n'est toujours pas connue en 2007. (Sources 4, 17, 34, 39, 41, archives de Washington, réalisé avec l'aimable concours d'Amédée LE ROUX- Source: Livre mémorial des déportés des Côtes d'Armor . Marie Pierre et Pierre Klein )

ANDRÉ Georges, né à Caouënnec (22) le 16 avril 1917. Il est déporté de Rennes début août vers Belfort (Convoi dit de Langeais), puis transféré vers Natzweiler le 26 août 1944 en provenance de Belfort. (matricule 23804).  Le 20 mars 1945, Georges ANDRE est dirigé sur Vaihingen, situé entre Karlsruhe et Stuttgart qui après avoir été sous le contrôle de Natzweiller, passe également sous celui de Dachau à compter de septembre 1944. A partir de la fin 1944, ce camp mouroir reçoit les Déportés gravement malades, épuisés, incapables du moindre travail. Déposés là, ils sont abandonnés, livrés à eux-mêmes. Les déportés ne sont plus que des moribonds, des squelettes légèrement animés. Le 7 avril 1945, le mouroir de Vaihingen est libéré par le régiment français du 3eme Régiment de Tirailleurs Algériens. Georges ANDRE ne pèse plus de 28 kg pour 1 m 65. Les survivants sont dirigés vers un hôpital à Speer et rapatrié en avion par l'aéroport du Bourget. Après le passage à l'hôtel Lutetia, Georges ANDRE rentre dans sa famille le 23 avril 1945. Après avoir partiellement récupéré la santé, il reprend son activité. Retraité, Georges ANDRE vit à Pontrieux. Sur les 278 hommes formant ce convoi au départ de Belfort le 26 août 1944, 134 sont morts ou disparus en camps de concentration nazis et pour 31 autres Déportés, la situation n'est toujours pas connue en 2007. (Sources 15, 17, 21, 34, 39, réalisé avec l'aimable concours de Georges ANDRE, Maurice PELLAN et Serge TIILY)  Source: Livre mémorial des déportés des Côtes d'Armor . Marie Pierre et Pierre Klein Autres lieux de déportation: Haslach, Vaihingen où il est rapatrié le 7 avril 1945.

ANDRÉ Marcel, né le 28 novembre 1913 à Caurel (22). Transféré le 29 juin 44 de Rennes vers Compiègne, il est déporté de Compiègne vers Neuengamme le 28 juillet 1944.( matricule: 40182). Il décède le 3 mai 1945 dans la baie de Lübeck-Neustadt

ANDRÉ Yves, Marie, né le 6 juillet 1905 à Plestin les Grèves (22). Célibataire. Tailleur d'habits. Il adhère au Parti Communiste Français pendant le Front Populaire en 1936. Il devient trésorier, puis responsable du Triangle du PCF clandestin à Plestin-les-Grèves. Recherché par la gendarmerie, il entre dans la clandestinité et se cache à Louannec (22), où il est arrêté sur dénonciation le 8.08.1943 par la police allemande. Incarcéré à la prison de Lannion puis St Brieuc et Angoulême, il s'évade à Etampes lors de son transfert pour Compiègne (60). Repris, il est conduite à Compiègne . Le 27 avril 1944, Yves ANDRE est intégré à un convoi (dit «Convoi des Tatoués») constitué de wagons à bestiaux où 1670 hommes sont entassés à raison d'une centaine par wagon. Ce train part de la gare de Compiègne dans la matinée du même jour à destination du camp d'extermination d'Auschwitz en Pologne où il arrive le 30 avril 1944 dans l'après-midi, après 4 jours et nuits de « voyage ». C'est le 3eme transport de non-Juifs à destination du camp d'extermination d'Auschwitz. La ligne de chemin de fer amenant les Déportés à l'intérieur du camp n'étant pas encore opérationnelle, le train s'arrête à Auschwitz-marchandise. Les Déportés sont d'abord parqués dans 2 blocks du camp Canada de Birkenau, sur la terre nue, tout près du complexe d'extermination chambre à gaz-crématoire IV. Après le tatouage sur l'avant-bras gauche, et le passage à la désinfection, après quelques jours, ils sont transférés au camp Bilb. Yves ANDRE, matricule 184954. Le vendredi 12 mai, un train est formé près de la porte principale du camp, il emmène 1561 de ces Déportés, à 60 par wagon vers le camp de concentration de Buchenwald en Allemagne où il arrive le 14 mai 1944. A l'arrivée à Buchenwald, après le passage à la désinfection, ils sont entassés pour la plupart au block 57 du Petit Camp. Yves ANDRE reçoit le matricule 52553. Le 24 mai 1944, 1000 Déportés de ce convoi sont envoyés au camp de concentration de Flossenbürg, les autres sont éparpillés entre le camp central et divers kommandos. Yves ANDRE est gardé au camp central. Il réussit à survivre à cet enfer. Le 11.04.1945, devant l'avancée des troupes alliées, une partie des S.S. s'enfuit. L'Organisation clandestine de Résistance du camp en profite pour prendre le contrôle, quelques heures avant l'arrivée des troupes américaines. Il est libéré, rapatrié, après le passage à l'hôtel Lutétia, il regagne les Côtes du Nord pour y retrouver sa famille. Il se marie le 2 juillet 1949 à Plufur près de Plestin les Grèves, avec Andrée Anthimie BROUDIN. Il est décédé à Morlaix (29) le 12 décembre 1987 à l'âge de 82 ans. Sur les 1670 hommes formant ce convoi parti le 27 avril 1944 de la gare de Compiègne, 822 sont morts ou disparus dans les camps de concentration nazis et pour 32 autres Déportés, la situation n'est toujours pas connue en 2007. (Sources 5, 13,17, 34, 39,41, disquette jugements. Livre mémorial des déportés des Côtes d'Armor . Marie Pierre et Pierre Klein

Andrieux Victor Louis Marie, né le 19 juin 1898 à Henon (22). . Marié le 28 septembre avec Reine, Léonie TIRLET, à Paris 19ème . Membre de la S.F.IO., arrêté comme communiste, la 1èr fois le 19 octobre 1941 à Paris par l'armée allemande, interné jusqu'au 30 mars 1942 à Compiègne. Arrêté la 2ème fois 13 juin 1943 par l'armée allemande et transféré à Compiègne. Le 25 juin 1943, Victor ANDRIEUX est intégré à un convoi constitué de wagons à bestiaux où 999 hommes sont entassées à raison d'une centaine par wagon. Ce train part de la gare de la gare de Compiègne le jour même (ou peut être le 26 -FMD) à destination de Weimar en Allemagne. C'est le 1er convoi important parti de Compiègne (60) et parvenu directement à Buchenwald. Auschwitz milieu de 1943, la mise en œuvre du Service du Travail Obligatoire suscite l'hostilité de la jeunesse française. Certains refusent de partir et entrent dans la clandestinité. Dans certaines régions, des réfractaires se rendent dans les maquis que les Allemands et la Milice s'efforcent de réduire. D'autres très nombreux, cherchent à franchir les Pyrénées pour gagner l'Afrique du Nord par l'Espagne. Les arrestations se multiplient le long de la frontière, en particulier dans les Basses-Pyrénées et les Pyrénées-Orientales. Des mouvements, de l'agitation se produisent dans les trains emmenant en Allemagne les jeunes ayant répondu à leur convocation. Les activités anti-allemandes se multiplient et se développent. La répression aussi. Dans ce convoi, il y a 860 Français et 139 étrangers. 34 évasions se produisent à Chalons / Marne. Arrivés le 27.06.1943, le trajet entre la gare de Weimar et le camp de Buchenwald se fait à pied ; la gare du camp de Buchenwald n'étant pas encore construite. - Peut-on croire que la population ignorait l'existence des camps ? - Victor ANDRIEUX, matricule 14574, maintenu jusqu'alors à Buchenwald, est transféré le 7 janvier 1944 à Dora. Il s'agit d'un camp annexe distant de 80 km de Buchenwald dont il dépend. Les Déportés y sont exploités dans des conditions inimaginables. Il décède le 22 avril 1945 avant le rapatriement à Bergen-Belsen.  Source: Livre mémorial des déportés des Côtes d'Armor . Marie Pierre et Pierre Klein

Angel Lucien, né le 12 octobre 1921 à Loc-Envel (22). Transféré de Rennes vers Compiègne le 29 juin 1944. Il est déporté de Compiègne vers Neuengamme le 28 juillet 1944. (matricule: 40361). Il décède le 13 novembre 1944 à Schwesing-Husum.

Angel Lucien, né le 5 mai 1898 à Loc-Envel (22). Transféré de Rennes vers Compiègne le 29 juin 1944. Il est déporté de Compiègne vers Neuengamme le 28 juillet 1944. Il décède le 13 novembre 1944 à Schwesing-Husum.

Angel Robert, né le 16 novembre 1926 à Loc-Envel (22). Transféré de Rennes vers Compiègne le 29 juin 1944. Il est déporté de Compiègne vers Neuengamme le 28 juillet 1944. Disparu.

Ansquer Marcel, né le 4 août 1923 à  Kérien (22). Il est déporté "NN" le 4 mai 1944 de Paris, gare de l'Est vers le  KL Natzweiler le 5 mai 1944. ( matricule: 13834).

APPRIOU Jean François, né le 4 janvier 1924 à Lannilis (29). Apprenti charcutier. Réfractaire. Domicilié rue Aribart à Chatelaudren au moment de son arrestation. Arrêté à Plédran (22) par la Gestapo le 13 juin 1944. Il participait au ravitaillement  en viande et au transport d'armes pour le maquis de Plédran et était armé d'un poignard américain. Interné à Saint-Brieuc, puis à Rennes au camp Margueritte, il se trouve dans le convoi de déportés politiques qui quitte Rennes début août 1944 en direction de l'Allemagne. Arrivé à Belfort le 15 août, il est déporté vers Natzweiler le 26 août 1944. (Matricule  23809). Autre lieu de déportation: WahinguenDachau. Décédé le 20 juillet 1945 à l'hôpital de Spire (Allemagne). Source: Caen

 Arhel Aline, née le 3 novembre 1902 à Dinan (22). Elle est déportée de Compiègne le 31 janvier 1944 vers le KL Ravensbrück. (matricule: 27312) où elle gazée le 4 avril 1945.

ARZUL Marcel Louis, né le 7 octobre 1910 à Ploubazlanec (22). Domicilié 13 rue Lecuyer à Saint-Brieux. Interné du 7 août 1943 au 26 avril 1944, pour "menées anti-nationales", il est déporté le 27 avril 1944 de Compiègne vers le KL Auschwitz-Birkenau. (matricule: 184964). Il est libéré le 7 mai 1945.

Aubert Louis alias Berger ou  Le Vally, né 7 août 1900 à Saint-Brieuc. Éditeur d'Art. Engagé volontaire en 1939 comme il l’avait fait en 1914-18. Entré dans la Résistance en janvier 1941, il renseigne l’A.S. est en liaison avec Londres par l’intermédiaire du Lieutenant Vannier dit Vincent. Il remplira pour le commandant Adolphe Vallée, les fonctions d’officier de liaison. Il sera en rapport successivement avec les commandants : Coupeau de Landéac, Branchoux, Sagazan.
En janvier 1944 prend part à l’organisation des parachutages.
En juin 1943 il a rencontré Yvon Jézéquel chef du réseau Turquoise.
Il le loge chez sa grand-mère à Saint-Brieuc , c’est par Louis et sa sœur Germaine Richard, Yvon Jézéquel rencontre Yves Le Hennaff responsable du réseau Dahlia.

Le 7 février 1944, la gestapo cerne son immeuble Louis, Ernest( le radio Neybel) et Yvon peuvent s’échapper grâce à la mère d’Yvon qui les attend en voiture à une sortie dérobée de la chambre de commerce.
En avril une souricière est montée dans le local d’émission de Rennes. Le 7 avril Louis Aubert est arrêté et interrogé par la gestapo.

Le 29 juin 1944 il est envoyé à Compiègne, il est déporté «NN» de Compiègne le 28 juillet 1944 vers Neuengamme. matricule: 39338. Refoulé sur Sandbostel le 16 avril 1945 il est libéré malade le 28 avril. Sachsenhausen famille n’a plus eu de nouvelle de lui. Il a été déclaré mort le 15 mai 1945 .
Réseaux: F.F.I., F.F.C., Armée Secrète, réseau Turquoise, mission Blavet (déc. 1943 - avr. 1944 et mouvement Libération Nord
(Source: Marc Fineltin)

Aubry de Maraumont Jean, né le 2 mars 1918 à Tréguier (22). Il est déporté NN le 27 mai 1943 de Paris, gare de l'Est vers le Hinzert le 28 mai 1943. Il est libéré le 5 mai 1945 à Mauthausen.

AUDOIN Jean alias LE FOLL Jacques, né le 13 avril 1923 à Saint-Quay-Portrieux (22). Engagé dans la Résistance et responsable de plusieurs groupes. Il est recherché par toutes les polices et gendarmeries des Côtes du Nord depuis le 13 octobre 1943, date de l’attaque du bureau de Poste de Lantic (22). Il doit quitter le département et part sur Paris. Il continue la lutte et entre dans un mouvement F.T.P.F., il est blessé au cours d’une mission près des cheminots de la gare Montparnasse le 28 avril. Arrêté par des policiers en civil, il s’enfuit, ceux-ci le poursuivent et le blessent d’une balle de 7,65 au coude gauche, rue de Vaugirard. Un médecin privé le soigne et l’héberge pendant une vingtaine de jours. Jean AUDOIN est finalement arrêté le 21 juillet 1944, 15 rue Gracieuse à Paris (75). Interrogé et incarcéré à Fresnes, transféré à Compiègne (60).Il est déporté  de Paris le 15 août 1944 de vers le KL Buchenwald (matricule: 76933). Autre lieu de déportation: Dora. Il décède à Ellrich. (BBDM)

AUDOIN Léon, né le 5 septembre 1893 à Uzerche (19) (père de Jean). Léon AUDOIN est domicilié avec sa famille, rue du Maréchal Foch à St Quay Portrieux. Il est secrétaire de la cellule du Parti Communiste Français de St Quay Portrieux et membre de la Résistance Intérieure Française depuis juin. Il est arrêté sur dénonciation, le 14 janvier1943 à St Quay Portrieux avec Jules COURAPIED et Pierre BERTHIER par la gendarmerie française d’Etables sur ordre de la Gestapo. Interrogé à la Feldkommandantur de St Brieuc, puis à la prison de St Brieuc, il est ensuite transféré le 18 janvier 1943 à Compiègne d'où il est déporté le 24 janvier 1943 vers le  KL Sachsenhausen (matricule: 58755). Autre lieu de déportation: Heinkel . Il décède à Sachsenhausen le 28 février 1945. (Source BDDM)

AUDROUIN Henri, né le 24 mars 1910 à Loudéac (22). Arrêté à Dinard le 29 novembre 1943. Il est déporté début août 1944 vers  Belfort (Convoi dit de Langeais) puis est transféré vers Natzweiler le 26 août 1944. (matricule 23811). Il s'évade le 26 avril 1945 à Orsthal (Aut) lors le l'évacuation. Autre Lieu de déportation: Dachau. Officier de la Légion d’Honneur, croix de guerre avec palme, médaille de la Résistance, médaille de la France libre, Medal of Freedom.

Auffray Yves, arrêté à Guingamp le 10 août 43,  . Il décède le  à Dachau 7

Auvret Jean, né le 5 juin 1911à Dinan (22). il est déporté de Compiègne le 18 juin 1944 et arrivé le 20 juin 1944 au KL Dachau(matricule: 72299). Rescapé des camps.

Baissiere Emile, né le 21 octobre 1887 à St-Brieuc (22). Il est déporté de Compiègne le 3 septembre vers le KL Buchenwald le 4 septembre 1943. matricule: 20739. . Il décède le  l e 17 mars 1945 à Buchenwald

Bajpai Germaine, né le 4 octobre 1894 à Dinan (22). Il est déporté «NN» en Allemagne le 19 avril 1944. Lieux de déportation: Lbn, Breslau, Ravensbruck où il est décède le 4 février 1945.

Barbot André, né le 2 décembre 1923 à Bourbriac (22). Il est déporté de Compiègne-Rethondes le 18 août vers le KL Buchenwald. (matricule: 78465). Autre lieu de déportation:  Neu Stassfurt  où il décède le 9 avril 1945.

BARON Auguste Henri Germain, né le 26 novembre 1923 à Besançon (Doubs). Clicheur-galvanosplate .  Domicilié à Paris, il est réfractaire au STO. Arrêté pour agression nocturne et menées terroristes, le 22 octobre 1943 à Dinan. Transféré le 17 décembre 1943 à Rennes. Il est dans le convoi du 3 août 1944 qui quitte Rennes vers Belfort. Présumé interné à Fribourg et Sieburg. Non identifié dans le mémorial des déportés. Décédé le 3 août 1944 ? à Rennes  .Source AC 21P 421 370.

BARRÉ Maurice, né le 11 avril 1905 à Lamballe (22). Il appartient aux FFC (Forces Françaises Combattantes) réseau Centurie et au réseau F2 Delbo Phoenix. Prêtre dans une paroisse de Dinan. Il est arrestation par la feldgendarmerie de Dinan et un civil allemand, le 13 décembre 1943, sur dénonciation de Gaudin pour activité anti-allemande, action répétée et journalière contre le départ de jeunes au STO, accueil de 8 aviateurs américains (novembre 1943). Interné du 13 décembre 1943 au 3 août 1944 à la prison Jacques Cartier de Rennes, il est dans le convoi de déportés politiques qui quitte Rennes le 2 août 1944 à destination de l'Allemagne (Convoi de Langeais). Lors du mitraillage du convoi de Langeais il refuse de s'évader pour rester auprès d’un camarde grièvement blessé. Arrivé à Belfort, il est déporté vers Natzweiler le 26 août 1944. (matricule 23812), puis est transféré à Dachau le 6 septembre 1944 par le 5ème et dernier convoi de cette journée (ce convoi transportait 307 personnes). L’abréviation figurant devant son nom est Sch (Schutzhaft.. Contrainte au travail, détention de protection, détenu politique), son matricule était le n° 103032. Décédé le 15 juin 1957. Source: AC 21P 1004000 837. Document

Barthélémy Louis, né le 15 mai 1921 à Plouha (22).  Arrêté alors qu'il tentait de rejoindre l'Angleterre sur le Viking. il est déporté "NN", le 24 juin 1943 de Paris, gare de l’Est, vers Hinzert. (matricule 6849). Autres lieux de déportation: Wittlich, Breslau, Gross-Rosen, Dora où il est libéré le 15 avril 1945.

Bastien Lecrux  Simone, née le 8 février 1921 à Reims (51). Sous-lieutenant FFI, chargée d'organiser des groupes de jeunes FTP dans le secteur de Plouaret, de septembre 1941 jusqu'à la date de son arrestation par la SPAC à Guingamp, blessée par balle, le 5 août 1943. Emprisonnée à  la prison Jacques Cartier de Rennes jusqu'en mai 1944. Déportée de Paris, gare de l’Est, et arrivée à Sarrebruck (camp de Neue Bremm) le 8 juin 1944. (matricule: 43048). Autres lieux de déportation: Ravensbrück, Leitmeritz, prison située au nord-ouest de Prague. Libérée le 10 mai 1945 à Teplitz-Schönau. Officier de la Légion d'Honneur. Document

 Batard Louis, né le 1er janvier 1921 à Plourhan (22). Il est déporté "NN" le 13 avril 1944 de Paris, gare de l’Est, vers le KL Natzweiler le 14 avril 1944. (matricule: 11855). Autre lieu de déportation: Dachau où il est libéré le 29 avril 1945.

Baudet Albert, né le 1er janvier 1924 à Saint-Quay Portrieux. Il est déporté de Pantin le 15 août 1944 vers le KL Buchenwald (matricule 77358). Il est libéré le 11 avril 1945 à Buchenwald.

BAUDOUIN Raymond, né le 19 novembre 1925 à Ploumagoar (22). Il est dans le transport parti de Rennes début août 1944 en direction de Belfort, puis est déporté vers le Natzweiler le 26 août 1944. (matricule: 23825). Il est libéré le 7 avril 1945 à Vaihingen. Autre lieu de déportation: Dachau.

Beaulès Roland, né le 27 novembre 1921 à Rouen (76). Membre du Front National. Arrêté le 29 juin 1944 à Trébrivan (22). par la milice et l'armée allemande à l'âge de 22 ans. Il est déporté  de Compiègne le 15 juillet 1944 vers Neuengamme. (matricule 37285). Lieux de déportation: Hambourg, Blummenthal, Neuengamme. Embarqué sur l'Athen, puis sur le Cap Arcona. Il est libéré dans la baie de Lübeck-Neustadt le 3 mai 1945.

 BEAUMONT Marcel , mort en Allemagne

Marcel Beaumont est né le 3 mars 1902 à Plérin (Côtes-du-Nord, Côtes-d’Armor). Monteur en fonte, en 1940,  il est engagé volontaire dans la guerre. Il  adhère au Front national début 1944 comme membre d’un groupe Franc-tireur et partisan français (FTPF). Il participe à des actes de sabotages : pylônes électriques, grues, bateaux servant aux Allemands. Lors d’une attaque à main armée d’un indicateur de la Gestapo, il est arrêté par la Feldgendarmerie à son domicile Le-légué près de Plérin, dans la nuit du 29 au 30 avril 1944. Il est interné du 30 avril 1944 au 18 mai 1944 à la prison de Saint-Brieuc, puis au camp Marguerite de Rennes. Faisant partie du convoi de Langeais, il  est dirigé sur Belfort le 3 août 1944, puis déporté le 29 août 1944 au camp de Neuengamme (Allemagne) (matricule 44060). Il est envoyé au kommando de la base sous-marine de Wilhelmshaven (matricule 47752 ou 47753). Il meurt  le 9 janvier 1945, à Wilhelmshaven, d’épuisement et de tortures  et est inhumé au cimetière de Wilhelmshaven (Allemagne). Sous-lieutenant FFI. Déporté Résistant. Croix de Guerre avec étoile d’argent. Mort pour la France.

Source: AVCC, Caen

Daniel Heudré

BECOUARN Simone, née le 30 janvier 1925 à St-Brieuc (22), demeurant rue Tronjoly à Rennes a été dénoncée par Simone G..., 23 rue de la Chalotais maîtresse de Bizeul chef du RNP,  pour distribution de tracts communistes à Saint-Brieuc. Arrêtée quelques jours avant le débarquement à St-Brieuc. Entrée à Jacques Cartier le 8 juin 1944, elle est dans le convoi parti de Rennes le 2 août 1944 à destination de l'Allemagne. Arrivée à Belfort, elle est déportée le 1er septembre vers Ravensbrück. (matricule 62802). Autres lieux de déportation: Buchenwald, Schlieben. Rescapée des camps. Décédée le 9 juillet 1997. Chevalier de la Légion d'Honneur, Croix de guerre 39-45, médaille militaire (à titre civil), médaille de la Résistance. Source: ACP 27 P6 Caen

BEGAT Maurice, né le 27 juin 1914 à Tréguier (22). Arrêté sur le territoire du IIIe Reich (hors Alsace-Moselle), il est interné au KL Dachau. (matricule: 97953). Parcours: Dachau, Mauthausen, Linz où il décède le 2 avril 1945.

 Behar  Simon, né à Perros-Guirec le 26 avril 1918. Publiciste de profession. Il est déporté de Drancy le 3 février 1944 par le convoi n°67. Mort à Auschwitz le 8 février 1944.

BELLEC Jean, né le 14 mai 1926 à Ploujean (29). Domicilié à Lantic au moment de son arrestation le 15 octobre 1943 par la gendarmerie d'Étables (22, suite à une attaque de la Poste de Lantic. Il faisait partie d'un groupe de résistants dirigé par Jean Audouin. Il est déporté de Rennes début août 1944 vers Belfort, puis est transféré vers Neuengamme le 29 août 1944. (Matricule: 43601). Autres lieux de déportation: Hambourg, Sandbostel. Revenu.

BELLEC Jean-Yves, arrêté à l’âge de 16 ans

Jean-Yves Bellec est né le 14 mai 1926 à Ploujean (Côtes-du-Nord, Côtes-d’Armor). Étudiant, célibataire, il est arrêté le 15 juin 1942  et incarcéré deux mois à la prison de Saint-Brieuc, suite à  la condamnation par le tribunal de la Feldkommandantur, pour propagande communiste et détention de tracts. Il est ensuite impliqué dans une attaque du bureau de Poste de Lantic, le 13 octobre 1943. Fils du Receveur, Jean-Yves Bellec, membre d’un groupe de Résistance, est considéré comme l’un des auteurs, renseignant Jean Audoin, Eugène Cornaly, Joseph Darsel. Bellec est arrêté le 15 octobre 1943, par la gendarmerie d’Étables, livré à la Gestapo de Saint-Brieuc, puis enfermé à la prison  Cartier, de Rennes. La ville étant libérée le 4 août 1944, les Allemands évacuent les prisons le 2 août au départ de Courrouze et le 3 août au départ de la Prévalaye. Les résistants sont rassemblés et embarqués dans des wagons à bestiaux, Jean-Yves Bellec en fait partie. Belfort est le lieu de transit, en raison de la paralysie des centres de regroupement habituel. Saint-Mars du Désert, puis Langeais sont des lieux d’évasion, en raison de l’immobilisation du train et du mitraillage par des avions anglais. Le convoi arrive le 15 août 1944 à Belfort. Les détenus sont enfermés au Fort Hatry et quittent Belfort pour le camp de Neuengamme. Déporté le 30 août 1944, Bellec a le matricule 43601.  Devant l’arrivée des troupes alliées, le camp est évacué sur Sandbostel, kommando de Neuengamme. Bellec est rapatrié en France après le passage à l’hôtel Lutétia, de Paris. La période de déportation reconnue s’étend du 30 août 1944 au 29 mai 1945. Il décède le 7 février 1967, à Nice et enterré comme indigent, et selon un courrier de sa fille Jocelyne Bellec, laissant dans l’inquiétude sa propre famille, par suite d’une addiction à l’alcool et d’une incapacité à travailler, sans doute consécutives à deux ans de déportation.

Source: AVCC, Caen
Daniel Heudré

 Belloir Auguste, né le 16 novembre 1913 à l'Ile-de-Bréhat (22). Il est déporté  de Compiègne le 27 janvier 1944 vers le KL Buchenwald (matricule: 44231). Autres lieux de déportation: Dora (Ellrich), Bergen-Belsen où il est libéré le 15 avril 1945.

Belot Juliette, né le 28 septembre 1906 à St-Servais (22). Il est déporté  de Paris, gare de l’Est, le 13 mai 1944 vers le KL Ravensbrück.(matricule: 38776) .Autre lieu de déportation: Neuengamme. Rescapé des camps.

BERDER Charles, né le 26 août 1919 de Rennes. Résidant, 71 rue de la Palestine à Rennes, biscottier. Résistant dénoncé par Geffroy et Botros (Deux membres du Bezen Perrot). Il est arrêté le 29 juillet 1944. Frappé à coups de nerf de bœuf par Péresse, chef des opérations du Bezen Perrot au SD. Écroué à Jacques Cartier, il est condamné aux TF à perpétuité. Le 3 août il est dans le convoi de déportés qui quitte Rennes à destination de l'Allemagne (Convoi de Langeais), il est libéré le 27 août 1944 à Belfort. Source: ACP 27 P6 Caen.

BERDER Charles, né le 26 août 1919 de Rennes. Résidant, 71 rue de la Palestine à Rennes, biscottier. Résistant dénoncé par Geffroy et Botros (Deux membres du Bezen Perrot). Il est arrêté le 29 juillet 1944. Frappé à coups de nerf de bœuf par Péresse, chef des opérations du Bezen Perrot au SD. Écroué à Jacques Cartier, il est condamné aux TF à perpétuité. Le 3 août il est dans le convoi de déportés qui quitte Rennes à destination de l'Allemagne (Convoi de Langeais), il est libéré le 27 août 1944 à Belfort. Source: ACP 27 P6 Caen.

BERGEMANN née PIRO Henriette Marie Yvonne, née le 23 février 1902 à Dinan (22). Hôtelière (Hôtel d'Angleterre à Dinan). Agent SR  du réseau Centurie (Jean Morin, transporteur à Cassepot en Dinan et le recteur de Meslin (C.du N.) Maurice Barré) à partir du 1er août 1942, du réseau Jade-Amicol. État-major Interallié en octobre 1943 (Lt Colonel Matlin, Ct la cavalerie de la Garde républicaine à Paris et le Colonel Ollivier, chef de réseau).  Activités résistantes: Établissement de fausses cartes d'identité, renseignements d'ordre militaire: camp d'aviation de Dinard, emplacements des hangars, dépôts d'essence et de munitions, hébergement de réfractaires et de pilotes alliés. Arrêtée le 8 mai 1944 avec son mari, elle se trouve dans le convoi parti de Rennes le 2 août 1944 en direction de Belfort (convoi dit de Langeais). Elle est libérée le 27 août 1944 à Belfort. Homologuée au grade de sous-lieutenant. Croix de guerre à l'ordre de la division. Étoile d'argent. Medal of Free américaine du 5 juillet 1947. Certificat Service du Maréchal Montgomery du 6 mai 1946. Source: ADIV 6ETP2 31

BERGEMANN Walter Frédéric Émile, né le 14 mai 1889 à Berlin (Nationalité allemande en cours de naturalisation). Hôtelier de l'hôtel d'Angleterre à Dinan. Agent  SR du réseau Centurie (Jean Morin, transporteur à Cassepot en Dinan et le recteur de Meslin (C.du N.) Maurice Barré) à partir du 1er août 1942., du réseau Jade-Amicol. État-major Interallié en octobre 1943 (Lt Colonel Matlin, Ct la cavalerie de la Garde républicaine à Paris et le Colonel Ollivier, chef de réseau).  Activités résistantes: Établissement de fausses cartes d'identité, renseignements d'ordre militaire: emplacement des troupes, effectifs et mouvements, renseignements avec dessins sur les chars Tigre et Panthère. Arrêté avec sa femme à l'hôtel d'Angleterre le 8 mai 1944. Il se trouve dans le convoi parti de Rennes le 2 août 1944 en direction de Belfort. Il est libéré le 28 août 1944 à Belfort. Distinctions: Croix de guerre à l'Ordre de la Brigade. Étoile de bronze, Medal of Freedom (américaine) du 5 juillet 1947, . Certificat Service du Maréchal Montgomery du 6 mai 1946. Source: ACP 27 P6 Caen. ADIV 6ETP2-31

 

BERNARD Marie est née Lebour, le 11 août 1887 à Kermoroc’h (Côtes-du-Nord, Côtes-d’Armor). Demeurant au bourg de Squiffiec (Côtes-du-Nord), elle rejoint la Résistance en novembre 1943. Elle héberge et nourrit des membres et des chefs de la Résistance régionale. Elle assure également le camouflage et le transport d’armes. Dénoncée, elle est arrêtée le 10 mai 1944, à Squiffiec,  le lendemain de l’interpellation de son fils, membre d’un maquis dirigé par un nommé Jourand ( ?), dit Pierrot. Incarcérée, elle subit de nombreux interrogatoires, mais elle refuse de livrer les membres qu’elle connait. Transférée à Rennes, elle est incorporée au convoi de déportés politiques, parti de Rennes  le 2 août 1944 en direction de Belfort ((convoi dit de Langeais).. Libérée le 27 août 1944 à Belfort, elle se réfugie à Giromagny. Elle est rapatriée le 24 décembre 1944 à Giromagny (Territoire de Belfort). Elle décède le 8 avril 1972 à Pabu. Internée résistante. Croix de Guerre avec étoile de bronze. Elle décède le 8 avril 1972 à Pabu (Côtes-du-Nord, Côtes d’Armor).

Source: AVCC,Caen

Daniel Heudré

Bernard / Lahaie Jeannine, né le 15 novembre 1926 à St-Brieuc (22). Elle est déportée de Paris, gare de l’Est, vers le Sarrebruck (camp de Neue Bremm) le 8 juin 1944 (matricule: 43049). Autres lieux de déportation: Ravensbrück, Leipzig. Il est libéré en mai 1945.

Berteuil Alfred, né le 1er mai 1923 à Tréverec (22). Arrêté lors de l'incendie d'une caserne de gendarmerie par les Allemands, il est arrêté  avec Henri Schmidt, interprète; Bidan, vétérinaire;et Thomas. Il est dans un des deux derniers convois qui quittent Rennes début août 1944 en direction de l'Allemagne. Arrivé à Belfort, il est transféré vers le KL Neuengamme le 29 août 1944.(matricule 43707). Il est libéré le 29 avril 1945 à Sandbostel.

Bertrand Joseph, né le 5 avril 1890 à Rennes (35). Marié, 3 enfants. Hôtelier à St-Nicolas-du-Pelem (22), il est arrêté le 16 mai 1944.Transféré de Rennes vers Compiègne le 29 juin 1944, il est déporté de Compiègne vers Neuengamme le 28 juillet 1944.( matricule 40169). Il décède le 9 décembre 1944 à Neuengamme.

Bertrand Michel, né le 25 novembre 1924 à St-Nicolas-du-Pelem (22). Transféré de Rennes vers Compiègne le 29 juin 1944. Il est déporté de Compiègne vers Neuengamme le 28 juillet 1944. Il décède le 13 avril 1945 à Sandbostel.

Bescond Armand, né le 8 août 1925 à Longuivy-Plougras (22). Transféré de Rennes vers Compiègne le 29 juin 1944. Il est déporté de Compiègne vers Neuengamme le 28 juillet 1944.( matricule: 40367). Il décède le 30 novembre 1944 à Dachau.

besnard.jpg (14895 octets)Besnard Maurice, né le 21 novembre 1919 à Dol-de-Bretagne (35). Ajusteur. Arrêté le 4 mai 1944 à Saint-Brieuc où il réside. Il se trouve dans le convoi de prisonniers parti de Rennes début en direction de Belfort. Il s'évade en cours de transport à Langeais le 6 août 44.

 

Bestaux Alphonse, né le 23 avril 1913 à Planguenoual (22). Il est déporté le 24 janvier 1943 de Compiègne vers le 25 janvier au KL Sachsenhausen. (matricule: 58757).  Autres lieux de déportation: Speer, Heinkelk, Klinker. Il est libéré le 5 mai 1945.

BETFERT Marie Joseph Jean Louis, né le 11 mars 1902 à Henanbihen (22). Marié, 2 enfants. Militaire de carrière. Résidant à Saint-Malo. Arrêté à Rennes le 1er septembre 1943, il est déporté le 27 avril 1944 de Compiègne vers le KL Auschwitz-Birkenau (Matricule 185077). Il reçut avec les autres détenus, une boule de pain et un saucisson avant que tous soient entassés dans les 17 wagons qui composaient le convoi qui devait rallier Compiègne à la Pologne. Ce train sans retour, dit 'Convoi des Tatoués', y arriva le 30 avril suivant après trois nuits épouvantables de transport durant lequel près de 60 personnes périrent par manque d'air, de peur où d'angoisse. Le convoi fit halte le long d'un quai situé en rase campagne, à environ 2 kilomètres du camp d'Auschwitz/Monowitz. Ici les prisonniers descendirent des wagons et rejoignirent, à pied, le plus grand camp allemand de concentration et d'extermination où, ils furent immédiatement tatoués. Le lendemain 1er mai il fut recensé 1652 déportés dont 1580, y compris Marie Betfert, furent du 12 au 14 mai suivant transférés de la Pologne vers l'Allemagne dans le camp de Buchenwald. De là, 1000 détenus avec Marie Betfert rejoignirent, le 25 mai 1944, le camp de Flossenbürg. Le 15 juin suivant, Marie Betfert fut incorporé dans un groupe de détenus envoyé dans le camp d'Hersbrück, situé à environ 120 kms de Flossenbürg. Le voyage dura près de 24 heures, sans commodités.  C'est ici que s'acheva le parcours de Marie Betfert qui fut forcé, durant, près de huit mois, à travailler pour la construction d'une usine d'armement souterraine jusqu'à l'épuisement qui le fit décéder, âgé de 43 ans, le 4 février 1945.Autres lieux de déportation: Buchenwald, Flossenburg, Hersbruck où il décède le 4 février 1945. Sources: Ref Mémorial Déportés : Partie I, liste n°206. (I.206.). Texte J.O.R.F. : Betfert (Mary, Joseph, Jean, Louis), né le 11 mars 1902 à Henanbihen (Côtes-du-Nord), décédé le 4 février 1945 à Hersbrück (Allemagne). Carphaz.com

Bezancon Yvonne, né le 18 juillet 1913 à Dinan (22). Il est déporté  de Compiègne le 31 janvier 1944 vers le KL Ravensbrück (matricule: 27337). Rescapé des camps.

Bidault Louis, né le 21 février 1921 à Plélo (22). Arrêté sur le territoire du IIIe Reich (hors Alsace-Moselle). Il est interné à Dessau où il s'évade le 9 mars 1945.

Bidault Yves, né le 13 novembre 1918 à St-Gilles-des-Bois (22). Arrêté sur le territoire du IIIe Reich (hors Alsace-Moselle). Il est interné à Dessau où il décède en mars 1945.

 Bizouarn Louis, né le 24 mars 1925 à Trebrivan (22). Il est déporté le 15 juillet 1944 de Compiègne vers le KL Neuengamme. (matricule: 36906).  Rescapé des camps.

Blanchet Querel Marie, né le 6 décembre 1924 à St-Brieuc (22). Elle est dans le convoi parti de Rennes le 2 août 1944 en direction de Belfort. Elle s'évade lors du transport à St-Pierre des Corps le 7 août 1944.

Blangy Pierre, né le le 17 septembre 1922 à Paramé (35). Elève pilote.19 ans. Parti de la baie de La-Fresnaye (22), il est arrêté à 50 km au nord-ouest de Guernesey, le 13 février 1941, il est déporté le 28 avril 1941. Libéré le 28 avril 1945 à Sieberg. Autres lieux de déportation: Düsseldorf, Köln et Littringhausen.Document

Bleuven Henri Jean Baptiste, né le 17 mars 1897. Garde maritime, il habite Dinard pendant la guerre avec sa femme et ses trois enfants. Il favorise les départs de volontaires pour rejoindre les forces françaises livres en Angleterre par voie de mer. Arrêté le 17 février 1941 à son domicile par la police militaire allemande, il est interné à Saint-Malo puis Saint-Lô. Jugé par un tribunal militaire dans la Manche qui le condamne à quatre années de travaux forcés, il est accusé d’intelligence avec l’ennemi. Transféré à Caen puis vers le fort de Villeneuve Saint-Georges, il est envoyé dans des prisons en Allemagne le 23 septembre 1943, à Rheinbach puis Siegburg. Il est libéré le 10 avril 1945. Il a obtenu le titre de déporté résistant.

Bloch Charles, né le 1er avril 1908 à Ploubazlanec (22). Il est déporté «NN» le 24 janvier 1943 de Compiègne vers le KL Sachsenhausen. Lieux de déportation: Karlsruhe, Rheinbach, Sonnenburg , Wolfenbüttel, Brandenburg-Görden où il libéré le 27 avril 1945.

 Boca Jacques, né le  20 septembre 1922 à Plounevez- Moëdec (22). Il est déporté le  21 mai 1944 de Compiègne vers le KL Neuengamme. (matricule: 31621). Autres lieux de déportation:  Fallersleben-Laagberg, Wöbbelin où il est libéré le 2 mai 1945.

Boizard François, né le 13 novembre 1918  (22). Il est déporté "NN" de Paris, gare de l'Est le 15 avril 1943 vers Hinzert. Lieux de déportation: Wilhelmshaven, Breslau, Gross-Rossen, Dora où il décède le 11 février 1945 à 24a.

Boizard  Jeanne, née le 4 mars 1914 à St-Gilles-des-Bois (22). Déportée  NN le 13 avril 1943.  Lieux de déportation:Aix-la-Chapelle, Breslau, Ravensbrück, Mauthausen. Il décède  à Annecy le 31 mai 1945 à 28 a avant le rapatriement.  

 Bonenfant Marie, né le 8 août 1899 à Notre-Dame-du-Guildo (22). Elle est déportée de Paris, gare de l’Est, vers le Sarrebruck (camp de Neue Bremm) le 8 juin 1944. (matricule: 43051). Elle décède à Ravensbrück.

Boleat Auguste, né le 17 août 1921 à Trégorn (22). Il est déporté de Rennes début août 1944 vers Belfort (convoi dit de Langeais), puis est transféré le 29 août 1944 vers Neuengamme.( matricule 43943). rescapé des camps

Boncors Auguste, né le 25 mai 1905 à Rostrenen (22). Il est déporté le 27 avril 1944 de Compiègne vers le KL Auschwitz-Birkenau (matricule: 185108). Autres lieux de déportation: Buchenwald, Dora. Rescapé.

Bonnot Aristide, né le 14 juin 1895 à Perros-Guirec (22). Transféré de Rennes vers Compiègne le 29 juin 1944. Il est déporté de Compiègne vers Neuengamme le 28 juillet 1944. matricule 40328. Il décède le 29 novembre 1944 à Hamburg.

Bonny Joseph, né le 28 juin 1892 à Tredrez (22). Il est déporté de Compiègne le 22 janvier 1944 vers le KL Buchenwald. (matricule: 42190) où il décède le 20 mars 1945.

BORGES Yves, né le 30 septembre 1925 à Lanvollon (22).  ( pour lire la suite)

BOUFFANT Marcel, né le 14 juin 1925 à Lanvellec (22). Transféré de Rennes vers Compiègne le 29 juin 1944. Il est déporté "NN" de Compiègne vers Neuengamme le 28 juillet 1944. (matricule 39369). Disparu. (Témoignage d'Émile MAINGUY)

BOUFFANT Roger, né le 3 janvier 1924 à Lanvellec (22). Il est déporté de Compiègne-Rethondes le 18 août vers le KL Buchenwald. (matricule 78819). Autre lieu de déportation:  Neu Stassfurt. Non revenu.(Témoignage d'Émile MAINGUY)

Bougeant Armand, né le 16 mars 1925 à Callac (22). Transféré de Rennes vers Compiègne le 29 juin 1944. Il est déporté de Compiègne vers Neuengamme le 28 juillet 1944. (matricule: 39926) .Il décède le 24 février 1945 à Kaltenkirchen.

BOUGAULT née FESTOC Berthe, née le 30 avril 1896 à Roz-Landrieux (35). Mariée, 2 enfants. Elle faisait partie du maquis de Plédéliac. Arrêtée à Plédéliac (22) le 19 décembre 1943. Déportée " «NN» " de Paris le 6 avril 1944 vers la prison d’Aix-la-Chapelle, puis transférée au KL Ravensbrück le 4 ou le 7 mai 1944. (matricule 37865). Décédée le 1er avril 1945 à Bergen-Belsen. Autre lieux de déportation: Mauthausen. ADIV 167 J.

Boujeant Alexis, né le 11 février 1907 à Plestin-les-Grèves (22). Il est déporté le 22 juillet 1944. Lieu de déportation: Karlsruhe, Wolfenbüttel où il est libéré le 11 avril 1945.

Bouget Jean, né le 1er mars 1914 à Pedernec (22). Il est déporté de Compiègne-Rethondes le 18 août vers le KL Buchenwald. (matricule: 81432) Autre lieu de déportation: Witten-Annen où il est libéré le 1er avril 1945.

Bourbon (Marcel, Auguste), né le 21 janvier 1893 à Morlaix (29). Domicilié à Dinan (22), il est arrêté le 14 janvier avec Francis Sorin, Pierre Leroy, Albert Desnos, André Passemard et Paul Contour à Dinan par les gendarmes français. Transféré à Saint Brieuc, il est déporté le 24 janvier 1943 de Compiègne vers le KL Sachsenhausen. (matricule: 58645). Son parcours: Heinkel, Ravensbrück, Sachsenhausen, Buchenwald . Il décède en décembre 1944 en déportation en All. (Source JO: 67-19 mars 1995).

Bourges Jean , né le  13 janvier 1914 à St-Brieuc (22). Il est déporté le 21 mai 1944 de Compiègne vers le KL Neuengamme. (matricule: 30736). Autres lieux de déportation: Watenstedt-Salzgitter , Ravensbrück où il est libérée le30 avril 1945.

Boutbien Léon, né le 25 février 1915 à Paris (75) . Il est déporté «NN», le 11 juillet 1943 de Paris, gare de l’Est, vers le KL Natzweiler le 12 juillet 1943. matricule:4463.  Lieux de déportation:  Schömberg , Natzweiler (Erzingen ), Dachau. Il est libéré le  30 avril 1945 à Allach

BOYER Alfred, né le 12 mai 1919 à Saint-Quay-Portrieux (22). Arrêté alors qu'il tentait de rejoindre l'Angleterre sur le Viking. Il est déporté "NN" le 24 juin 1943 de Paris, gare de l'Est  vers Hinzert. (matricule 6850). Autres lieux de déportation: Wittlich, Breslau, Gross-Rosen où il décède le 5 janvier 1945.

 

 Brandet Marie, née le 28 mars 1896 à Guingamp (22). Elle est déporté de Paris, gare de l’Est, le 13 mai 1944 vers le KL Ravensbrück. (matricule: 38796). Autre lieu de déportation: Leipzig. Rescapé des camps.

Brehault Louis, né le 31 juillet 1912 à Evran (22). Il est déporté de Compiègne-Rethondes le 18 août 1944 (matricule: 78784).  Autre lieu de déportation: Neu-Stassfurt. Il décède le 16 avril 1945 à Oberaudenhain.

Briand Eugène, né le 22 juillet 1903 à Plouasne (22). Il est déporté de Compiègne le 16 avril 1943 vers le KL Mauthausen le 18 avril 1943. matricule: 26923. Autre lieu de déportation: Gusen. Il décède  le 13 mai 1945 avant le rapatriement.

 Briand Félix, né le 16 juillet 1905 à Lanrelas (22). Il est déporté de Compiègne-Rethondes le 18 août vers le KL Buchenwald (matricule: 78492). Il  décède le 25 mai 1945 avant le rapatriement.

Briand Henri, né le 22 juillet 1903 à Plouasne (22). Transport parti de Compiègne le 16 avril 1943 vers le KL Mauthausen le 18 avril 1943. matricule 26923. Il décède le  le 13 mai 1945 avant le rapatriement.

Briand Louis, né le 13 février 1901 à Trezeny (22). Il est déporté  de Compiègne le 6 juillet 1942 vers le KL Auschwitz où il décède le  23 août 1942.

Briand Yves, né le 15 juin 1922 à Trélevern (22).  Domicilié à Trélévern. Instituteur à Pommerit-le-Vicomte. Il est arrêté le 23 novembre suite à l'attaque de la Poste de Lantic pour avoir aider à s'échapper les frères AUDOIN. Il est déporté de Compiègne le 6 avril 1944 vers KL Mauthausen. (matricule: 62031). Lieux de déportation: Melk, Ebensee où il est libéré le 6 mai 1945.

BRIEND Eugène, né le 17 juin 1916 à Plérin (22). Requis pour le STO il travaille chez Junkers à Dessau (Allemagne). Il obtient une permission avril 1943 pour rendre visite à sa mère malade et refuse de repartir en Allemagne. Le 2 décembre 1943, Eugène BRIEND est arrêté par la Gestapo. Emmené à la gendarmerie de Moncontour puis emprisonné le lendemain au quartier allemand de la maison d'arrêt de Saint-Brieuc. Identifié comme réfractaire au travail obligatoire et trouvé en possession de plusieurs fausses cartes d'identité, Eugène BRIEND est transféré le 13 décembre 1943 au camp Margueritte à Rennes. Il est transporté dans le convoi parti de La Prévalaye à Saint-Jacques-de-la-Lande le 3 août 1944. Il arrive à Belfort le 15 août 1944 et est interné au fort du Hatry. Il est déporté par le convoi du 29 août 1944 à destination du camp de concentration de Neuengamme (Allemagne), matricule 43739. Il est affecté le 1er octobre 1944 au Kommando de Watenstedt-Salzgitter qui travaille pour les aciéries Stahlwerke Braunschweig (fabrication de munitions). Il décède le 8 mars 1945 à Hambourg au camp de concentration de Neuengamme. Biographie

Briot Eugène, né le14 novembre 1915 à Corseul (22). Résistant depuis janvier 1943. FTPF à Tréviou. Il est déporté le 8 mai 1943 de Compiègne vers le KL Sachsenhausen..( matricule: 66424). Evadé lors de l'évacuation de Berlin le 22 avril 1945. ADIV 167 J32/2

Brochen (Mlle)  . Elle décède peu après sa libération.

Boyer Alfred, né le 12 mai 1919 à St-Quay- Portrieux (22). Il est déporté  NN, le 24 juin 1943 de Paris, gare de l’Est, vers le Hinzert le 25 juin 1943. matricule 6850. Lieux de déportation:Wilhelmshaven,  Breslau, Gross-Rosen.  Il décède le  le 05 janvier 1945 à Gross Rosen

Briand Louis, né le 13 février 1901 à Trezény (22). Il est déporté le 6 juillet 1942 de Compiègne vers le Auschwitz. (matricule: 45301) où il décède le 23 août 1942.

 Briand Yves, né le  15 juin 1922 à Trelevern (22). Il est déporté  de Compiègne le 6 avril 1944 vers le KL Mauthausen. (matricule: 62031). Autres lieux de déportation:  Melk, Ebensee où il est libéré le 6 mai 1945.

Briand Félix, né le 16 juillet 1905 à Lanrelas (22). Il est déporté de Compiègne-Rethondes le 18 août 1944 (matricule: 78492). Il décède le 25 mai 1945 avant le rapatriement.

Briot Eugène, né le  14 septembre 1915 à Corseul (22). Il est déporté le 8 mai 1943 de Compiègne vers le KL Sachsenhausen. (matricule: 66424). Autres lieux de déportation:  Klinker, Lichterfelde, Köpenick. Il s'évade le 22 avril 1945 à Berlin lors de l'évacuation.

Broisin Francis, né le 5 février 1926 à Pledeliac (22). Il est déporté de Compiègne le 27 janvier 1944 vers le KL Buchenwald. (matricule: 43811). Autres lieux de déportation: Dora, Ellrich. Rescapé des camps.

 Broisin Francis, né le 13 avril 1893 à Lescouët-Jogon (22). Il est déporté de Compiègne le 27 janvier 1944 vers le KL Buchenwald. (matricule: 43810). Autres lieux de déportation: Dora, Bergen-Belsen où il décède le 13 avril 1944.

Brouste Lucien, né le 10 janvier 1894 à Penvenan (22). Il est déporté  le 4 juin 1944 de Compiègne vers le KL Neuengamme. Autres lieux de déportation: Sachsenhausen, Buchenwald où il est libéré le 11 avril 1945.

Burel Pierre, né le 16 mai 1902 à Nizon (29). Il est déporté le 26 avril 1943. Son parcours: Freiburg-im-Breisgau, Stuhm où il est libéré le 28 mars 1945.

Burlot Jean Baptiste, né le 22 juin 1901 à St-Brieuc (22). Il est déporté le 22 août 1942. Lieux de déportation: Karlsruhe, Wolfenbüttel où il est libéré le 4 mai 1945.

Burlot Théodore, né le 03 août 1914 à Saint-Gelven (22).A été victime de la dénonciation de Mathilde Carré, dite la "chatte", qui était la secrétaire de Czerniawski, chef du réseau F2, inter-allié. Il est déporté NN le 30 août 1942 de la gare de l'Est vers Sarrebruck (camp de Neue Bremm) , puis transféré à Buchenwald. matricule 7257 (Buchenwald). Il est libéré le 11 avril 1945 Buchenwald .

Burlot Yves, né le 1er décembre 1911 à Saint-Brieuc (22). Il entre dans la Résistance de la S.N.C.F. de Rennes en février 1941, diffuse la presse clandestine et assure le recrutement d'adhérents pour la Résistance parmi les cheminots de Rennes. Il est arrêté par la SPAC à Rennes le 9 décembre 1943. Incarcéré à la prison Jacques Cartier du 9 au 24 décembre 1943, puis à Laval du 24 décembre 43 à mai 1944, passe quelques jours à Angers pour être transféré à Compiègne où il est déporté le 4 juin 1944 vers le KL Neuengamme. Lieux de déportation: Wattensted puis Ravensbrück où il décède le 10 avril 1945

          h-b.gif (328 octets)

AB C  D E F  G  H I J K  L  M N  O P  Q R  S T U  V W X Y Z

 

Document établi   à partir de listes du Journal Officiel

Mémorial des déportés de France
Autres sites à visiter:
Les déportés morts pour la France: http://compaqnet.ifrance.com/gerre/
  et Legifrance: http://www.legifrance.gouv.fr/

Ces listes sont incomplètes et peuvent comporter des inexactitudes. Les personnes pouvant relever des erreurs ou donner des informations complémentaires sont invitées à le faire savoir.

  accueil-mdg1.gif (1380 octets)

Contact de l'administrateur du site

Nombre de visites:  un compteur pour votre site