Vous souhaitez compléter cette liste ou proposer un document  concernant un ou plusieurs déportés de cette liste Pour m'écrire memoiredeguerre35@yahoo.fr

04/06/2017

accueil-mdg1.gif (1380 octets)

plan-du-site.gif (1231 octets)

Liste des déportés arrêtés en Ille-et-Vilaine


A  B  C  D  E  F G   H I J K   L  M N  O P  Q R  S T U  V  W X Y Z
 

Arrêtés ou nés en Ille-et-Vilaine - Déportés juifs arrêtés dans le département   Classement   par commune
  Statistiques  Les lieux de déportation

dr-b.gif (310 octets)

SACLEUX Maria, née le 5 janvier 1903 à Tinténiac (35). Agent P2 du réseau Ker, elle est arrêtée le 5 avril 1943 à Rennes par la Gestapo, pour détention d'un poste émetteur et pour avoir secouru des aviateurs alliés. Emprisonnée successivement à Rennes puis à Fresnes, elle est déportée NN le  17 février 1944. Lieux de déportation: Ravensbrück, Breslau, Aachen, Gratlitz (Ce kommando établi en 1944 dans l'ancienne Tchécoslovaquie, reçoit surtout des femmes pour travailler dans l'usine d'appareillage d'aviation H. Göring). Libérée en avril 1945 à Zwodau. Source: ADIV 6ETP2/73.

SACLEUX Zéphir, né le 20 décembre 1881 à Lozinghem (Pas-de-Calais). Commerçant. Agent P2 du réseau Ker, Arrêté le 5 avril 1943 à Rennes. Déporté NN le 6 janvier 1944 de Paris, gare de l'Est vers Natzweiler. (matricule 6859). Décédé le 25 janvier 1945 à Dachau (All.). Source: ADIV 6ETP2/73.

SALOMONS René-Elias. Juif. Né le 10 juillet 1884 à Amsterdam (NL). Marié à une Française, il a été arrêté le 9 octobre 1942 à Rennes,17 rue Richard Lenoir, par les services de la Sûreté en tant qu’israélite et dirigé successivement vers les camps de Drancy, Baune-la-Rolande (Loiret), Cherbourg et l’île d’Aurigny, où il resta 9 mois. Le 2 septembre 1944, alors qu’il était dirigé vers les camps de déportation en Allemagne, il s’évada sur le parcours, entre Boulogne-sur-mer et Colombert (82). Homologué au grade de sous-lieutenant.

SANCHEZ Adrian. Espagnol, né le 29 octobre 1912 à Los-Santos, province de Salamanque (E). Exilé politique, il avait servi dans l'armée républicaine espagnole, il travaillait comme sellier-bourrelier à l'arsenal de Rennes quand il est arrêté le 13 janvier 1944 avec Hernandez Alfonso, par la Gestapo. Le 13 mars avec 12 autres personnes à destination de l'Allemagne, il est transféré de la prison Jacques Cartier. Il a été déporté au camp de Rottenbourg le 27 mai 1944 d'où il a été libéré le 6 mai 1945. (Non identifié dans le mémorial des déportés de France)

SANCHEZ Jéronimo. Espagnol, né le 5 octobre 1919 à Villacavrillo (E). Arrêté le 28 juin 1943 à Saint-Jacques-de-la-Lande, Condamné par le Tribunal spécial de Rennes le 7 octobre 1943 à  3 ans de prison, pour activité communiste, fabrication et usage de fausses cartes d'identité,  il est déporté par le convoi parti de Compiègne le  21 mai 1944 vers le KL Neuengamme (matricule 32029). Revenu.

SANCHEZ OLIVERA Manuel UbaldoSANCHEZ OLIVERA Manuel Ubaldo. Espagnol, né le 5 août 1913 à Almoharin. Pendant la guerre civile en Espagne, il est incorporé dans une unité d’élite, la 46ème division de choc du général “El Campesino” avec le grade de commandant et chef du Service d’Investigation militaire. Il passe en France le 11 février 1939 par le Perthus. Il entre dans la Résistance en Bretagne à Grenoble le 15 janvier 1942. Réquisitionné par les Allemands, il travaille à la base sous-marine de Brest en juillet 1942. Il subtilise de l'outillage qu'il fait disparaître en mer, seul moyen de sabotage à sa portée. Le 5 avril 1943, il est envoyé à Guernesey, pour la défense de l'île, il continue son action de sabotage. Le 8 avril 1943, il est envoyé à Saint-Malo comme cordonnier sous les ordres des Allemands à La-Lorette à saint-Servan, il coopère avec Bonacho et Lorenzo Secundo à la formation militaire du groupe "Déportitas". Son travail d'organisation le fait nommer à la Direction Régionale du groupe. Il transporte des armes entre Saint-Malo et Rennes (Armes déposées chez ARRIBAS). Le 11 mars 1944, il est arrêté en gare de Saint-Malo, parce qu'il n'avait d'Auscheiss à sa rentrée de Brest. Interné à nouveau à Guernesey, il est ramené en France, à la suite d'une dénonciation. Il est l’un des huit résistants espagnols dénoncés sous la torture par Ureña Jesus. Il est le dernier arrêté par la Gestapo à Guernesey. Rapatrié à la prison Jacques Cartier de Rennes,  le 8 avril 1944, il est transféré à Compiègne le 23 mai puis est déporté le 18 juin 1944 vers Dachau (matricule: 74265). Après la quarantaine il est envoyé plusieurs mois au kommando de Allach puis en Alsace aux Saintes-Maries-aux Mines. Il travaille sur des cylindres d’avions dans une usine installée dans un tunnel de la SNCF. Très affaibli, il est libéré par les Américains le 2 mai 1945. Il est décédé le 1er avril 1996 à Colombes (92700). (Le dénonciateur Ureña Jesus, après la Libération a été condamné à 10 ans de travaux forcés). Source Témoignage d'ARRIBAS Frutas ex président de l'organisation résistante F.F.I. Union Nationale Espagnole et de la formation militaire "Déportistas" Fonds Pétri 167J 55

SCHAMPS née BESNARD Marie le 3 janvier 1913 à Fougères(35). Elle a été arrêtée sur dénonciation à Loudéac le 24 février 1944 pour avoir faciliter la désertion d'un soldat allemand Kirch, de nationalité belge, incorporé de force dans l'armée allemande. Traduits devant le Tribunal Militaire, Kirch fut condamné à mort et sa compagne à un an d'emprisonnement. Incarcéré à la prison Jacques Cartier elle ensuite déportée en Allemagne. Elle aurait été libérée en avril 1945. (Non trouvée dans le livre mémorial des déportés)

SCHKLAREWSKY Chana ou Suzanne, épouse AQUIZERATE. Juive. Chirurgien-dentiste. Arrêtée probablement pendant l'été 1942, 17 rue Janvier à Rennes, elle a été transférée sur Drancy avec son frère Armand et des parents le 9 octobre 1942. Revenue.

SCHKLAREWSKY Irmi. Juif, Russe, né le 27 mai 1872 à Makorow. Il a été arrêté le 9 octobre 1942 à Rennes,17  avenue Janvier. Il a été transféré sur Drancy avec sa femme Perla et des deux enfants Armand et Suzanne, puis déporté le 11 novembre 1942 par le convoi n° 45 parti de Drancy vers Auschwitz où il est exterminée le 16 novembre 1942.

SCHKLAREWSKY Perla. (Juive). Née Tcherniakousky le 6 septembre 1873  à Makorow (Russie). Arrêtée avec son mari Irmi et ses 2 enfants le 9 octobre 1942, 17 avenue Janvier à Rennes, elle est déportée par le convoi n° 45 de Drancy vers Auschwitz le 11 novembre 1942 où elle est exterminée le 16 novembre 1942.

SCLARESKY Armand. Juif, né le 11 novembre 1900 à Makarov (Russie). Mécanicien dentiste, domicilié 7 rue de Nemours au moment de son arrestation par la Gestapo le 23 juin 1941. Il est condamné le 25 août 1942 à 3 ans de prison pour propos anti allemands. Il est transféré à Drancy avec sa sœur Suzanne et ses parents, puis déporté à Aurigny le 12 octobre 1943. Lors d'un transfert dans un camp dans le Pas-de-Calais, il s'évada du train qui l'emmenait en Allemagne le 31 août 1944. Sources: ACP 27 P6 Caen. ADIV 6ETP2/74

SCHKLAREWSKY Jean. Réfugié russe, né le 24 juin 1898  à Makorow. Arrêté à Rennes le 4 juillet 1942, il est déporté par le convoi n° 12 de Drancy vers Auschwitz le 29 juillet 1942-  Il est exterminé le 18 septembre 1942 à Auschwitz.

SCHKLAREWSKY Joseph. Réfugié russe, né le 9 septembre 1899 à Makorow. Arrêté à Rennes le 4 juillet 1942, il est est déporté par le convoi n° 12 de Drancy vers Auschwitz le 29 juillet 1942.  Il est exterminé le 3 août 1942 à Auschwitz.

SCHWOB Gaston. Juif, Français, né le 26 mai 1885 à Paris (4e). Marié, sans enfant. Il résidait 7 bd de la Duchesse Anne à Saint-Malo. Voyageur de commerce bien connu des milieux commerçants malouins, n'était pas signalé comme résistant dans les années d'occupation. Il fut arrêté le 13 octobre 1943 à  son domicile par un groupe de militaires allemands. Après un court séjour à la prison de Saint-Malo, il fut dirigé sur Drancy le 28 octobre 1943 puis vers le camp d'Auschwitz le 28 octobre 1943 (convoi n° 61) où il devait décéder le 2 novembre 1943. Sources:  ADIV (Rapport d'enquête du Préfet) - Carphaz

SCOTTI Charles, né le 1 décembre 1917  à Rennes (35). Arrêté le 21 décembre 1943 à Rennes. Transport parti de Compiègne le 27 janvier 1944 et arrivé à Buchenwald le 29 janvier 1944. (matricule 43484. Libéré le 11 avril 1945 à Buchenwald.

SEBILLEAU  Gaston Ernest. alias Desgarennes, né le 10 mars 1894 à Saint-Brieuc. Industriel à Redon Membre du réseau VAR. Actions dans la Résistance: Renseignements militaires, sauvetage de parachutistes américains et de déserteurs alsaciens, Passage en zone libre de prisonniers évadés du camp de Coëtquidan, fausses pièces d'identité, protection de juifs recherchés par la Gestapo.  Entré à Jacques Cartier le 12 juin 1944 il se trouve dans le deuxième convoi parti le 3 août 1944 de Rennes en direction de Belfort. Blessé déjà amputé d'une jambe au cours de la première guerre mondiale, est blessé lors du mitraillage du train à Langeais. Un médecin allemand lui coupe le bras à Tours le soir même. Hospitalisé à Belfort, il s'évade grâce à des complicités et réussit à passer en Suisse le 23 octobre 44. Distinctions: Officier de la Légion d'Honneur; Médaille militaire; Croix de guerre 14/18 et 39/45; Médaille de la Résistance.(Lire). Source: ADIV 6ETP2/74.

SEE Lucie. Juive, née le 15 octobre 1874 à Paris (5e). Arrêtée le 1er octobre 1943 à Rennes, elle est déportée par le convoi n° 61 de Drancy vers Auschwitz le 28 octobre 1943. Elle décède le 28 octobre 1943.

SERRALUNGA Joseph. Il est né le 5 mai 1925 à Soissons (02). Il a été arrêté à Saint-Malo le 3 décembre 1943 par la Gestapo pour propos anti allemands et incarcéré à la prison de Saint-Malo, puis au camp N.S.K.K. de Lorette, en Saint-Servan avant son transfert à Rennes. Il travaillait alors pour l’organisation Todt sur l’île de Cézembre. Il sera déporté le 13 mars 1944 vers Kassel, Wilhelmshaven, Frankfurt/Main, Mannheim, Dieburg-Rodgau. Il sera libéré le 24 avril 1945 à Nieder-Roden.

SIBIRIL-LEFEBVRE Pierre, né le 12 octobre 1910 à Lorient (56). Arrêté le 29 juillet 43 à Saint-Malo, il est déporté de Compiègne le 22 janvier 1944 vers Buchenwald. (matricule 41987). Revenu.

SIDOBRE Bernard, né le 29 mai 1923 à Barc (27). Étudiant  . Arrêté le 27 février 1942 à Rennes. Condamné par le Tribunal spécial de Rennes le 11 juin 1942 à 1 ans de prison, pour activité communiste, il est déporté de Compiègne le 24 janvier 1943 vers Sachsenhausen. (matricule 58332). Libéré le 25 mai 1945.(Témoignage)

SIGAL née LEIBEL Claire. Mère de Renée, née le 10 octobre 1894 à Daratany. Arrêtée le 9 octobre 1942 à Saint-Médard-sur-Ille, par la les gendarmes de la brigade de Saint-Aubin-d'Aubigné (35), elle est déporté par le convoi n° 40 de Drancy vers Auschwitz le 4 novembre 1942. Non revenue. (ADIV)

SIGAL Renée, née le 27 avril 1926 à Lens. Arrêtée le 9 octobre  Saint-Médard-sur-Ille, par la les gendarmes de la brigade de Saint-Aubin-d'Aubigné (35), elle est déportée le 4 novembre 1942 par le convoi n° 40 parti de Drancy vers Auschwitz. Non revenue.  (ADIV)

SILLARD Charles, né le 6 novembre 1889 à Paimbeuf. (44). Organisation Arche de Noë et réseau VAR. Entrepreneur de peinture. Il accueille à son domicile le radio Raymond LANGARD dès le 13 décembre 1943. Arrêté à Redon le 29 juin 1944, il est déporté de Rennes vers Belfort début août 1944 (train de Langeais) puis est transféré le 29 août 1944 de Belfort vers le KL Neuengamme. (Matricule 44154). Décédé le 7 novembre 1944 à Hambourg. Homologué sous-lieutenant. Sources: ACP 27 P6 Caen; ADIV 6ETP2/74. Document.

 

SIMON Eugène, né le 15 octobre 1896. à Buhulien (22). Marié, un enfant; ferblantier; domicilié 21 rue Lobineau à Rennes. Dès juillet 1940, il entre dans la Résistance .S.N.C.F. aux ateliers où il diffuse la presse clandestine. Il participe aux sabotage du matériel roulant allemand. Il est arrêté le 9 décembre 1943, 21 rue Lobineau à Rennes, par la  S.P.A.C. (Service de police anti-communiste). Incarcéré à Rennes jusqu'au 23 décembre 1943. Il est transféré à Laval puis Angers et Compiègne. Il est déporté le 4 juin 1944 de Compiègne vers le KL Neuengamme. Autre lieu de déportation: Sachsenhausen. Il est libéré le 26 avril 1945 par les troupes russes à Falkennse. Revenu. Source: ACP 27 P6 Caen  - ADIV 167 J 55 - ADIV 43 W 30.

SIMON Jean, né le 28 septembre 1917 à Bain-sur-Oust (35). Il est arrêté le 4 avril 1944 au Port-Blanc près de Dinard (35). Arrêté de nouveau le 2 août 1944,suite à une dénonciation, avec Robert Arbillot, par  la Gestapo, il monte à Redon, dans le convoi parti de Rennes en direction de Belfort. Il est ensuite déporté vers Natzweiler le 26 août 1944. (matricule: 24047). Autres lieux de déportation: Dachau, Mauthausen. Il décède le 11 avril 1945 à Gusen.

SIMON Raoul, né le 20 mai 1907 à Lyon (69). Dans la résistance, il était sous les ordres de Valentin Abeille (DMR des régions Normandie Bretagne, membre de l'AS et compagnon de la Libération)  dont ils étaient amis d'enfance. Raoul responsable de la région Normandie est arrêté lors d'une réunion le 25 avril 1944 rue du Cercle Paul Bert à Rennes, en compagnie de Jean Gosset, André Rousse, Henri Boutet Son frère jumeau, Paul est arrêté en même temps que Valentin Abeille à Paris. Valentin tente de s'échapper du camion qui l'emmène et est blessé par balles. Il meurt de ses blessures deux ou trois jours plus tard malgré les efforts des Allemands pour le maintenir en vie et l'interroger. Paul, et son frère Raoul se retrouvent d'abord à Fresnes où ils sont  torturés puis sont transférés à Compiègne. Le 27 juillet 1944, ils sont déportés vers Neuengamme où ils décèdent  de "misère physiologique": Paul le 20 novembre1944  et Raoul le 16 décembre 1944 à Neuengamme. (Matricule 39825 et 39826)

SINAIS Léon né le 30 décembre 1891 à Cuguen (35). Il a été arrêté par la Gestapo le 30 mars 1943 au domicile de son beau-frère, à Pipriac, pour activité gaulliste. Le colonel Sinais, officier supérieur de l’armée d’armistice était domicilié à Saint-Brieuc. Incarcéré à la prison Jacques Cartier, il est transféré à Compiègne le 28 juin 1944 d’où il fut déporté le 28 juillet 1944 vers le de Neuengamme. ((matricule : 40463). Autres lieux de déportation: Husum-Schwesing, kommando du KL Neuengamme Ce kommando , situé près de la Mer du Nord, fonctionne pour creuser des tranchées anti-chars dans la zone côtière marécageuse, Kaltenkirchen, une base aérienne de la Luftwaffe, où il décéde le 4 mars 1945.

SOEUR Kléber, né le 21 octobre 1901 à Saint-Genou dans l’Indre. Contrôleur principal des PTT (Travaillait pour le 2ème bureau). Il est rentré en Résistance en janvier 1943 dans le mouvement « Défense de la France » et « Action PTT ». Il était responsable départemental technique de l’organisation des liaisons télégraphiques entre Paris et Rennes ainsi que des liaisons avec les divers groupements de Résistance de la région. Il a été arrêté par la Gestapo à son bureau du Central télégraphique le 17 mai 1944 à 10h30,  puis a été déporté le 3 août 1944 de Rennes en direction de Belfort (convoi de Langeais).  Le 26 août 1944, il a été transféré à Natzweiler (Matricule 34536). Autres lieux de déportation: Dachau, Allach. Il décède le 28 décembre 1944 à Haslach-Sportplatz. Sources: ACP 27 P6 Caen. 21P 539 812

SOLER ARTAU Bandillo. Espagnol, né le 26 septembre 1901 à Cassa-Salva (E). Il appartenait à l'organisation anti-fasciste, Union Nationale Espagnole, qu'il organisait à Rennes en 1942. A la suite de la dénonciation du réseau de résistance "Déportitas", il fut arrêté le 20 mars 1944 au cours d'une rafle opérée par la Gestapo dans un café au 25 de la rue Saint-Malo. Incarcéré à la prison Jacques Cartier de Rennes, il est transféré le 31 mars au camp de Royallieu-Compiègne, puis déporté le 21 mai 1944 vers le KL Neuengamme. (matricule 30204). Libéré le 2 mai 1945 à Wöbbelin.

SORIN Francis, né le 12 novembre 1893 à Dinan (22). Employé à la SNCF. Membre du Parti Communiste clandestin. Arrêté par la gendarmerie française le 14 janvier 1943 à Dol-de-Bretagne (35) pour propagande anti allemande, renseignements et sabotage. Il est déporté de Compiègne le 24 janvier 1943 vers Sachsenhausen (Matricule: 58707) où il décède en mars 1945. Source: ADIV 167 J 55. JORF n ° 105 du 05/06 / 2003 - Référence n °: D-22095. Jean Courcier

SOUHY Léon, Pierre, Marie, né le 19 septembre 1890 à La-Bouëxière en Ille-et-Vilaine. Ses parents sont cultivateurs. Il est arrêté le 3 juin 1944 à Chevré en La-Bouëxière car il est pris dans une rafle avec tracts anglais dans ses poches. Il est dénoncée par une milicienne, Marie P. Lors d'une perquisition on trouve chez lui des chargeurs allemands de la guerre 14/18. Interné au Camp Margueritte (baraque 13) à Rennes, puis à Compiègne, il est déporté le 28 juillet 1944 à Neuengamme (matricule 40302). Il décède le 19 novembre 1944 à Hambourg-Neuengamme (All.).(Sources JO: 184-10 août 2003  -  AC 21 P 540 245) ADIV 6ETP2/74.

SPITZER née MARTIN Paulette, née le 7 mars 1910 à Paris (75). Femme du docteur SPITZER d'origine roumaine. Elle a été arrêtée le 24 mai 1944 à Guipry pour avoir donner asile à des résistants (Marcel Bouget et Albert Briand) recherchés par la Police allemande. Elle a été déportée de Paris, gare de l’Est vers Sarrebruck (camp de Neue Bremm) le 12 juin 1944. (matricule 43169). Autre lieu de déportation: Ravensbrück, Leipzig. Libérée en mai 1945. ADIV 167 J

STEUNOU Joseph, né le 24 mai 1905 à Quintin (22).  A la fin de l'année 1943, garçon coiffeur à Rennes, il est membre au titre de la CGT du CDL présidé par H. Commeurec, premier CDL rapidement décimé par les arrestations en février-mars 1944. Il est arrêté à Rennes le 23 février 1944 en conséquence de son activité de Dirigeant du Front national clandestin d'Ille-et-Vilaine. Incarcéré à la prison Jacques Cartier de Rennes jusqu'au 28 juin 1944 date à laquelle il est transféré sur Compiègne. Il a été déporté de Compiègne le 28 juillet 1944 vers Neuengamme. (matricule 40236). Il a été libéré dans la baie de Lübeck-Neuestadt, rescapé de la tragédie du paquebot Cap-Arcona et des trois autres navires bombardés par la RAF et sur lesquels avaient été concentrés les déportés de Neuengamme. Il y eut 7 500 victimes. ADIV 167 J 55

SZUBREMANN Martha. Juive. Déportée le 26 mars 1943. Non revenue

SZAFRAJZEN Maurice. Polonais, né le 4 octobre 1906 à Tarczin. Monteur en chaussures. Arrêté le 5 mars 1943 à Paramé (35), il est déporté de Drancy le 31 juillet 1943 vers Auschwitz où il est exterminé (Convoi 58).

 

 

SZUBREMANN ou SZWARCMANN Sercher ou Sucher. Juif, né le 24 août 1900 à Lodz (Pol.). Arrêté le 16 juillet 1942 à Rennes, il est déporté par le convoi n° 8 de Angers vers Auschwitz le 20 juillet 1942. Non revenu.

TAILLANDIER Pierre, né le 12 janvier 1909 à Fougères (35). Libraire et dépositaire des Messageries Hachette à Fougères, il était chef du groupe dans la Résistance "Défense de la France". il a été arrêté le 7 décembre 1943 à Fougères quelques jours après leur chef régional, un nommé Lorin Etienne, dit "Kéral", originaire de Saint-Brice-en-Coglès. Ce groupe avait pour mission de fournir des renseignements à Paris, de rechercher des terrains de parachutage, de diffuser des journaux clandestins, de camoufler les armes devant être parachutées. Condamné par le Tribunal spécial de Rennes le 15 mars 1943 à 2 ans de prison, pour activité communiste, il est déporté le 6 avril 1944 de Compiègne vers le KL Mauthausen. (Matricule 63194). Il décède le 20 septembre 1944 à Hartheim (All.). Document sur son arrestation

TANGUY Anne-Marie, née le 28 mai 1887 à  Fougères (35). Membre du réseau  Eleuthère et Bordeaux-Loupiac, elle et sa fille Anne Paulette Redouté, accueillent des aviateurs alliés et transmettent des renseignements sur le déplacement des troupes ennemies. Arrêtées le 20 avril 1944 à Rennes, elles sont emprisonnées à la prison Jacques Cartier jusqu 'au 2 août 1944, date à laquelle elles montèrent dans le dernier convoi parti le 2 août 1944 de Rennes vers Belfort (Train dit de Langeais). Transférée de Belfort vers Ravensbrück le 1er septembre 1944. (matricule 66866). Libérée le 9 avril 1945 par la Croix-Rouge à la frontière germano-suisse. Officier de la Légion d'honneur en 1962. Homologuée au grade sous-lieutenant. ADIV 6ETP2/75.

TANGUY Bernard, né le 14 août 1923 à Fougères (35). Il tente une première fois de rejoindre les Forces Françaises Libres à la frontière espagnole. Il revient au pays pour s'engager dans le maquis de Plédéleac dans les Côtes-d'Armor. Après avoir séjourné à Tressé, il est arrêté le 19 décembre 1943 en compagnie du sergent chef Fouillet à Plerguer ( maquis de Saint-Yvieux). Interné à la prison Jacques Cartier de Rennes du 19 décembre 1943 au 17 janvier 1944, il a été transféré à Compiègne d'où il sera déporté le 27 janvier 1944 vers Buchenwald (matricule 43843). Autres lieux de déportation: Dora , du 13 mars 44 au 14 août 44 et Hellrich du 14 août 44 au 25 décembre où il décédait.

TAPOUATCH René, né le 23 mars 1909 à Paris (14e). Arrêté le 7 août 1943 à Rennes, il est déporté le 2 septembre 1943 par le convoi n° 59 parti de Drancy vers Auschwitz où il décède le 7 septembre 1943 (et non le 2 septembre 1943) à Drancy.

TARDIF Gaston, né le 5 août 1913 à Rennes (35). Il faisait partie du mouvement  de résistance "Front National".( Nom de guerre: Tonton- Matricule 10248). Grade: Lieutenant en date du 10 mai 1944. En 1943, il forme des comités locaux du Front national au Grand-Fougeray, Saint-Sulpice-des-Landes et à Teillay. Il diffuse du matériel clandestin (tracts, journaux et brochures). En 1944, il forme des groupes de combat. Il fabrique de fausses cartes d'identité. Il aide les réfractaires (Tickets d'alimentation, vêtements). Il héberge un lieutenant américain tombé lors du bombardement de Nantes et lui donne toutes facilités, en liaison avec le service du Morbihan, pour rejoindre l'Angleterre. Il a été arrêté sur dénonciation d'un dénommé LE B.. le 30 mai 1944 au Grand-Fougeray où il était instituteur public en compagnie de Fernand DEBRAY par le milicien GESLIN. Incarcéré à Jacques Cartier le 31 mai 1944, il est dans le convoi de déportés à destination de l'Allemagne. Le 6 août 1944, lors du mitraillage du convoi à Langeais, il est tué de trois balles de mitrailleuse. Son dernier souffle a été recueilli par Bernard Bougeard de Guipry. ADIV 6ETP2-151

TARRIERE Jacques, né le 9 juillet 1926 à Avranches (50). Arrêté le 27 février 1942 à Rennes, il est déporté "NN" le 4 juin 1942 de Paris, gare de l'Est vers le camp d' Hinzert. Il décède le 1er mars 1945 à Nordhausen (All.). Autres lieux de déportation: Prison de Breslau; prison de Schweidnitz (près de Breslau); prison de Wittlich (près de Cologne). Gross Rosen; Ellrich (Kommando des Kl Buchenwald-Dora); Dora. (Document)

TCHARNY Anna. Juive, née le 2 octobre 1926 à Paris. Arrêtée le ? à Rennes, 42 rue de Brest, elle est déportée par le convoi n° 48 de Drancy vers Auschwitz le 13 février 1943. Non revenue.

TEHET Jean-Louis, né le 21 août 1912 à Quintin (22). Arrêté le 4 mai 1942 en gare de Pipriac (35), il est déporté le 9 novembre 1942. Lieux de déportation: Karlsruhe, Sonnenburg, Sachsenhausen. Revenu. Source:  ACP 27 P6 Caen.

TELOHAN François, né le  6 janvier 1923 à Sixt-sur-Aff (35). Arrêté le 14 décembre 1942 à Redon par la police allemande pour sabotage et détérioration d'aliments à Baccarat. Emprisonné à Nantes jusqu'au 13 mai 1943, il a été transféré sur Fresnes, puis déporté le 20 mai 1943 à Karlsruhe, puis  Dieburg-Rodgau (Nieder-Roden) où il été gardé jusqu'au 19 avril 1944.

TESSIER Jean Edouard, né le 5 octobre 1910 à Moulins (35). Il est arrêté en compagnie de Jean LECUÉ, tailleur à Moulins le 2 janvier 1944. Avec la complicité de ce dernier, il avait procuré des vêtements civils à un soldat d'origine alsacienne, incorporé dans l'armée allemande et désireux de s'évader. Le déserteur ayant été repris, les Allemands traduisirent devant un tribunal, Jean TESSIER et Jean LECUÉ, sont condamnés respectivement à 2 et 3 ans de prison. Jean TESSIER est déporté le 18 mars 1944 à Karlsruhe, Rheinbach, Ziegenhain, Regensburg, Neumünster. Il est libéré le 12 mai 1945 à  Regensburg. ADIV 167 J 55

Texier Francis, déporté à MauthausenTEXIER  (Francis, Julien), né le 22 avril 1887 à Martigné-Ferchaud (35).  Agent du réseau Buckmaster en Ille-et-Vilaine, il est arrêté le 7 décembre 1943 à Martigné- Ferchaud, puis déporté le 6 avril 1944 de Compiègne le 6 avril 1944 vers le KL Mauthausen (Matricule 63212). Il décède le 2 mars 1945 à Güsen, commando de Mauthausen (Autr.). Homologué au grade de sous-lieutenant. (Sources JO: 144-23 juin 2001; ADIV 6ETP2/76).

THANGUY Louis, né le 31 août 1919 à Ploemeur (56). Arrêté le 7 avril 1944 à Rennes. Transféré de Rennes à Compiègne le 29 juin 1944. Déporté le 28 juillet 1944 par le convoi parti de Compiègne et arrivé le 31 juillet à Neuengamme (matricule 39932). Libéré le 29 avril 1945 à Sandbostel.

THANGUY Marie , une femmes enceinte à Langeais

Marie, Emilie, Francine,  THANGUY est née RABIN le 27 août 1923 à Saint-Brieuc (Côtes-du-Nord, Côtes-d’Armor). Arrêtée à Rennes pour faits de résistance (Réseau P2), elle est internée à la prison Jacques Cartier de Rennes (Ille-et-Vilaine) du 7 avril 1944 au 3 août 1944. Elle fait partie du convoi  de déportés partant de Rennes à destination de l’Allemagne. Le train comporte 1500 hommes et femmes, selon l’un des déportés. Elle est alors enceinte de 7 mois.  Le 6 août 1944, le train s’arrête à Langeais (Indre-et-Loire) en fin d’après-midi. Le maire M. Boisseau parlemente avec les Allemands pour qu’ils acceptent un ravitaillement par la Croix-Rouge. De l’eau et des vivres sont distribués. Dans la soirée, des avions alliés mitraillent à plusieurs reprises le convoi. C’est ainsi que beaucoup de ses camarades tentent de s’évader. Plusieurs réussissent. Marie Thanguy n’a pour but que de s’abriter des balles. Des secouristes et des habitants de Langeais viennent en aide  aux victimes. La panique et la confusion grandissent parmi les déportés. Elle en profite pour accoster deux jeunes gens et s’éloigner avec eux.  Ainsi Marie Thanguy réussit à s’évader. Les deux volontaires s’appellent Michel Grandpieire et Jean Pedoille, médecin. Ils se dirigent chez les parents de Michel Grandpieire, à 2 kms de la gare. Elle y reste le temps que les troupes allemandes quittent la ville. Le train repart le surlendemain du mitraillage. Jean Pedoille certifie qu’elle n’avait ni bagage, ni papier, ni argent. Marie Thanguy met  au monde un garçon  le 17 octobre 1944. Elle est domiciliée au château de Monthorin, à Louvigné-du-Désert (Ille-et-Vilaine) à la date du 13 février 1951.

Internée résistante. Source: AVCC, Caen, 21 P 681 240

Daniel Heudré

THEFFO Madeleine est née le 30 juin 1910 à Versailles. Elle était employée comme bonne à tout faire chez des ressortissants britanniques domiciliés Villa Solidor à Dinard. En juin 1940, ses patrons quittèrent Dinard pour rejoindre l’Angleterre et lui confièrent la garde de leur villa. Un agent de la Gestapo occupa une partie de cette villa. Accusée d’espionnage, elle a été arrêtée le 9 septembre 1943 par la Gestapo de Saint-Malo et transférée à la prison de cette ville avant d’être transférée sur Romainville. Le 18 avril 1944 elle a été déportée de Paris, gare de l’Est vers le KL Ravensbrück. (Matricule 35478). Autres lieux de déportation : Hanovre, Bergen-Belsen, Helmstedt-Beendorf (kommando de Neuengamme). Elle sera rapatriée en mai 1945. (Dans le livre mémorial on la trouve sous le nom de THEPPE ou THESSE)

THEPAUT Jean, né le 9 février 1905 à Plouigneau (29. Il a été arrêté sur ordre des Allemands à Saint-Jouan-des-Guérêts par la gendarmerie. Elle eut lieu le 10 juin 1942 à la suite d'une bagarre qui avait opposé, quelques jours auparavant, à la sortie d'un café de la commune, Jean Thépaut ainsi que trois autres civils français à des membres de la Kriegsmarine, dont l'un fut blessé. Interné à Saint-Malo pendant deux jours, il fut transféré sur Fresnes probablement puis déporté le 4 janvier 1943 à Karlsruhe, Rheinbach où il décéde le 27 février 1944.

THIBAULT Monique, née le 13 avril 1926 (de Vitré). Elle est dans le convoi de prisonniers parti de Rennes le 2 août 1944 à destination de l'Allemagne. Libérée le 27 août 1944 à Belfort.

THIERRY Charles, né le 21 décembre 1921 à Châteauneuf (35). Il entre en mars 1942 dans le groupe du Front National de Lanhélin, sous les ordres de Louis Ferrand. Il assure les liaisons avec les groupes de Lanhélin, Dol et Combourg, en ramenant du matériel de propagande. Il est arrêté à la gare de Dol-de-Bretagne quand il s'apprêtait à se rendre en mission à Cherbourg le 20 décembre 1943. Il est interné à Rennes puis à Compiègne d'où il est déporté vers le KL Buchenwald. Il est libéré le 11 avril 1945 à Fulda. (ntmdf). ADIV 167 J 56

THOMAS Anne Marie, épouse MILLS. Anglaise, née le 30 septembre 1921 à Karachi (IND). La famille Thomas dont le père exerçait les fonctions de pro-consul, Secrétaire des affaires diplomatiques britanniques de Saint-Malo, avait été expulsée de la zone côtière pour se fixer à Dinan puis mise en résidence surveillée à Rennes, à partir du 25 septembre 1940, 31 rue Désilles. Arrêtée le 12 avril 1943 à Rennes, avoir faciliter le départ en Angleterre de nombreux jeunes gens, désireux de rejoindre les Forces Française Libres, elle a été déportée  le 5 août 1943 à Aachen, Köln, Flussbach, Mainz, Darmstadt. Elle a été libérée le 8 avril 1945 à Darmstadt. ADIV 156 J 56

THOMAS Jean, né le 4 juillet 1920 à Saint-Aubin-du-Cormier (35). Bourrelier, demeurant rue du château. Réfractaire maquisard, il est arrêté sur dénonciation, par la milice le 30 juillet 1944 à Saint-Aubin-du-Cormier avec PUPETTO et Francis MASSON. (réseau Oscar Buckmaster). Transférés à Rennes où ils sont interrogés, ils sont embarqués dans le convoi qui quitte Rennes début août. Tous les trois réussissent à s'évader à Saint-Mars-Désert. (Source de la photo: Daniel Heudre)

THOMAS Joseph, né le 29 janvier 1888 à Mesnil-Clinchamps (14). Ex-ingénieur des Arts et Métiers, ancien combattant de la guerre 14/18, décoré de la Croix de Guerre et de la Médaille Militaire, 5 citations, il a été arrêté le 9 juin 1943 à Rennes dans les locaux Bd Beaumont (Voies-Bâtiments de la S.N.C.F.). Il faisait partie du réseau «Ker». Il a été déporté «NN » par le transport parti le 6 janvier 1944 de Paris, gare de l’Est, vers le KL Natzweiler. (matricule : 6876). Il décédait le 7 février 1945 à Dachau. Croix de guerre avec étoile de bronze. Source: ADIV 6ETP2/76.

THOMAS Marie-Louise. Anglaise, née le 7 mai 1918 à Durban (SAF). La famille Thomas dont le père exerçait les fonctions de proconsul, Secrétaire des affaires diplomatiques britanniques de Saint-Malo, avait été expulsée de la zone côtière pour se fixer à Dinan puis mise en résidence surveillée à Rennes, à partir du 25 septembre 1940, 31 rue Désilles. Arrêtée le 12 avril 1943 avoir faciliter le départ en Angleterre de nombreux jeunes gens, désireux de rejoindre les Forces Française Libres, elle a été déportée «NN» le 8 juillet 1943 à Aachen, Köln, Flussbach, Mainz, Darmstadt. Elle a été libérée le 8 avril 1945 à Darmstadt.

THOUVENOT Gaston, né le 12 janvier 1896 à Plenée-Jugon (22). Il est le fils d'Auguste Thouvenot et d'Octavie Buisson. Il épousa Lucienne Mevel le 1er août 1929 à Saint-Servan-sur-Mer. Puis vint la guerre, l'occupation du territoire propice aux délations en tous genres. C'est ensuite, qu'il fut, semble t'il, victime d'une dénonciation et arrêté à Dol-de-Bretagne le 23 décembre 1943. Il fut alors incarcéré à Rennes durant près de sept mois. Mais, devant l'avance rapide des alliés fin juillet 1944 les Allemands décidèrent de déporter les détenus de la prison Jacques Cartier et du camp Margueritte de Rennes. Ainsi, les prisons furent évacuées dans la nuit du 2 et 3 août 1944 et les prisonniers entassés dans les wagons du train dit de Langeais qui emmenait vers l'Allemagne les détenus politiques. Après 12 jours mouvementés durant ce parcours, le convoi arriva à Belfort le 15 août suivant. Gaston Thouvenot resta détenu à Belfort quelques jours puis, avec 277 autres déportés il fut transféré vers le camp de Natzweiler (Alsace) où le convoi arriva le 26 août 1944 (Matricule 24055). Ce camp, placé sous l'autorité de celui de Dachau, était l'anti-chambre de la mort et situé sur un territoire français annexé au IIIème Reich. De là, il fut déporté vers le camp de Dachau où il arriva le 4 septembre 1944. Il y décéda le 1er février 1945.

Le nom de Gaston Ernest Maxime Thouvenot est inscrit sur le Monument aux Morts de Saint-Servan-sur-Mer.

Son nom est également inscrit sur l'une des Plaques Commémoratives se trouvant derrière le Monument aux Morts de Saint-Malo dans l'Enclos de la Résistance (Intra-muros).

Sources: Déportés : Partie I, liste n°273. ADIV 167 J - Carphaz

TIERCERY Robert, né le 17 août 1920 à Nonancourt (Eure). Alias FRED. Membre du réseau MARATHON. Un des premiers créateurs du mouvement de résistance, devenu le réseau Buckmaster, responsable du secteur de Vitré: organisation de parachutages. Arrêté à Rennes le 28 novembre 1943 chez ses parents, 27 rue de l'Alma, et incarcéré à Jacques Cartier jusqu'au 23 mai 1944, il est déporté le 4 juin 1944 de Compiègne vers Neuengamme. (matricule 34129). Il décède le 4 juin 1944 en Allemagne. Sous-lieutenant à titre posthume. Sources: Déportés : Partie I, liste n°273 - AC 21P 544 137 - .

 

TOPER Isaac, Russe, né  le 13 décembre 1888 à Saratoff en Russie. Résidait à Paris XII°, 20 rue des Chalons. Marié à Rachel. Résidait à Fougères. Arrêté en août ou septembre 1941 comme "ressortissant d'une puissance ennemie", il est déporté par le convoi n° 32 du 14 septembre 1942. Non revenu. Source: AC 21 P 274 031 - 21P 544 476

TOPER née RISS Rachel. Russe, épouse d'Isaac TOPER, née le 1er mai 1895 à Saratoff. Arrêtée le 9 octobre 1942 à Fougères, 4 rue Kléber par les gendarmes, "sur ordre des autorités occupantes", elle est déportée le 4 novembre 1942 par le convoi n° 40 parti de Drancy vers Auschwitz où elle décède le 9 novembre 1942 à Auschwitz.

TORRES-NIETO José. Espagnol, né le 13 février 1913 à Malaga (E). Ouvrier peintre, il s'évade  du camp Saint-Anne de Brest où il avait été réquisitionné pour travailler à la base sous-marine. Il a été arrêté, lors d'une rafle dans un café rue Saint-Malo à Rennes avec plusieurs camarades le 20 mars 1944. Incarcéré à la prison Jacques Cartier, il est transféré le 1er avril à Compiègne. Le 24 mai 1944, il est déporté vers le KL Neuengamme. Revenu. ADIV 167 J 56

TOUCHARD Margueritte, née MARTIN le 20 mars 1918 à Saint-Brice-en-Coglès (35). Domiciliée à Saint-Malo (35. Arrêtée le 26 mars 1943 à Saint-Malo, elle est déportée en Allemagne. Son parcours: Lübeck-Lauerhof, Dortmund, Lübeck-Lauerhof. Non revenue. Source: Fichier de Caen.

TOUZE François, né le 23 avril 1877 à Pontorson (50). Responsable du Font national à Combourg, il participe à des sabotages de matériel et à la distribution de tracts et de journaux clandestins. Après avoir distribuer des tracts mettant en cause certaines personnalités pro-allemande de la Région, il est arrêté le 17 mars 1942 à Combourg par la Police Française, puis transféré à Saint-Malo, Rennes, Laval puis Compiègne le 17 janvier 1944, il est déporté vers le KL Buchenwald. (matricule 39526). Il est libéré le 11 avril 1945 lors de l'insurrection des détenus à l'approche des troupes américaines. Malade, épuisé, il meurt à Paris lors de son retour vers Combourg le 5 mai 1946.  Document. Sources: René Brune " Dans l’Ille et Vilaine en résistance – Mémoires de l’été 1944" – Broualan – Éditions Danclau P 48-Le Rouget dolois- Cahier n°1 1946.  ADIV 6ETP2/76.

TRAVERS Marcel Lucien, Henri, est né le 10 février 1923 à Cesson-Sévigné (35). Menuisier à Dinard, il s'engage dans la résistance, réseau "Mithridate". Il est arrêté le 23 septembre1943 à Rennes, rue Chicogné où il résidait avec 2 jeunes filles, membres du même réseau de résistance. Tous trois ont été incarcérés à la prison Jacques Cartier. Il est transféré à Compiègne le 13 mars 1944, puis est déporté le 6 avril 1944 vers le KL Mauthausen. (matricule 63245). Autre lieu de déportation: Melk. Malade d'une dysenterie, puis de névrite, il décède le 5 décembre 1944 à Mauthausen (Autriche). Le médecin français qui l'a assisté a porté sur lui le  témoignage  suivant: "Il était gentil camarade et avait beaucoup d'amis. Avant de mourir, il nous a demandé de transmettre ses dernières pensées à sa famille". Source: ADIV 6ETP2/76.

TREMION Marcel est né le 5 août 1910 à Fougères (35). Il a été arrêté le 27 juin 1944 à Saint-Marc-sur-Couesnon au moment de l’attaque du maquis près du moulin d’Éverre en Saint-Marc-sur-Couesnon, avec Henri Le Breton, Marie Louise Tual, Lucien Bigot et Jean Coquelin, comme otage par les miliciens et les Allemands. Incarcéré au camp Margueritte, il est déporté le 2 août 1944 de Rennes vers Belfort, puis est transféré vers le KL Natzweiler le 26 août 1944. (matricule 24059). Décédé à Neuengamme le 26 janvier 1945 d'une pneumonie. Source  ACP 27 P6 Caen.

TREYTURE Albert, né le 5 octobre 1893 à Orthez (Pyrénées-Atlantiques). Contrôleur des PTT, il  participe à un réseau d’acheminement parallèle du courrier de la Résistance. Son épouse et sa fille, étudiante à Rennes, collaboraient à son action secrète. Le 10 mai 1944, à la suite d’une défection (voire d’une trahison) d’un des membres du réseau, le S.D. met en place une souricière chez M. et Mme Ladoumègue, au 12 rue de Châteaudun  dont l'appartement servait de "boîte aux lettres pour" Défense de la France". Mme Treyture et sa fille sont  arrêtées. Heureusement, ce jour-là elles n'avaient pas de message sur elles. Conduites à la prison Jacques Cartier, elles restent détenues un mois. Albert TREYTURE qui est, pendant ce temps, passé dans la clandestinité finit par prendre contact avec la Gestapo et obtient en échange de sa reddition la libération de son épouse et de sa fille. Il est arrêté le 13 mai 1944, 40 rue Barbès à Rennes. Transféré de Rennes à Compiègne le 29 juin 1944, il est déporté NN de Compiègne le 28 juillet 1944 vers Neuengamme. (matricule 39561). Sera ensuite affecté au Kommando de Drütte- Salzgitter.  Il décède le 8 mai 1945 à Bergen-Belsen (All).

TRIBALAT Léo Charles, né le 10 février 1920 à Bourg-la-Reine (75). Réfractaire au STO au moment de son arrestation. Agent de liaison dans le réseau Mithridate de la France Combattante, il est arrêté, suite à une dénonciation, le 29 juin 1943 à Rennes dans le café Le Glacier. emprisonné à Rennes jusqu'au 14 mars 1944, il est dirigé sur Compiègne. Le 6 avril 1944, il est déporté vers le KL Mauthausen  (Matricule 63249). Autre lieu de déportation: Gusen. Revenu. Source: Archives de Caen.

TROCHET Roger, né le 2 juillet 1911 à Romainville (75). Il a été arrêté le 6 décembre 1943 à Rennes, par la Feldgendarmerie. Incarcéré le 15 décembre 1943 à la prison Jacques Cartier, il est transféré sur Compiègne le 13 mars 1944 et fut déporté en Allemagne. (Ne figure pas dans le mémorial des déportés de France)

TROUCHARD Henri, né le 3 juin 1911 à Saint-Méen-le-Grand (35). Chaudronnier à la S.N.C.F.; domicilié 8 rue Richard Lenoir à Rennes. Dès le début de l'occupation, il prend contact avec l'organisation clandestine O.S. et participe à la distribution de tracts, brochures et journaux clandestins à la S.N.C.F. Il héberge à son domicile, plusieurs agents de liaison venant de Paris, ainsi que plusieurs responsables. Le matériel technique, machine à écrire et le matériel de sabotage est abrité chez lui. Il est arrêté par la S.PA.C. le 9 décembre 1943, 8 rue Richard Lenoir à Rennes. Incarcéré à la prison Jacques Cartier jusqu'au 13 décembre 1943, il est transféré à Laval le 24 décembre 1943, puis à Angers, puis à Compiègne d'où il est déporté vers le KL Neuengamme, le 4 juin 1944. ((matricule 34718). Autres lieux de déportation: Wattensdett de juillet 1944 à avril 1945, puis Ravensbrück d'avril au 10 mai 1945. Source: ACP 27 P6 Caen. ADIV 167 J 56 - ADIV 43 W 30.

Marie Louise Tual déportée TUAL Marie-Louise, née le 21 mai 1911 à Saint-Marc-sur-Couesnon (35). Elle habite la ferme des Guérêts avec sa mère et son fils de deux ans. Elle est arrêtée comme otage avec Henri Le Breton, Marcel Trémion, Jean Coquelin et Lucien Bigot le 27 juillet 1944 à Saint-Marc-sur-Couesnon comme otage par les miliciens et les Allemands. Incarcérée à la prison Jacques Cartier elle fait partie du dernier convoi de détenus à destination de l'Allemagne. Elle est libérée à Belfort le 27 août 1944. La Préfecture lui donne un peu d'argent pour son retour. Elle se réfugie en Suisse. Elle est de retour à Saint-Jean-sur-Couesnon le 13 octobre 1944. Source: ACP 27 P6 Caen. (Son témoignage)

TURBAN Louis, né le 25 juillet 1901 à Villeneuve-sur-Seine (78). Ingénieur-principal à la S.N.C.F. à Rennes, il fait partie du groupe de résistants, Louis NORMAND, Joël et Yves LE TAC, qui se consacrait aux émissions clandestines et à la propagande. Arrêté le 3 février 1942 à Rosporden (29), lors d'un voyage de service à Quimper, il est déporté "NN" le 8 juillet 1943 de Paris, gare de l'Est vers le KL Natzweiller .(Matricule 4377) où il décède le 10 mai 1944.

TURMEL Lucien, né le 25 mai 1923 au Mont-Dol (35). Travailleur du service obligatoire dans la commune du Vivier-sur-Mer pour les fortifications côtières. Domicilié au Vivier-sur-Mer au moment de son arrestation. Arrêté le 27 mai 1944 à Dol-de-Bretagne, il est transféré de Rennes à Compiègne le 29 juin 1944, il est déporté le 28 juillet 1944 de Compiègne vers Neuengamme (matricule 39965). Autre lieu de déportation: Gusen. Disparu. Sources: AC 21 P 274 349  - AC 21P 545 535. (Complément d'information sur son arrestation)

UXAUT  Jean, né le 14 avril 1902 à Bordeaux (33). Chauffeur d'autobus. Agent P2 du mouvement de Résistance "Libération-Nord à compter dun 2 août 1943. Arrêté à Rennes le 11 mai 1944 vers 10H45 entre la place de la République et le quai Richemont en même temps que Lecomte (qui va s'enfuir rue Le Bastard) par un nommé L. R., Arthur C., membre du PN.B. de Fougères, agent de la SD, et Gerald. G., de Fougères lui aussi, membre du Groupe d'action du P.P.F. et agent de la Gestapo. Gérald. G. va tirer sur Lecomte et le blesser, ainsi qu'une jeune fille qui passait rue Le Bastard. Incarcéré à la prison Jacques Cartier, il est transféré à Compiègne le 29 juin 1944 puis déporté vers le KL Neuengamme le 28 juillet 1944. (Matricule 40471). Il décède le 24 janvier 1945 à Kaltenkirchen. Homologué au grade de sous-lieutenant. Sources: ACP 27 P6 Caen. ADIV 6ETP2/76.

g-b.gif (311 octets)    h-b.gif (328 octets)   dr-b.gif (310 octets)

Ces listes sont incomplètes et peuvent comporter des inexactitudes. Les personnes pouvant relever des erreurs ou donner des informations complémentaires sont invitées à le faire savoir..

Autres sources:
Livre-mémorial des déportés de France arrêtés par mesure de répression et dans certains cas par mesure de persécution 1940-1945 :
http://www.fmd.asso.fr/
http://www.mortsdanslescamps.com/general.html
http://www.bddm.org/liv/index_liv.php

Editions Tirésias:  http://www.editionstiresias.com/pages/catalogue.php?cat=2&limite=10

Le Mémorial de la déportation des juifs de France, Beate et Serge Klarsfeld, Paris 1978
La mémoire retrouvée des républicains espagnols

 

Connaissance de la Résistance | Règlement des camps | Carte des camps | Mémorial des déportés | Liste des déportés d'Ille-et-Vilaine

Pour m'écrire memoiredeguerre35@yahoo.fr

 

    accueil-mdg1.gif (1380 octets)plan-du-site.gif (1231 octets)