Vous souhaitez compléter cette liste ou proposer un document  concernant un ou plusieurs déportés de cette liste écrivez-moi

27/04/2017

accueil-mdg1.gif (1380 octets)

plan-du-site.gif (1231 octets)

Liste des  déportés arrêtés en Ille-et-Vilaine


A  B  C  D  E  F G  H I J  K  L  M N  O P  Q R  S T U  V  W X Y Z

dr-b.gif (310 octets)
Liste des déportés juifs arrêtés dans le département   Liste des déportés politiques nés ou ayant résidé en Ille-et-Vilaine
Classement   par commune   Statistiques  Les lieux de déportation

 

LABBE Agnès, née le 15 mai 1923 à Rennes (Ille-et-Vilaine). Elle a été arrêtée le 21 avril 1944 à l'hôtel du Cheval d'Or avec d'autres résistants. Elle appartenait à un groupe de l'A.S.  F.T.P.F., sous les ordres de MM Cravec et Lecelier. Elle s'était présentée pour avoir des nouvelles de son chef de groupe Émile Lecellier. Incarcéré à la prison Jacques Cartier, elle fait partie du convoi du 2 août 1944 qui quitte Rennes en direction de Belfort. Elle a été ensuite déportée vers Ravensbrück le 1er septembre 1944. (Matricule:62837). Elle décéda le 15 janvier 1945 à Genshagen. Autres lieux de déportation: Sachenhausen, Genshagen. (AD35 167 J 25)

LABOUROT Joseph, né le 19 mars 1907 à Ste-Anne-sur-Vilaine (Ille-et-Vilaine). Il a été arrêté le 25 juillet 1943 à Messac, dans le bois de Boeuvres, surpris avec une arme de chasse, par un militaire allemand. Il a été déporté «NN» le 18 novembre 1943 de Paris, gare de l'Est vers Natzweiler. (Matricule 6196). Il décède le 31 mars 1944 à Kochem.

LACAZE André, né le 30 novembre 1918 à Paris. Représentant. Domicilié à Paris. Il est arrêté à Rennes le 2 février 1942. Il fait partie du groupe de résistants, Louis Turban, Yves Le Tac et Édouard Le Deuff, André Ménard, qui se consacraient aux émissions clandestines et à la propagande (Réseau Overcloud). Déporté de Compiègne le 20 avril 1943 vers le KL Mauthausen. (Matricule 28214). Autre lieu de déportation Loibl Pass.

Source:
Joel Le Tac. Le Breton de Montmartre . Franck Renaud
Le tunnel André Lacaze.   Video INA Le tunnel de Loibl Pass d'André Lacaze

LADOUMEGUE Maurice, né le 8 juillet 1886 à Sévignac-Mérignac (64). Instituteur public. Arrêté le 9 mai 1944, 122 rue Chateaudun à Rennes. Sa compagne Antoinette Lanusse sera arrêtée quelques plus tard. Transféré de Rennes à Compiègne le 29 juin 1944, il est déporté le 28 juillet 44 de Compiègne vers Neuengamme. (Matricule 39858. Il décède le 24 août 1944 à Neuengamme. Source: ACP 27 P6 Caen.

v-marie-lafaye.jpg (12791 octets)LAFAYE Marie, née DAUCE le 21 juillet 1891 à Pleugueneuc (Ille-et-Vilaine). Arrêtée le 20 mai 1942 à Rennes, elle est déportée NN le 4 juin 1942 de Paris, gare de l'Est vers Aix-la-Chapelle.  Elle décède le 14 mars 1945 à Ravensbrück. Autres lieux de déportation: Prison de Lauban située à l'ouest de Breslau; prison de Breslau; prison de Flüssbach près de Cologne;prison de de Jauer( Silésie); Ravensbrück. (Document)

LAFAYE Pascal, né le 21 juillet 1927 à Rennes. Arrêté le 5 mars 1942 à Rennes. Il est déporté NN le 4 juin 1942. Convoi parti de Paris, gare de l'Est vers le  Hinzert le 5 juin 1942. (Matricule 4247). Il décède le 8 avril 1945 à Nordhausen Autres lieux de déportation: Prison de Breslau; prison de Schweidnitz (près de Breslau); prison de Wittlich (près de Cologne), Gross Rosen; Dora. Document

LAILLER Edmond, né le 15 août 1889 Saint-Cenéré (53). Professeur au lycée. Arrêté le 21 décembre 1943 à Rennes, il est déporté le 28 juillet 1944 de Compiègne vers le KL Neuengamme. (Matricule 40276). Lieux de déportation:  Drütte-Salzgitter, Ravensbrück. Libéré  le 30 avril 1945 à  Ravensbrück. Il décède peu après le retour. (ADIV 167 J 25 - 6ETP2-151)

LALLEMAND Jules, né le 3 mars 1887 à Francheval  dans les Ardennes. Arrêté le 14 mars 1943 à Rennes, 10 rue de la Palestine, il est déporté «NN» de Compiègne le 8 novembre 1943 vers Sarrebruck (Camp de Neue Bremm). (Matricule 28376). Autres lieux de déportation: Buchenwald et Natzweiler. Il décède à Saint-Blazien, après la libération des camps le 23 juin 1945. À titre posthume, il reçoit une citation à l'ordre de la nation et la croix de chevalier de la Légion d'Honneur

LAMBRON Roger, né  le 24 mai 1900 au Mans (72). Représentant de commerce. Arrêté le 5 mars 1943 à Rennes, il est incarcéré à la prison Jacques Cartier, puis est transféré vers Compiègne le 16 mars. Le 20 avril 1943, il a été déporté vers le KL Mauthausen. (Matricule 28106). Il décède le 22 janvier ou 22 mars 1945 à Melk.

(Vérifié exact). Il aurait été déporté puis rentré, mais je n'ai pas retrouvé pour l'instant, de documentation probante sur cette déportation.

LAMOUCHE René, originaire de Brest, a été arrêté le 14 décembre 1943 à Martigné-Ferchaud, écroué à Jacques Cartier à Rennes. Non identifié dans le mémorial des déportés de France.

LANDAIS Aline, née en 1889. Elle était secrétaire d'une maison d'outillage. Arrêtée au début du mois d'avril 1943, elle donne sous la torture les noms des membres du réseau auquel elle appartenait. (le couple Guillon, de Langle etc.). (Ne figure pas dans le mémorial des déportés). Non revenu.

LANGLAIS Pierre, né le 20 novembre 1895 à Fougères (Ille-et-Vilaine). Il entre dans le groupe de Résistance du Front National de Rennes dirigé par Louis Pétri. Il participe activement à la propagande contre l'ennemi par la diffusion de tracts clandestins, puis aussi par la récupération d'armes qu'il entreposa à son domicile. Il participa également à différentes attaques contre l'occupant et au sabotage de matériel allemand. Il fut arrêté par la Gestapo, le 21 mai 1943 à Rennes. Incarcéré à la prison Jacques Cartier de Rennes, il fut transféré à Compiègne puis déporté vers Buchenwald le 17 août 1943. (Matricule 21541) où il devait décéder le 13 janvier 1944. Chevalier de la Légion d'Honneur. Sources: AD35 167 J 25 _ 6ETP2-151  - Mémoire de granit p 80)

LANGLE (de) Henri est né le 19 juillet 1879 à Gambais (S&O). Propriétaire du château "La Motte aux Chanceliers , route de Lorient à Rennes. Arrêté suite à une dénonciation, le 8 avril 1943 à son domicile, avec le couple Guillon, par la Gestapo, puis incarcéré à la prison Jacques Cartier pour avoir hébergé des parachutistes alliés, il est déporté "NN" le 22 juillet 1943 de Paris vers le camp d'Hinzert probablement le 22 juillet 1943. Autres camps de déportation: Wilhelmshaven , Dieburg-Rodgau. Il décède le 19 décembre 1944.

LANUSSE LADOUMEGUE Marie, née le 8 mars 1896 à Ossé (Ille-et-Vilaine). Compagne de Maurice Ladoumègue. Membre des Corps Francs Vengeance du Morbihan. Arrêtée à Rennes le 19 mai 44 à Vannes, elle est déportée de Rennes le 2 août 1944 vers Belfort, puis est transférée vers Ravensbrück le 1er septembre 1944. (Matricule 62838). Libérée le 9 avril 1945 à la frontière germano-suisse par la Croix-Rouge. (Papiers les concernant déposés à la BDIC de Nanterre).

LAPERCHE Félix, né le 6 mai 1924 à Pont-Jean (22) . Employé d'usine à Bruz et domicilié à Pont-Réan. Arrêté le 22 juillet 1944 lors de la rafle de Pont-Réan (Ille-et-Vilaine) en représailles d'actes de brigandages commis localement par la fameuse bande Tudo-Laurent, il est détenu au château de la Massaye, puis incarcéré à Jacques Cartier. Il est mis avec une douzaine de jeunes de Pont-Réan, dans le convoi dit de Langeais parti de Rennes début août 1944 vers Belfort. Le 26 août 1944, il est déporté vers Natzweiler. (Matricule 23939). Autres lieux de déportation: Dachau, Melk . Il décède le 21 décembre 1944 à Melk.

L'ARMOR Marcel, né le 17 octobre 1913 à  Paris (75). Employé comme cantonnier à la S.N.C.F., il fut fiché comme "jeune communiste". Il est arrêté en compagnie de onze autres personnes, à Fougères le 16 juillet 1943, en représailles de l'attentat commis par grenade, commis le 14 juillet 1943 contre l'immeuble de la Feldgendarmerie de Fougères. Cinq d'entre eux furent libérés, les autres sont dirigés sur Compiègne. Marcel L'ARMOR est déporté de Compiègne le 17 septembre 1943 vers le KL Buchenwald. (Matricule 21544). Lieux de déportation : Dora, Lublin-Majdaneck  où il disparut. Sources: Arch. Dép. d’Ille-et-Vilaine. — Regards sur l’Ille-et-Vilaine, supplément de L’Humanité Dimanche (Années 1960).. — Jacqueline Sainclivier, La Résistance en Ille-et-Vilaine (1940-1944),PUR, 1993.

LATRON Marie-Louise, née MORDELET le 7 juillet 1887 à Hillion (Côtes d'Armor). Arrêtée à Rennes le 8 décembre 1943, elle est déportée le 18 avril 1944 à Ravensbrück. (Matricule 35391). Elle décède le 29 octobre 1944 à Ravensbrück. Source: Fichier de Caen.

Joseph LaunayLAUNAY Joseph, né le 10 janvier 1919 à Hédé (Ille-et-Vilaine).  Instituteur public. Il entre en juillet 1943 dans la Résistance de Dinard F.N. et participe à l'organisation de plusieurs groupes de jeunes dans le département et à la diffusion de journaux clandestins anti-allemands. En août 1943, il est responsable département des jeunes et entre en relation avec tous les groupements de Résistance (F.N., C.C.M., Libé-Nord, F.T.P.) avec lesquels il assure les liaisons. Il prépare avec l'Etat-Major, les plans des opérations contre l'ennemi. En décembre 1943, il est désigné par le Front National comme membre du premier C.D.L. clandestin. Il prend contact avec Tanguy-Prigent, Le Gorgeu, Louviot, pour l'organisation de la Résistance en Bretagne. Il assure les liaisons pour les groupes F.T.P.F. d'Ille-et-Vilaine. Arrêté par la Gestapo le 24 février 1944 à Rennes, il est incarcéré à la prison Jacques Cartier. Il est déporté le 2 août 1944 vers Belfort, puis transféré vers le camp de Neuengamme le 29 août. (Matricule 43887). Autre lieu de déportation: Sandbostel.   Document. (ADIV35 167 J 45)

LAUNAY Louis, né le 29 octobre 1905 à Saint-Servan (Ille-et-Vilaine). Chargé par le groupement local du Parti communiste français, de distribuer des tracts sur la voie publique dans l'agglomération servannaise, pour protester contre l'occupation des Allemands, il fut arrêté le 14 juillet 1942 à Saint-Servan avec d'autres camarades dont Jean Hamon. Déféré à la prison Jacques Cartier, il est jugé et condamné le 5 août 1942 à un an de prison. Transféré à Vitré, il fut ensuite déporté le 25 juin 1943 de Compiègne vers le KL Buchenwald. (Matricule 14842) . Revenu. Source: Mémorial Déportés : Partie I, liste n°110

LAURAINE Léopold, né le 3 mai 1909 à Rennes. Membre du réseau Oscar Buckmaster, il est arrêté à Rennes en 1944. Transféré de Rennes à Compiègne le 29 juin 1944, il est déporté le 28 juillet 1944 vers Neuengamme. (Matricule 39810) où il décède le 31 décembre 1944. Inhumé au cimetière de l'Est à Rennes.

 

 

 

LAVOLÉ Mathurin, né le 14 mars 1906 à Guilligomarch (Finistère). Le 28 juillet, un camion dans lequel se trouvaient seux Allemands avaient été mitraillés par des résistants à la gare de Lieuron-Pipriac. A la suite de ce mitraillage, le lendemain, les Allemands ayant aperçu le jeune Chevrier dans un champ près de la gare, , ils l'ont blessé grièvement par balles. Deux gendarmes de Pipriac, dont Mathurin Lavolé, lors de leur enquête sont arrêtés. (propos désobligeants tenus probablement envers l'armée allemande). Le collègue de Mathurin Lavolé est relâché, mais ce dernier est embarqué le 3 août 1944 dans le convoi de prisonniers politiques parti de Rennes et de passage à Redon à destination de l'Allemagne. (Train dit de Langeais), puis est transféré le 29 août 1944 vers le KL Neuengamme. (Matricule 43767). Il décède le 7 janvier 1945 à Wilhelmshaven de broncho-pneumonie. (Source: Arch de Caen)

 

LAVOUÉ Joseph, né le 14 janvier 1893 à Rennes (Ille-et-Vilaine). Médecin. Domicilié à Rennes. Arrêté le 17 mars 1942 à Rennes, il est déporté NN le 8 juillet 1943 de Paris, gare de l'Est  et arrivé au KL Natzweiler le 9 juillet 1943. (Matricule 4351). Libéré le 29 avril 1945 à Dachau.

LE BAIL Fernand, né le 14 juin 1918 à Gommenec’h (Côtes d'Armor). Réfractaire au STO, il entre dans le groupe de résistance F.T.P.F. d'Ille-et-Vilaine. Il participe à plusieurs opérations: déraillement de Guichen, attaque du R.N.P, destruction de pylônes sur la ligne haute tension de Ponchâteau, libération de 48 détenus à la prison de Vitré. Arrêté, le 28 avril par les gendarmes, alors qu’il surveille quatre blessés libérés de la prison, il est interné à la prison Jacques Cartier de Rennes puis à Angers.  Il est déporté de Compiègne le 4 juin 1944 vers Neuengamme (Matricule 33533). Autre lieu de déportation: Stuthof. Disparu. (AD35 167 J 25) Article à lire.

LE BAYON Marcel, né le 19 janvier 1921 à Bruz (Ille-et-Vilaine). Il était réfractaire au STO. Requis le 30 octobre 1942, il fut dirigé sur Wolfen en Allemagne où il travailla en usine jusqu'en avril 1944. Venu en permission, il ne voulut pas repartir. Il est arrêté le 22 juillet 1944 à Guichen lors de la rafle de Pont-Réan (Ille-et-Vilaine) en représailles d'actes de brigandages commis localement par la fameuse bande Tudo-Laurent, puis est déporté de Rennes début août 1944 vers Belfort. (Train dit de Langeais). Arrivé au KL Natzweiler le 26 août 1944 en provenance de Belfort. (Matricule 23933). Autre lieu de déportation: Dachau. Libéré le 30 avril 1945 à Allach. (Article). Source: ACP 27 P6 Caen.

LE BIHAN Ange, né le 17 octobre 1917 à Pont-Château (Loire-Atlantique). Arrêté le 19 février 1942 à Rennes, il a été déporté le 22 janvier 1944 de Compiègne vers le KL Buchenwald. (Matricule 43196). Revenu.

Le BIHAN Yves avait dénoncé des résistants à la Gestapo et à la milice Bezen Perrot. Il est libéré au fort Hatry de Belfort. Il a été poursuivi à son retour à Saint-Nicolas-de-Redon. condamné à 20 ans de travaux forcés et à l'indignité nationale le 27 octobre 1944. Sa mère qui avait dénoncée Jeanne Mouraud déportée à Ravensbrück a été condamnée à 5 ans.

LE BRETON Henri, né le 22 avril 1904 (de Saint-Hilaire-des-Landes). Il est arrêté le 27 juillet avec Marie Louise Tual, Marcel Trémion, comme otage par les miliciens et les Allemands à Saint-Marc-sur-Couesnon. Incarcéré au camp Margueritte à Rennes il fait partie du dernier convoi de détenus politiques à destination de l'Allemagne, début août 1944en direction de l'Allemagne. Il est libéré le 28 août 1944 au fort Hatry de Belfort.

LE BROCHER Marie "Maryvonne", née le 18 mars 1913 à Begard (22). Célibataire. Jeune assistante sociale. Domiciliée à Rennes (Ille-et-Vilaine) au moment de son arrestation, elle est déportée de Rennes le 2 août 1944 vers Belfort, puis est transférée le 1er septembre vers le KL Ravensbrück. (matricule 62869). Autre lieu de déportation: Genshagen, kommando de femmes du KL Sachsenhausen situé à Berlin, travaillant pour l’usine AEG. Elle est libérée le 14 avril 45 à Salzwedel. Elle est accueillie le 14 mai 1945 devant un peloton de résistants qui lui présentaient les armes devant la mairie de Begard. (Source: ADIV 167 J46)

LE CANN Paul Edmond Gabriel, né  le 31 mai 1925 à Rennes. Il faisait ses études d'ingénieur aux Arts et Métiers. Il résidait 15 rue de Viarmes à Rennes.  Il est arrêté comme otage, lors de la rafle de Guignen du 28 juillet 1944. Incarcéré au camp Margueritte, il est déporté dans le dernier convoi du 3 août 1944 vers Belfort puis transféré le 29 août 1944 vers Neuengamme.(Matricule 43912). Autres lieux de déportation: Wilhelmshaven. Il décède le 7 avril 1945 à Lunebourg. Une partie du Kommando de Wilhemshaven est évacué le 3 avril 1945, par un transport ferroviaire d’au moins 400 blessés et malades, qui est attaqué le 7 avril par l’aviation alliée en gare de Lunebourg. Les pertes sont terribles, et au moins 60 déportés partis de Belfort y laissent la vie. D’autres sont ensuite exécutés par les SS, alors que les survivants sont conduits en camion au camp de Bergen-Belsen. Libéré  le 15 avril 1945.

LE CELLIER Émile, né le 26 novembre 1916 à La-Lucerne d'Outremer (50). Célibataire. Boulanger à Le-Mesnil-Ozanne (50. Arrêté au domicile de sa mère, Ille-et-Vilaine rue du Champ Jacquet à Rennes, le 16 avril 1944, il est déporté le 28 juillet 1944 de Compiègne, vers le KL Neuengamme. (Matricule 40440). Autre lieu de déportation: Schandelah . Il décède le 24 janvier 1945. Source: Fichier de Caen. (ADIV 167 J 25)

LE CHALONY Yves, né le 9 juillet 1909 à Le-Grand-Quevilly (76). Commerçant, cafetier. Arrêté le 23 avril 1943 à Saint-Malo, au Rex Bar, rue de Chatillon, il est déporté de Compiègne le 25 juin 1943 vers le KL Buchenwald. Il s'évade lors du transport le 26 juin 1943.

LE CHATON André, né le 9 octobre 1919. Inspecteur de police. Arrêté le 25 avril 1944 à Rennes, il est interné interné à la prison Jacques Cartier de Rennes, après avoir été torturé. Transféré de Rennes à Compiègne le 29 juin 1944, il est déporté le 28 juillet 1944 de Compiègne vers Neuengamme. (Matricule 40272). Libéré le 29 avril 1945 à Bergen-Belsen. Document

 

LE CORNEC Raymond, né le 10 octobre 1920 à Plouguernével (Côtes d'Armor). Serrurier. Domicilié à Rennes. Arrêté à 20 ans le 8 août 1941 à Rennes pour détention et de distribution de tracts communistes. Condamné par la Cour Spéciale de Rennes le 13 septembre 1941 à 4 ans de prison, il est déporté de Compiègne le  22 mars 1944 vers le  KL Mauthausen le 25 mars .(Matricule 59778). Revenu. (ADIV 167 J 44)

LE COTONNEC Marcel, né le 5 juillet 1922 à Auray (56). Étudiant en chimie. Domicilié à Rennes. Arrêté à Rennes le 8 mai 1943 à Rennes, il est déporté de Compiègne le 25 juin 1943 vers le  KL Buchenwald. (Matricule 14882). Revenu.

LE DEUFF Édouard, Léon Marc, né le 13 octobre 1920 à Rennes. Étudiant en 2eme année ingénieur chimiste. Résidant 8 rue au Duc à Rennes.  Il fait partie du groupe de résistants, Louis TURBAN, Joël et Yves LE TAC, qui se consacrait aux émissions clandestines et à la propagande (Réseau Overcloud). Arrêté le 2 février 1942 à Rennes, il est déporté le 17 septembre 1943 de Compiègne vers Buchenwald. (Matricule 21255), il décède le 15 janvier 1944 en All. Autres lieux de déportation: Dora et Lublin-Majdaneck. Sous lieutenant à titre posthume. Croix de guerre avec étoile de bronze. Sources: ADIV 167 J 25 - 6ETP2/57.

LE DEUFF Louis Hyacinthe Marie, né le 15 avril 1894 à Saint-Caradec (Côtes d'Armor). Commerçant. Marié quatre enfants. Agent P2 du réseau Overcloud depuis le 1er novembre 1941, sous les ordres de Louis TURBAN, il est arrêté le 13 mars 1942 à Rennes, il est déporté NN le 8 juillet 1943 de Paris, gare de l'Est vers le  KL Natzweiler. (Matricule 4337). Décapité le 21 février 1944 à Natzweiler. Capitaine à titre posthume. Médaille de la Résistance avec rosette. Source: ACP 27 P6 Caen - ADIV 6ETP2/57.

LE FLOCH Juliette, née CAHOUR le 10 novembre 1900 à Armentières (Nord). Institutrice à l'école publique de Redon, domiciliée 8 rue des Chauffards à Redon. Mère d'une jeune fille de 15 ans. Son mari est retraité des Contributions directes. Dès 1940, Mme Le Floch  prend une part active à la lutte contre l'occupant allemand. Membre du Front National, elle déploie une grand activité  au sein du groupe "Front National" dirigé par Mlle JAN directrice d'école à Redon. Elle assure la remise et la diffusion de journaux et de tracts anti-allemands. Elle s'occupe de la perception des cotisations et de recueillir des aides à la Résistance. Elle héberge des réfractaires du STO et répartit les armes destinés aux groupes. Elle est arrêtée le 29 mai 1944 suite à une dénonciation. Incarcérée à la prison Jacques Cartier de Rennes, elle se trouve dans le le convoi parti de Rennes le 2 août 1944 en direction de Belfort où elle est libérée au fort Hatry le 26 août 1944. Aidé par le Secours national, elle est dirigée vers Giromagny à 15 km de Belfort. Logée par la population patriote, elle réussit  avec 7 autres prisonniers (Rosalie ROUAULT, Marie CAHOUR, Prosper BREVET, Alice DUCHENE, Angèle DEPLANTAY et Philémon FORESTIER) à passer en  Suisse à Delle le 16 octobre grâce à Madame MORANDINI (arrêtée le même jour lors de son passage le 16 octobre 1944.  Dirigée quelques jours plus tard vers la zone libérée à Pontarlier elle est rapatriée le 25 octobre 1945 à Redon. Sources: ADIV 6ETP2 - 43 ; 167 J 45; 167J 31/2

LE FLOCH Marthe, née le 13 octobre 1920 à Saint-Gouvry (56). Célibataire. Linotypiste ouvrière. Domiciliée à Rennes. Arrêtée le 3 avril 1944, elle est dans le convoi parti de Rennes début août 1944. Le 1er septembre, elle est déportée de Belfort vers le KL Ravensbrück. (Matricule 62844). Autre lieu de déportation: Genshagen. Revenue des camps. Source: Fichier de Caen.

LE FLOUR Yves, né le 10 mai 1921 à Concarneau (Finistère). Célibataire. Ajusteur. Domicilié à Rennes. Arrêté le 15 février 1944 à Rennes, il est déporté le 27 avril 1944 de Compiègne vers le KL Auschwitz-Birkenau. (Matricule: 185892). Transféré à Buchenwald  le 14 mai 1944 (Matricule: 54008), puis est transféré vers Schönebeck. Revenu des camps. Source: Fichier de Caen.

LE GAC Joseph, né le 10 mai 1924 à Pleurtuit (Ille-et-Vilaine). Il participe activement à la Résistance à La-Bouëxière (Ille-et-Vilaine), son frère lui confiant la récupération du matériel (armes et explosifs) pour les groupes de Rennes. Suite à l'attaque de la prison de Vitré à laquelle son frère participait. Ayant reconnu un de ses camarades d'enfance, ignorant qu'il était du S.D. allemand, ce dernier lui demande d'entrer en contact avec la Résistance et particulièrement avec son frère Mathurin. Pour prendre contact avec lui, l'agent du S.D. le conduit à Rennes, au siège du S.D. allemand, rue Châteaudun à Rennes. Arrêté en descendant de moto, il est torturé par la Gestapo puis incarcéré à Jacques Cartier le 28 juin 1944. Il est déporté de Rennes le 2 août 1944 vers Belfort (Train dit de Langeais) puis transféré le 29 août 1944 de Belfort vers le KL Neuengamme. (Matricule 44227). Autre lieu de déportation:  Wilhelmshaven. Le 15 avril 1945 à Lübeck, il est embarqué sur le "Cap Arcona". Ce navire est coulé par les Alliés. Il réussit à rejoindre la côte où il est secouru par les unités anglaises. Revenu. Source: ADIV 167 J 47

LE GOUPIL Marthe, née le 21 septembre 1915 (de Rennes). Elle se trouve dans le convoi parti de Rennes le 2 août 1944 à destination de l'Allemagne. Elle est libérée le 27 août 1944 au fort Hatry de Belfort.

LE GRAND Jean, né le 29 juillet 1922 à Rouen. Le 19 janvier, il est arrêté par la S.P.A.C. (Service de police anti-communiste) à Morlaix. Interné à la prison de Vitré, il est libéré  par les F.T.P. le 30 avril. Il participe aux combats de La-Bouexière, libérant ses camarades, arrêtés par la gendarmerie et rejoint Morlaix le 2 mai. Arrêté par la Gestapo le 12 mai, il est interné à la prison Jacques Cartier et embarqué dans le convoi début août. Il s'évade le 6 août à Langeais lors du mitraillage (Archives à exploiter). Source: ACP 27 P6 Caen.

LE GUILLOUX Henri, né le 15 novembre 1906 à Saint-Gildas ?. Responsable des cartes d'alimentation. Arrêté le 8 octobre 1943 à Rennes, il est déporté de Compiègne le  22 mars 1944 vers le  KL Mauthausen (Matricule 60039) où il décède le 10 avril 1945.

LE JAN Félix ,né le 28 mai 1915 à Lannion (22). Domicilié rue Poullain Duparc à Rennes. Il est arrêté par les Allemands sur un terrain militaire entrain de ramasser du bois en février 1941. Condamné le 23 mai 1941 par le Tribunal correctionnel de Rennes à un mois d'emprisonnement. Il est ensuite dirigé sur l'Allemagne. Arrêté sur le territoire du Reich et déporté à Neuengamme  (Matricule: 15092) où il décède le 24 janvier 1943. ADIV 167 J

LE HELLOCO Ange, né le 13 février 1908 à Vitré (Ille-et-Vilaine). Marié, 3 enfants; soudeur à la S.N.C.F., domicilié 12 rue Richard Lenoir à Rennes. Il entre dans le groupe de résistance du F.N. ateliers S.N.C.F. de Rennes en décembre 1941. Il participe à la propagande anti-allemande, à la diffusion de tracts et de journaux clandestins. Il participe à la constitution des premiers groupes de F.T.P. du dépôt et des ateliers S.N.C.F. de Rennes, sabotage du matériel et convois allemands dirigés sur la côte atlantique. Il est nommé au triangle de direction des F.T.P. de la S.N.C.F. parallèlement à l'organisme de Résistance Front National. Il est arrêté le 23 novembre 1943 par la  S.P.A.C. (Service de police anti-communiste) à Rennes. Incarcéré à Rennes du 23 novembre au 24 décembre, puis transféré à Laval le 24 décembre 1943, Angers et Compiègne d'où il est déporté le 4 juin 1944  vers le  KL Neuengamme. (Matricule 33375). Autres lieux de déportation: Sachsenhausen, Orianenburg où il est libéré le 22 avril 1945. Sources: ACP 27 P6 Caen. - 43 W 30. - ADIV 6ETP2/55.

v-lemoigne.jpg (14065 octets)LE MOIGNE Yves, né le 6 mars 1926 à Saint-Martin-des-Champs (Finistère). Arrêté le 2 mars 1942 à Rennes, il est déporté NN le 4 juin 1942 de Paris, gare de l'Est vers Hinzert. (Matricule 4249). Libéré le 8 mai 1945 à Hischberg (Kommando du KL de Gross Rosen). Autres lieux de déportation: Prison de Breslau; prison de Schweidnitz (près de Breslau); prison de Wittlich (près de Cologne). Document. Source: ADIV 167 J 47

LE MOINE Denise, née FOUREL le 18 mai 1920 à Chevaigné (Ille-et-Vilaine). Appartenance au Front National. Suite à une dénonciation, elle est arrêtée le 21 janvier 1943 à Rennes, au café Simon, 45 bd de la Tour d'Auvergne, pour propagande contre l'armée allemande. Condamnée à 2 ans de prison, elle est d'abord détenue à la prison Jacques Cartier, et  Troyes, puis est déportée le 23 juillet 1943 à Fribourg, Lübeck-Lauerhof, Dortmund et Witten. Elle est libérée par l'armée américaine le 9 avril 1945.

LE MORRELEC André, né le 8 août 1919 à Carhaix (Finistère). Domicilié à Rennes (Ille-et-Vilaine). Arrêté le 31 mai 1943 à Rennes, il est déporté de Compiègne le 20 avril 1943 vers le  KL Mauthausen. (Matricule 28357). Il est libéré le 7 mars 1945. Source: Fichier de Caen.

LE NY Jean, né le 22 juin 1891 au  Faouët (56). Raboteur à la SNCF; marié un enfant. Arrêté le 8 décembre 1943, 23 rue Pierre Corneille à Rennes, il est interné à Laval le 28 décembre 1943, il est déporté le 4 juin 1944 de Compiègne vers le KL Neuengamme où il décède le 20 décembre 1944. (Matricule 34858). Source: ACP 27 P6 Caen - ADIV 43W 30.

LE PEN Raymond, né le 21 janvier 1922 à Redon. Instituteur. Lieutenant FTP- Arrêté le 21 avril 1944 à Hirel (Ille-et-Vilaine), il est incarcéré dans le camp Margueritte. (baraque 10 d'Héger). Début août 1944, il est dans le dernier convoi parti de Rennes en direction de l'Allemagne. Il s'évade en cours de transport à Saint-Mars-du-Désert le 4 août 44. Il rejoint de nouveau la Résistance à Nord-sur-Erdre, puis en tant que Lieutenant au 1er bataillon F.T.P.F. du Morbihan et au 5e bataillon F.F.I. II participera à la libération de la périphérie lorientaise. Biographie Source: Fichier de Caen.

LE POLOZEC Georges Eugène Joseph, né le 30 juillet 1922  à Paramé (Ille-et-Vilaine). Arrêté le 15 mars 1944 à l'Hôtel Moderne à Courtoiville à Paramé (Ille-et-Vilaine) en compagnie de Salvador CICI, André MARTIN, Albert FORGET et Robert MARC.  Il fut déporté de Compiègne le 4 juin 1944, avec Albert Forget et Salvator Cici (34230), dans le camp de concentration allemand de Neuengamme où il arriva le 7 juin suivant après avoir passé trois nuits dans des wagons à bestiaux où il y reçu le matricule n° 34727. Ensuite, il fut transféré dans le camp de Stutthof où il décéda le 13 juillet 1944 Ce camp fut créé par les Allemands, au mois d'août 1939 et ici, furent peu nombreux les Français, non juifs, qui y ont été déportés. Le Conseil Municipal de Saint-Malo décida de donner le nom de Georges Le Polozec à une rue de la commune située dans le quartier de Rocabey.   Sources JO: 226-29 septembre1994- AD35 514W4.Mémorial Déportés : Partie I, liste n°223

LE PRINCE Henri, né le 8 juillet 1924 à Rennes (Ille-et-Vilaine).Domicilié à Dinard (Ille-et-Vilaine). Boucher. Arrêté Il diffuse dès octobre 1943 la presse clandestine. Il rejoint le maquis du moulin d'Everre. Il est arrêté à la suite de l'investissement du maquis le 27 juillet 1944. Il est torturé et a le bras gauche brisé par un coup de crosse. Dirigé sur l'Allemagne, il réussit à s'évader lors du mitraillage du convoi à Langeais le 10 août 1944.

LE RAY Hervé, né le 21 janvier 1901 (de Rennes). Il est dans le convoi de prisonniers qui quitte Rennes début août 1944 à destination de l'Allemagne. Il est libéré  le 28 août 1944 au fort Hatry de Belfort .

LE ROUX Émile, né le 22 octobre 1903 à Saint-Pever (Côtes d'Armor). Cultivateur. Domicilié à Rennes. Arrêté le 10 mars 1943, il est déporté le 8 mai 1943 de Compiègne vers le KL Sachsenhausen.(Matricule 66617). Il décède en avril 1945 à Bergen-Belsen (All.) (Source JO: 226-29 septembre1994).

 

 

 

LE SOUEF Albert, né le 1er février 1904 à Saint-Brieuc (Côtes d'Armor) .Arrêté le 21 juin 1944 à Noyal-sur-Vilaine avec plusieurs personnes dont M. PIOC, pour avoir tenu des propos désobligeants envers l'armée  d'occupation, il est déporté  le 28 juillet 1944 de Compiègne vers le KL Neuengamme. (Matricule 39706) Il décède le 3 mai 1945 à Sandbostel (All).  Source: ACP 27 P6 Caen.

v-letac-joel.jpg (3271 octets)LE TAC Joël, né le 15 février 1918 à Paris. Il fait partie du groupe de résistants, Louis Turban, Yves Le Tac et Édouard Le Deuff, André Ménard, André Lacaze, qui se consacraient aux émissions clandestines et à la propagande (Réseau Overcloud). Arrêté le 5 février 1942 à Rennes par la police allemande, il est déporté NN le 8 juillet 1943 de Paris, gare de l’Est, vers le KL Natzweiler. (Matricule 4353). Libéré le 15 avril 1945 Bergen-Belsen. Autres lieux de déportation: Dachau, Neuengamme, Dora, Gross-Rosen, Document Compagnon de la Libération.

Source: Joel Le Tac. Le Breton de Montmartre . Franck Renaud. Son frère LE TAC Yves, né le  8 mars 1908 Paris est arrêté le 6 février 1942 à Paris, blessé par balles. Déporté NN le 8 juillet 1943 de Paris, gare de l’Est, vers le KL Natzweiler. (Matricule 4354). Libéré le 29 avril 1945  à Dachau. Autre lieu de déportation: Erzingen. Lien wikipedia

LE TULLIER Henriette, née MAITREJEAN, née le 22 août 1914 à Blauzy (71). Domiciliée à Rennes. Membre du réseau Alliance, elle arrêtée le 30 septembre 1943 à Rennes, puis est déportée le 27 janvier 1944 vers la prison de  Pforzheim , Freiburg-im-Breisgau où elle s'évade le 27 novembre 1944. Source: Fichier de Caen.

LE TULLIER Pierre, né le 6 février 1914 à Le-Mans (72). "Daim", inspecteur de la surveillance du territoire, chef du secteur de Rennes, arrêté le 30 septembre 1943 avec sa femme pour appartenance au réseau Alliance.  Déporté "NN" à Natzweiler le 20 mai 1944. Le 1er septembre 1944 à Natzweiler au soir, une camionnette emmène jusqu’à l’aube 108 détenus du réseau alliance, par groupe de 12. Tous sont exécutés d’une balle dans la nuque et leurs cadavres brûlés ensuite au four crématoire.

LEBACLE Marcel, né le 24 juin 1921 à Rennes (Ille-et-Vilaine). Il a été arrêté le 9 juin 1944 à Rennes par la milice pour port de faux papiers. Transféré de Rennes à Compiègne le 29 juin 1944, il a été déporté le 28 juillet vers Neuengamme. (Matricule 39666) où il décède le 3 janvier 1945.

LEBAS Bernard, né le 16 septembre 1925 à Landéan (Ille-et-Vilaine). Étudiant, il est arrêté le 9 octobre 1943 à Villamée (Ille-et-Vilaine), pour avoir inciter, dans une lettre, son frère de ne pas partir en Allemagne pour le STO. Incarcéré à la prison Jacques Cartier de Rennes, il est déporté de Compiègne le 6 avril 1944 vers le KL Mauthausen (Matricule 62666). Revenu. ADIV 167 J 46. Témoignage de son arrestation

LEBAS Clément, né le 7 avril 1920 à Landéan (Ille-et-Vilaine). Frère de Bernard LEBAS. Boulanger. Marié, 1 enfant. Réfractaire au STO.  Arrêté pour activités résistantes dans le réseau Buckmaster à Martigné-Ferchaud, il réussit à s'évader. Il est arrêté quelques jours plus tard, le 11 octobre 1943 au Sel-de-Bretagne par les gendarmes. Son arrestation entraina l'arrestation de tout le réseau de résistants de Martigné-Ferchaud. Incarcéré à la prison Jacques Cartier de Rennes, il est transféré vers Compiègne le 13 mars 1944. Le 6 avril 1944 il est déporté vers le KL Mauthausen. (Matricule 62667). Il décède le 23 avril 1945 à Melk. Source: Fichier de Caen.

LEBASTARD Marcel, né le 18 octobre 1922 à Gennevilliers (75). Étudiant. Arrêté le 13 octobre 1941 à Saint-Ouen-des-Alleux avec une cinquantaine de personnes.(Opération "Porto"). Déporté NN le 18 décembre 1941. Condamné à mort le 23 février 1943 pour "avantages procurés à l'ennemi", espionnage, collaboration avec le renseignement étranger". Emprisonné  à Ausburg et déporté à Sonnenburg le 2 octobre 1943 où il est gracié, puis transféré à Sachsenhausen le 14 novembre 1944 (n°117221). Il décède le 13 février 1945 à Heinkel.

LEBASTARD de VILLENEUVE Yves, né le 1er août 1920 à Arzague (40). Membre du réseau "Alliance". Étudiant, agent de renseignement région Bretagne. "Sapajou". Frère d'Alain de Villeneuve, fusillé le même jour. Arrêté à Rennes le 30 septembre 1943, il est déporté en Allemagne le 16 décembre 1943. Fusillé le 21 août 1944 à Heilbronn. Lieux de déportation Kehl, Freiburg-im-Breisgau, Schwäbisch-Hall, Heilbronn.

 

LEBEAU Alfred, né le 4 octobre 1912 à Plessé (Loire-Atlantique). Arrêté sur dénonciation à Rennes le 13 juillet 1944. Il fait partie du convoi de détenus à destination de l'Allemagne. Il a été déporté à Natzweiler le 26 août 1944 en provenance de Belfort. (Matricule 2393). Il décède à Dachau.

LEBEC Jean, directeur de l'école publique de Guignen, 35 ans. Arrêté lors de la rafle de Guignen le 28 juillet 1944, il est déporté le 3 août 1944 vers l'Allemagne. Il s'évade en cours de transport à Langeais le 6 août 1944.

LEBELLE Auguste François Pierre, né le 6 août 1894 à La-Boussac (Ille-et-Vilaine). Il exerce la profession de contrôleur principal des PTT à Rennes. Marié avec Emilie, Françoise, Sylvie  Daniel en 1917, il est domicilié à Rennes, au 139 rue de Chatillon. Engagé dans la Résistance, il est arrêté par la Gestapo,  le 27 décembre 1943, vers 8h du matin,  à son domicile. Sa femme est interpellée, peu de jours après. Il est incarcéré à la prison Jacques Cartier, de Rennes. Le 27 janvier 1944, il est déporté de Compiègne vers le camp de Buchenwald (Allemagne) (matricule 44025), puis au Kommando de Dora  jusqu’au 15 avril 1945. Il est libéré par les Alliés le 15 avril 1945. Médaille militaire (1914-1918) pour faits de guerre. Source: DAVCC, Caen. Article.

LEBELLE  Émilie Françoise, Sylvie, née DANIEL le 13 septembre 1897 à Saint-Méen-le-Grand (Ille-et-Vilaine). Son mari, Auguste Lebellé, est arrêté le 27 décembre 1943 à Rennes. La famille est composée de deux garçons. Ce jour-là, le jeune, André, étant menacé,  parvient à s’enfuir.  Quelques jours plus tard, un membre de la Gestapo de Rennes, 12 rue Victor Hugo, se présente au domicile de la famille, 139 rue de Chatillon et se fait passer en qualité de membre de l’Intelligence Service, —dit-il— de soustraire l’un des deux enfants, André,  aux recherches des Allemands. A cette fin, il demande qu’un rendez-vous soit arrêté entre le fils et lui-même. Le frère ainé, Guy, parvient à démasquer l’individu et ses sinistres desseins, à la solde des Allemands. Furieux d’être repéré, le gestapiste  procède à l’arrestation d’Emilie Lebellé, le 6 janvier 1944. Les enfants prennent leurs dispositions et  la maison, rue de Chatillon, devient une véritable souricière, pendant une dizaine de jours.  Emilie Lebellé est dans le convoi partant de Rennes, le 2 août 1944, en direction de l’Allemagne. Le 1er septembre 1944, elle est déportée de Belfort à Ravensbrück, avec le matricule  62840. Elle décède en février 1945. Son mari, Auguste Lebellé, est libéré le 15 avril 1945. Le mari et la femme auront été déportés dans deux camps différents, après avoir été arrêtés à quelques jours d’intervalle. Sources: ACP27P6 Caen- ADIV 167J 25

LEBOSSÉ François Lucien alias LEPRIMEUR, né le 7 décembre 1901 à Laignelet (Ille-et-Vilaine). Commerçant. Agent P2 engagé dans le groupe Gallais en août 1941.(Réseau Action et "Ceux de la Libération" Arrêté le 9 octobre 1941 à Fougères sur dénonciation avec une cinquantaine de personnes (Opération "Porto"), il est déporté le 18 décembre 1941. Déporté NN le 18 décembre 1941, il est décapité avec sept autres camarades le 21 septembre 1943 à Munich. Autre lieu de déportation: Ausburg, prison située dans l'ouest de la Bavière. Homologué sous-lieutenant dans la Résistance. Sources: ADIV 167J 25 - 6ETP2/56.

LEBOUC Marcel-Henri, né le 15 janvier 1912 à Rennes. Ajusteur S.N.C.F. Arrêté à son domicile–1 rue Luzel à Rennes–le 8 décembre 1943 comme "membre communiste à la S.N.C.F." Il est transféré à Laval le 24 décembre 1943, puis Angers. Le 4 juin 1944, il est déporté de Compiègne vers le KL Neuengamme. (Matricule 33697). Lieux de déportation: Sachsenhausen, Mauthausen. Il décède le 17 février 1945 à Mauthausen (Autriche). Cité à l'ordre du Régiment de la IIIème Région militaire comme sous-lieutenant des F.F.I. d'Ille-et-Vilaine. Attribution de la Croix de guerre avec étoile de bronze. Sources: ACP 27 P6 Caen - ADIV 167J 25. ADIV 43 W 30 6ETP2-151

LEBRE René, né le 26 septembre 1921 à Aix-en-Provence (13). Opérateur radio de Rennes. "Chardonneret". Arrêté à Rennes le 23 septembre 1943, il est déporté en Allemagne le 16 décembre 1943. Autres lieux de déportation Kehl, Freiburg-im-Breisgau, Schwäbisch-Hall, Heilbronn. Le 21 août 1944, il est fusillé à Heilbronn.

LEBRET ou LE BRET Édmond, né le 1er août 1899 à Plouer (Côtes d'Armor). Machiniste, navigateur. Arrêté le 23 avril 1943 à Saint-Malo (Ille-et-Vilaine), 3 rue des Marins, il est déporté de Compiègne le 25 juin 1943 vers le KL Buchenwald (Matricule 14630) où il décède le 4 octobre 1944.

LEBRET Gustave, né le 31 octobre 1894 à Bonnemain (Ille-et-Vilaine). Chef de train à Dol en 1940. Enrôlé dans le réseau Marc-France du 1er  septembre 1942 au 1er avril 1943. Arrêté le 1er avril 1943, Pont des Tandières à Dol-de-Bretagne. Assure en service et hors service la surveillance des mouvements allemands, troupes et matériel, en notant provenance et destination. prend des notes et plans sur les travaux de la région malouine: blockhaus, réseaux barbelés, défenses antichars, emplacement de D.C.A. Transmet renseignements à l'agent PROUST, 28 ans, de Brest, venant de Rennes ou au lieutenant BELLOIR Gustave, 63 ans de Saint-Jean-le-Thomas, ancien voyageur de la maison Méance. Ces deux derniers sont morts en déportation. Tous trois sont allés, à vélo, surveiller les travaux de Saint-Benoit, 8 jours avant l'arrestation de Lebret.  Arrêté le 1er  avril 1943, il est mis au secret dans une cellule pendant 14 jours à Saint-Malo, puis 21 jours à Rennes. Transféré 4 mois à Fresnes, il est torturé par la Gestapo. Il est déporté le 13 septembre 1943 à Francfort, Sarrebrück, Kassel, Neue Bremm, Halle, Orianenburg, Sachsenhausen. Bernau, Briefetauben, Bergen-Belsen, Sandbostel. Il est libéré par les Anglais. Il rentre à Dol le 10 juin 1945. Homologué au grade de sous-lieutenant dans la Résistance. Sources: ACP 27 P6 Caen. ADIV 6ETP2/56

LEBRETON Henri, François, Marie, né le 31 août 1893 à Saint-Domineuc (Ille-et-Vilaine). Directeur d'école et secrétaire de mairie à Liffré, il établit des fausses cartes d'identité et procure des cartes d'alimentation aux réfractaires au STO Arrêté le 28 mai 1944 à Liffré (Ille-et-Vilaine) lors d'une rafle au cours de laquelle une trentaine de personnes sont interpellées, dont le maire, le curé, le notaire, des bouchers et des commerçants et le fils d'Henri Lebreton. Ils ont tous été incarcérés au camp Margueriite de Rennes. Transféré de Rennes à Compiègne le 29 juin 1944, il est déporté le 28 juillet 1944 de Compiègne vers Neuengamme. (Matricule 39711). Il décède le 15 décembre 1944 à Versen (All). Croix de guerre avec étoile de bronze. Sources: ACP 27 P6 Caen - JO: 41-18 février 1994 - ADIV 167 J 25 - 6ETP2/55

LEBRETON Henri, né le 22 avril 1904 (de Saint-Hilaire-des-Landes). Il est arrêté le 27 juillet avec Marie Louise Tual, Marcel Trémion, comme otage par les miliciens et les Allemands à Saint-Marc-sur-Couesnon. Incarcéré au camp Margueritte à Rennes il fait partie du dernier convoi de détenus politiques parti de Rennes début août 1944 à destination de l'Allemagne. Il est libéré  le 28 août 1944 au fort Hatry de Belfort .Document "Entre Everre et Minette" n°8 ; Maquis d'Everre (5Mo Fichier téléchargeable)

LEBRUN Rémy, né le 11 février 1925 à Paramé (Ille-et-Vilaine). Apprenti tôlier-chaudronnier. Domicilié 22 rue des Trente à Rennes. Arrêté le 1er mars 1942,à Rennes, il est déporté de Compiègne le 6 avril 1944 vers le KL Mauthausen. (Matricule 62047). Autres lieux de déportation: Melk, Ebensee. Revenu des camps. Sources: ACP 27 P6 Caen - Mémorial Déportés : Partie I, liste n°199

LECOMMANDOUX Alexandre, né le 23 novembre 1921 à Saint-Just (Ille-et-Vilaine). Il travaillait à la ferme familiale. Le 29 mai 1944. Des militaires allemands firent irruption au domicile de ses parents afin de le mettre en état d'arrestation. Prévenu de l'arrivée des soldats, Alexandre Lecommandoux se cacha dans les dépendances de la ferme. Son père fut pris en otage et interné à la Maison d'Arrêt de Redon. Devant cette situation, le jeune Lecommandoux se constitua prisonnier le lendemain. Son père fut de ce fait relâché. Il semble que son arrestation soit due à une dénonciation. Les véhicules allemands qui stationnaient devant son domicile transportaient des jeunes gens arrêtés dans la région de La-Gacilly et ne firent qu'un seul arrêt à Saint-Just précisément pour la prise en charge du jeune Lecommandoux. Interné à la prison Jacques Cartier de Rennes, il fait partie du convoi de détenus qui quitta Rennes début août à destination de l'Allemagne. Arrivé au camp de Natzweiler le 26 août 1944 en provenance de Belfort. (Matricule 23932), il a été transféré quelques jours plus tard vers Dachau. Il décédait le 11 février 1945 à Halach-Sportplatz. (ADIV 167 J 25)

LECOMTE épouse GILET Lucienne, née le 17 octobre 1923 à Pléneuf (Côtes d'Armor). Célibataire. Domiciliée à Rennes. Coiffeuse. Arrêtée le 13 septembre 1943 à Rennes, elle est déportée de Paris, gare de l’Est, le 18 avril 1944  vers le KL Ravensbrück .(Matricule 35232). Autre lieu de déportation: Helmstedt-Beendorf. Revenue.

LECOQ Lucien, né le 10 novembre 1903 à Treillères (Loire-Atlantique). Facteur enregistrant à la SNCF en gare de Rennes. Il venait d'y être muté depuis le 1er juillet 1941. Selon le Mémorial de Caen, Il n'était pas intégré dans un mouvement officiel de la Résistance, c' était plutôt un homme de l'ombre, un franc-tireur. À Trappes (78) son affectation précédente, il avait apparemment participé à des opérations visant à ralentir, voir empêcher les trains de ravitaillement se dirigeant vers les bases allemandes bretonnes (Lorient, Rennes, Brest), de partir. Le 24 septembre1942, alors qu'il était en service, il semble être tombé dans un guet-apens orchestré par la Police allemande et des pseudo interprètes allemands. Accusé de vol au préjudice de la SNCF, il est arrêté et emprisonné à Rennes. La FNDIRP interrogée  à ce sujet, en août 1947, après enquête, a conclu que lui seul aurait été déporté, pendant que les interprètes allemands auraient été fusillés sur place. Bizarrement la gare de Rennes et la SNCF n'ont pas été tenu au courant des faits reprochés à Lucien LECOQ. Cette même association, la FNDIRP émet de grosses réserves sur cette version allemande. C'est pourquoi le nom de Lucien LECOQ apparait au titre des cheminots déportés, au monument du souvenir en gare de Rennes. Incarcéré à la prison de Rennes jusqu'au 6 mars 1943, il est transféré au Fort de Villeneuve-Saint-Georges, en région parisienne. C'est de là qu'il partira vers l'Allemagne, emprisonné à Bernau, d'où il entamera son parcours concentrationnaire vers Dachau (Matricule 137390), Auschwitz (Matricule non trouvé à ce jour) pour finir à Buchenwald (Matricule 131378), plus précisément au camp tristement célèbre d'Ohrdruf. Il a été répertorié mort le 25 février 1945. il avait 41ans et demi. Déclaré" Mort pour la France" au J.O. du 23 Octobre 1948 et" Mort en déportation" au J.O. du 23 mars 1994. Non identifié dans le mémorial des déportés de France. Source : Archives SNCF cote EC21839, Joël Breteau son fils)  

LECOURT Etienne, Émile, né  le 1er octobre 1908 à La Ville-ès-Nonais (Ille-et-Vilaine). Ouvrier agricole. Domicilié à Saint-Coulomb. Arrêté le 1er mars 1943 à Saint-Méloir-des-Ondes (Ille-et-Vilaine), il est déporté de Compiègne le 16 avril 1943 vers le KL Mauthausen. (Matricule 26989). Il est gazé le 22 juillet 1944 à Hartheim (Autriche). Sources JO: 69-23 mars 1994 - . Source: Fichier de Caen.

LECUÉ Jean Marie, né le 4 décembre 1919 à Moulins (Ille-et-Vilaine). Commerçant en tissus. Arrêté à son domicile à Moulins par la feldgendarmerie, le 2 janvier 1944, pour avoir aidé un Alsacien engagé, Robert Libert, incorporé dans un régiment allemand de chars en formation au château de Monbouan, en Moulins en lui fournissant des vêtements civils et des vivres. Robert Libert arrêté trois semaines à Périgueux ce qui entraîna celle de Jean Marie LECUÉ. Condamné à trois ans de réclusion par le tribunal militaire allemand, le 21 janvier 1944, Il est incarcéré à la prison de Rennes jusqu'au 29 juin 1944. Autres lieux de détention: Fresnes, Rheinbach, Kassel, Straubing, Dachau, Moosburg où il est libéré le 1er mai 1945 par l'armée américaine. (Source: Archives de Caen.). Article

LEFEUVRE Constant, Marie, Joseph, né le 7 juin 1901 au Theil-de-Bretagne (Ille-et-Vilaine). Marchand de vélo, mécanicien en cycles. Arrêté le 6 mai 1943 à Janzé (Ille-et-Vilaine), place du Champ de foire, il est déporté le 25 juin 1943 de Compiègne vers le KL Buchenwald. (Matricule 14714). Autres lieux de déportation: Karlshagen /Peenemüde, Buchenwald, Dora où il décède le 17 novembre 1943. Sources JO: 83-9 avril 1994 -  ACP 27 P6 Caen.

LEFEUVRE Marie France, épouse POITEVIN, née le 16 décembre 1923 à Janzé (Ille-et-Vilaine). Célibataire. Employée bénévole au service des cartes d'alimentation. Domiciliée à Janzé. Arrêtée le 4 mars 1943 à Janzé, elle est déportée de Paris le 29 août 1943 vers le KL Ravensbrück. (Matricule 22402). Autre lieu de déportation Neubrandenburg. Revenue des camps. Identifiée sous le nom de LEFEVRE dans le mémorial des déportés de France. Source: Fichier de Caen.

LEFORT Constant, né le 3 octobre 1904 à Fougères (Ille-et-Vilaine). Jeune commerçant, il est arrêté le 8 octobre 1943 à Fougères pour détention de tracts anglais anti-allemands et outrages à des membres de l'armée d'occupation, il est déporté le 14 décembre 1943 de Compiègne vers Buchenwald. (Matricule 38723). Autre lieu de déportation: Dora. Libéré le 15 avril 1945 à Bergen-Belsen, il a été rapatrié le 30 avril 1945. (Source: ADIV 167 J 46)

LEFRANCOIS Louis, né le 20 février 1915 à Combourg (Ille-et-Vilaine). Secrétaire de mairie de Bonnemain (Ille-et-Vilaine), membre d'un groupe du Front national. Il faisait des fausses cartes d'identité ou d'alimentation. Il participait à la récupération d'armes, au camouflage de réfractaires du STO, à la distribution de tracts clandestins. Il est arrêté le 26 novembre 1943 à Bonnemain. Transféré dans diverses prisons dont celle d'Angers. Il est déporté dans le "train de la mort" parti de Compiègne le 2 juillet 1944 vers le KL Dachau le 2 juillet 44. (Matricule 77044). Il est libéré le 29 avril 1945 par la 7ème armée américaine. Source: ACP 27 P6 Caen - ADIV 43W 30

LEGAY Albert François, Marie, né le 10 septembre 1920 à Laval (53). Étudiant en droit. Domicilié à Laval. Arrêté le 19 janvier 1944 à Saint-Méen-le-Grand (Ille-et-Vilaine), il est déporté de Compiègne le 6 avril 1944 vers le KL Mauthausen. (Matricule 62681) où il décède le 17 juin 1944. Sources: AC 21P 474 885 - JO:113-17/5/1994

LEGENDRE Henri, né le 7 janvier 1920 à Rennes. Ouvrier d'entretien à la voirie. Domicilié à Acigné (Ille-et-Vilaine). Arrêté pour une raison inconnue le 21 juin 1944 à Acigné, il est transféré le 28 juin 1944 à Compiègne, puis est déporté vers Neuengamme le 28 juillet. (Matricule 39482). Lieux de déportation connus : Neuengamme, Watenstedt, Ravensbrück. Il est libéré le 30 avril 1945. Sources: Mémorial des déportés, AD35 514W, ACP 27 P6 Caen.

LEGOURD Édouard, né le 9 juin 1924 à Montfort-sur-Meu (Ille-et-Vilaine). Il travaille dans un garage à Fougères. Arrêté après janvier 1944, il est déporté le 4 juin 1944 de Compiègne vers le KL Neuengamme (Matricule 33541). Autre lieu de déportation: Watenstedt-Salzgitter, Ravensbrück où il est libéré le 30 avril 1944.(Document). Source: ADIV 167 J 47

LEGOURD Georges, né le 29 avril 1927 à Saint-James (50). À la suite d'un cambriolage de tickets d'alimentation, opéré en mairie de Beaucé, près de Fougères, les gendarmes l'arrête à Beaucé le 1er février 1944. Incarcéré à Rennes et Angers, il est transféré à Compiègne. Le 4 juin, il est déporté vers le KL Neuengamme. (Matricule 33534). Autre lieu de déportation:  Watenstedt-Salzgitter. Quand il revint, pesant 29 kg, sa santé était gravement altérée et il mit longtemps à se remettre de son internement" (Document). Source: ADIV 167 J 47.

LEIBEL Claire, née le 29 juillet 1936 au Havre-  Arrêtée à Sens-de-Bretagne (Ille-et-Vilaine), Le Poncet, après le 9 octobre 1942. Déportée par le convoi n° 47 de Drancy vers Auschwitz le 11 février 1943. Elle décède le 16 février 1943 à Auschwitz.

LEIBEL Itzic. Père de Claire et de Nelly.  Roumain, né le 2 septembre 1905 à Saveni-. Arrêté le 9 octobre 1942 à Sens-de- Bretagne (Ille-et-Vilaine), il est déporté par le convoi n° 40 de Drancy vers Auschwitz le 4 novembre 1942.

LEIBEL Nelly. Juive, née le 11 octobre 1938 au Havre. Arrêtée à Sens-de-Bretagne (Ille-et-Vilaine), après le 9 octobre 1942, elle est déportée par le convoi n° 47 de Drancy vers Auschwitz le 11 février 1943. Elle décède le 16 février 1943 à Auschwitz

LEIBEL Pauline. Juive, née Salzberg. Mère de Claire et de Nelly. Roumaine, née le 12 octobre 1910 à Paris (12e). Arrêtée à Sens-de-Bretagne (Ille-et-Vilaine), après le 9 octobre 194, elle est déportée par le convoi n° 47 de Drancy vers Auschwitz le 11 février 1943. Elle décède le 16 février 1943 à Auschwitz.

LEMAITRE Pierre, né le 2 février 1911, à Chatillon-en-Vendelais (Ille-et-Vilaine). Directeur économe des hospices civils de Vitré, boîte aux lettres, agent de renseignements. "S.92", il a été arrêté le 1er octobre 1943, 11 rue Pasteur à Vitré, pour détention d'un poste émetteur et communications avec l'Angleterre, accueil d'aviateurs alliés dans l'hôpital de Vitré dont il avait charge, fourniture de faux papiers dans le cadre du réseau Alliance dont il était membre. Détenu à Rennes, puis Fresnes , il est déporté le 16 décembre 1943.à Fribourg où il a été condamné à mort par le tribunal militaire allemand. Autres lieux de détention: Kehl, Freiburg-im-Breisgau, Schandelah, Halberstadt. Fusillé à Heilbronn le 21 août 1944. Une école et une rue portent son nom à Vitré. Source: ACP 27 P6 Caen. Documents:etoil6.gif (599 octets) 

LEMARCHAND Louis, né  le 10 octobre 1898 à Paramé (Ille-et-Vilaine). Chauffeur en usine de charbon. Domicilié à Paramé. Arrêté le 27 février 1943 à Paramé, impasse du Coq Hardi, par les Allemands, il est interrogé à la villa "Les quatre Vents", chemin de la Plage à Paramé, où se trouvait la Gestapo locale. Il est ensuite écroué à la Maison d'Arrêt de Saint-Malo, puis  dirigé sur Compiègne d'où il est déporté le 16 avril 1943 vers le KL Mauthausen. (Matricule 26229). Il a été libéré à Gusen le 5 mai 1945. Source: Fichier de Caen. ADIV 6ETP2/55.

LEMARIÉ Pierre, Amand, René, Marie, né le 13 novembre 1898 à La-Chapelle-Saint-Aubert (Ille-et-Vilaine). Artisan carrier. Membre d'un groupe du Front National d'août 1941 à septembre 1942, il est responsable de 15 groupes du F.N. de l'arrondissement de Fougères de septembre 1942 au 30 avril 1943. Il participe à la fabrication d'explosifs. Il commande le groupe du F.N. qui sabota les freins du train allemand en gare de Fougères le 11 novembre 1942. Arrêté le 30 avril 1943 à Lecousse par des policiers en civils, membres de la  S.P.A.C. (Service de police anti-communiste), pour activités communistes. Condamné à 2 ans de prison par la cour spéciale de Rennes le 20 mai 1943, il est interné à Fougères, Rennes, Blois et Compiègne. Déporté le 27 avril 1944 de Compiègne vers le  KL Auschwitz-Birkenau le 30 avril 1944. (Matricule 185918). Autre lieu de déportation: Buchenwald. Il est libéré à Schönebeck le 12 avril 1945 par l'armée américaine. Revenu.Homologué au grade de sous-lieutenant. Chevalier de la Légion d'Honneur. Source: ADIV 167 J 47

Photo: Collection famille Mentec

LEMARIÉ Pierre (fils). Il est né le 9 août 1918 à Lecousse (Ille-et-Vilaine). Dans sa jeunesse, il s'est adonné à des activités sportives comme  la boxe. Il pratiquait ce sport à Fougères. En 1942, il entre dans le groupe de résistance  du Front National de Fougères où il est désigné pour s'occuper de l'organisation des jeunes F.U.J.P. Il participe à la propagande anti-allemande par diffusion de tracts et de journaux clandestins.  Il est nommé comme responsable à la propagation syndicale, pour les usines de Fougères. Il contribue à l'organisation de plusieurs groupes F.T.P. Il apporte son aide dans la fabrication de matériel de sabotage, tel que tirefonds, tube d'acier, explosifs. Il effectue plusieurs transports de matériel et de bombes. Il est arrêté par la SPAC, le 2 décembre 1943 à Fougères chez ses parents 7 bd St-Germain à Fougères. On lui reproche des activités communistes. Il est ensuite interné à la prison Jacques Cartier à Rennes, où il est torturé, puis il est transféré à Vitré, Laval, Angers et Compiègne (matricule 41.303). Il meurt durant le convoi pour Dachau. Il est déporté à Dachau le 2 juillet 1944 et décède pendant le transport. Non identifié dans la base de la FMD. Signalement effectué à la FMD. ADIV 167 J.

LEMOINE Eugène, Louis, né le 8 février 1908 à Ercé-près-Liffré (Ille-et-Vilaine). Débitant à Saint Aubin d’Aubigné. Il donnait des renseignements à la Résistance pour le maquis et donnait asile à un groupe FFI. Arrêté le 24 juillet 1944 à Saint-Aubin-d’Aubigné à la suite d'un attentat sur le territoire de sa commune. Interné à Rennes, il est transféré le 2 août 1944 vers Belfort (convoi de Langeais) puis est déporté le 29 août 1944 vers Neuengamme. (Matricule 44116). Autre lieu de déportation: Wilhelmshaven. Il décède le 16 mai 1945 à Sandbostel avant le rapatriement suite de dysenterie et épuisement. Sources JO: 189-17 août 1994 -  AC 21 P 262 510 - 21P 475 887 - I 2233//26557.

LEMORDANT Guy, né le 3 octobre 1908 à Brest (Finistère). Médecin. Domicilié à Rennes. Arrêté le 12 juillet 1943 à Rennes, il est déporté le de Compiègne le 6 avril 1944 vers KL Mauthausen. (Matricule 62688). Lieux de déportation: Melk, Ebensee. Revenu.

 

LENORMAND Noël, né le 18 avril 1912 à Saint-Malo (Ille-et-Vilaine). Marin pêcheur. Arrêté le 26 février 1943, 15 rue de Dinan à Saint-Malo, il est déporté de Compiègne le 16 avril 1943 vers le KL Mauthausen (Matricule 27026). Revenu.

LÉON Claude, né le 9 octobre 1908. Arrêté le 20 janvier 1944 à Saint-Malo (Ille-et-Vilaine), il est déporté le 31 juillet 1944 par le convoi 58. Non revenu. Non identifié dans la base FMD.

LÉON Jean, né le 22 février 1926 à La-Flèche (Mayenne). Arrêté, 7 rue de Corbin à Rennes le 7 janvier 1944, il est incarcéré à la prison à la prison Jacques Cartier à Rennes. Il y reste jusqu'au 23 juin 1944, date à laquelle il est transféré à Compiègne, puis, le 18 août 1944 vers le KL Buchenwald. (Matricule 81008). Autre lieu de déportation: Neu-Stassfurt. Il décède le 18 avril 1945 entre Bocwitz et  Raitzen. (Source: ACP 27 P6 Caen).

LÉON Jean-Marie, né le 2 mai 1906 à Paris. Chef de service au centre d'accueil des réfugiés à Rennes. Arrêté le 21 janvier 1944 à Rennes, il est déporté le 2 juillet 1944 de Compiègne vers Dachau. Il décède pendant le transport.

LEPAROUX Alphonse Louis, né le 25 août 1887 à Vay (Loire-Atlantique). Marié, 1 enfant. Employé SNCF. Domicilié à Dol-de-Bretagne (Ille-et-Vilaine). Il appartient au groupe de résistance de Dol et au groupe résistance-Fer. Il délivre de fausses cartes d'identité aux réfractaires et recrute des volontaires pour le maquis de Plédéliac. Il délivre des billets SNCF et ravitaille les réfractaires. etc. Arrêté le 20 octobre 1943 à Dol-de-Bretagne, il est déporté de Compiègne le 6 avril 1944 vers le KL Mauthausen. (Matricule 62693) où il décède le 17 avril 1944. Homologué au grade de sous-lieutenant à titre posthume. Croix de guerre avec étoile de bronze. Médaille militaire, croix de guerre avec palme. Source: ADIV 6ETP2/55.

LEPENANT Christian, né le 30 avril 1925 à Fougères (Ille-et-Vilaine). Célibataire, ouvrier en chaussures; domicilié 17 rue de Bonabry à Fougères. Dès 1942, il diffuse la presse clandestine et transporte du matériel de guerre. Il délivre des faux papiers d'identité. Arrêté le 2 décembre 1942, à son domicile, par la  S.P.A.C. (Service de police anti-communiste), et interné le 24 décembre 1942 à Laval puis est déporté dans le  "train de la mort" parti de Compiègne vers Dachau le 2 juillet 44. (Matricule 77066.). Autre lieu de déportation: Linz où il est libéré le 5 mai 1945. Sources: ACP 27 P6 Caen -  ADIV 167 J 48 - ADIV 43 W 30.

LEPINE Michel, né le 29 mai 1911 à Barneville-sur-Mer (50). Arrêté, 12 rue Victor Hugo le 30 mai 1942 à Rennes, il est déporté de Compiègne le 24 janvier 1943 vers le  Sachsenhausen.(Matricule 58321). Revenu. Source: ACP 27 P6 Caen.

LEPRINCE Henri, né le 8 juillet 1924 à Rennes (Ille-et-Vilaine). Boucher. Domicilié à Dinard (Ille-et-Vilaine). Il diffuse dès octobre 1943 la presse clandestine. Il rejoint le maquis du moulin d'Éverre. Il est arrêté à la suite de l'investissement du maquis le 27 juillet 1944 à Saint-Marc-sur-Couesnon. Il est torturé et a le bras gauche brisé par un coup de crosse. Il est dans le convoi parti de Rennes début août 1944 en direction de Belfort. Il s'échappe en cours de transport le 8 août 1944 à Langeais.  Sources: Fichier de Caen - ADIV 167 J 48.

LERAY Hervé, né le 21 janvier 1901 à Rennes. Artisan couvreur, demeurant 49 rue de Saint-Malo. En secourant une victime qui venait de faire renverser par une voiture conduite par un officier allemand, il échangea des propos anti-allemand. menacé par le revolver, il lui répondit "qu'il n'avait qu'a retourné chez lui" . Mis en garde à vue toute la nuit puis interrogé il est laissé en liberté le 13 novembre 1943. Traduit devant un tribunal allemand, il est condamné à quatre mois de prison. Libéré le 1er juin 1944, il est de nouveau arrêté pour manifestation anti-allemande et port d'armes. Embarqué dans le convoi de prisonniers politiques début août à destination de l'Allemagne, il est libéré à Belfort,  Source: archives de Caen)

LEROUX Eugène, né le 27 avril 1924 à Rennes. Il entre dans le groupe de Résistance Front National de Rennes et participe à la propagande anti-allemande par diffusion de tracts et journaux clandestins. En mars 1942, il participe avec le groupe F.T.P. à une opération contre la Kriegsmarine de Rennes. Il est arrêté le 22 octobre 1942 par la Gestapo à Rennes. Il est relaxé. Le 6 janvier 1943, il fait évader deux prisonniers sénégalais, leur procure des faux papiers d'identité. Il participe aux sabotages à la manutention militaire de Rennes. Il est arrêté de nouveau le 5 mars 1943. Incarcéré à Rennes, il est transféré à Compiègne d'où il est déporté le 28 avril 1943 vers le KL Sachsenhausen  (Matricule 65346). Autre lieu de déportation: Falk. Il est rapatrié le 5 juin 1945. ADIV 167 J 48

LEROUX Jean Allain, né le 22 février 1925 à Saint-Servan-sur-Mer (Ille-et-Vilaine). Il est le fils d'Isidore Leroux (fusillé au Mont-Valérien). Membre actif du groupe de résistance du Front National de la région malouine, il participe avec son père et son frère à l'impression de tracts et de journaux clandestins, dont France Unie et Pays Gallo. Agent de liaison du groupe Front national, il assure plusieurs missions dans le département. Il est arrêté avec son père Isidore Leroux, au cours d'une mission, le 6 juillet 1943 à Paramé. Interné à Saint-Malo, puis à Rennes, il est transféré à Compiègne puis déporté le 28 octobre 1943  vers Buchenwald. (Matricule 31182). Il décède le 27 février 1945 à Buchenwald alors qu'il venait d'avoir 20 ans. Jean Leroux reçu, à titre posthume, la médaille de la Résistance par le décret du 9 janvier 1986. Son nom est inscrit sur l'ensemble commémoratif situé derrière la stèle implantée dans l'Enclos de la Résistance à Saint-Malo (Intra-muros). Son nom est également inscrit sur le Monument aux Morts de Paramé. Le Conseil Municipal de Saint-Malo décida, le 14 octobre 1979, de donner les noms d'Isidore et Jean Leroux à une rue du quartier de Rocabey à Saint-Malo. Sources: ADIV 167 J 25  - Mémorial Déportés : Partie I, liste n°145- Carphaz.

LEROY Pierre, né le 7 avril 1900 à Coglès (Ille-et-Vilaine). En 1941, l’abbé Leroy est nommé recteur de Montreuil-sous-Pérouse (Ille-et-Vilaine) près de Vitré. Pierre Leroy exerce la fonction de secrétaire de mairie. A ce titre, il délivre aux jeunes des fausses cartes d’identité pour leur éviter le STO (Service du Travail Obligatoire) en Allemagne. Au cours d’une rafle, un jeune révèle l’auteur du faux document qu’il possède. Le 20 avril 1944, une traction vient chercher Pierre Leroy : il est arrêté et sera déporté en Allemagne. Certes il aurait pu fuir, mais il ne voulait pas attirer de représailles sur ses paroissiens. Interrogé à Fougères, il est emmené à Rennes, à la prison Jacques Cartier, enfermé dans la cellule n°56 réservée aux curés. Pour lui, comme pour tant d’autres, commençait un long cauchemar. Il est déporté le 4 juin 1944 de Compiègne vers Neuengamme. (Matricule 33373).  Travailleur forcé à la briqueterie du camp, il apporte son soutien moral à ses camarades. Après Neuengamme, Pierre Leroy est transféré à Misbourg-Hanovre. Marcel Sibade, de Perpignan révèle : « Le travail était assez dur et les privations de toutes sortes ne l’avaient pas tellement affaibli, il gardait un moral excellent. L’abbé Leroy célébrait sa messe, presque chaque jour, à laquelle il invitait ses compagnons. » Lui et ses camarades sont employés à creuser les trous des bombes et à déblayer les rues. Jean-Pierre Renouard, de Paris témoigne que tout exercice d’un culte religieux était interdit dans les camps de concentration et que l’abbé Leroy était le seul prêtre au monde  autorisé par les S.S. à dire une messe le jour de Noël. La fraternité pouvait se vivre ce joyeux Noël 44 avec les Français, Belges, Hollandais, Italiens, Norvégiens, Polonais, Danois et Tchèques. Les conditions de vie deviennent atroces : froid rigoureux, manque de nourriture, de vêtements, de sommeil, poux et brutalité. Au mois de mars suivant, l’abbé Leroy est entré à l’infirmerie et il y resté jusqu’au départ pour Belsen où il décède le 13 avril 45. Sources:  Daniel Heudré - ADIV 6ETP2/55. Carphaz - Lien externe

Autre abbé arrêté, natif de Saint-Malo: Jean LECOQ

LEROY Roland, né le 7 avril 1906 à Beaumont-le-Roger (27). Marié. Garagiste. Domicilié à Rennes. Arrêté le 5 octobre 1942 à Rennes, il est déporté le 22 avril 1943 vers la prison de Karslrhure. Autres lieux de détention:, Stuhm, Hannover-Stöcken. Libéré le 3 août 1944 à Stutthof. Source: Fichier de Caen.

LESAGE André, né le 2 juillet 1892 à Paris. Arrêté le 25 avril 1944 à Rennes, il est transféré de Rennes à Compiègne le 29 juin 1944, puis est déporté le 28 juillet 1944 de Compiègne vers Neuengamme. (Matricule 40071. Il décède le 28 août 1944 à Hamburg.  Document

 

LESAGE Bernard, né le 17 avril 1921 à Joinville-le-Pont (75). Arrêté le 20 avril 1944 à Rennes à l'hôtel du Cheval d'Or, il est déporté "NN" de Compiègne le 28 juillet 1944 vers le KL Neuengamme. (Matricule 39490). . Autres lieux de déportation:  Braunschweig (Brunswick-Büssing-Nag ) Husum-Schwesing. Libéré le 2 mai 1945 à Malchow. Document

LETOURNEL Auguste. Originaire de Guignen. Il est arrêté lors la rafle de Guignen du 28 juillet avec 19 autres personnes. Interné au camp d'internement de Margueritte, il est déporté le 3 août 1944 vers l'Allemagne. Arrivé au Fort-Hatry à Belfort, le 15 août 1944, il est libéré  le 28 août 1944.

LETOUZEY Étienne, né le 20 mars 1920 à Le-Havre (76). Ajusteur. Domicilié à Rennes. Réfractaire au S.T.O, , il est arrêté à Rennes lors d'une vérification d'identité par la Gestapo et la Milice française, le 12 mai 1944. il est déporté 28 juillet 1944 de Compiègne vers le KL Neuengamme. (Matricule 40066). Autres lieux de déportation: (Brême)-Osterort, Sandbostel où il est libéré le 29 avril 1945. Source: Fichier de Caen.

LETURGEON Pierre, né le 19 juin 1926 à Rennes (Ille-et-Vilaine). Forgeron. Domicilié à Rennes. Arrêté le 22 février 1944, 38 rue Saint-Georges à Rennes, il est déporté le 27 avril 1944 de Compiègne vers le  KL Auschwitz-Birkenau le 30 avril 1944. (Matricule 185944). Lieux de déportation: Buchenwald, Flossenbürg. Revenu. Source: ACP 27 P6 Caen.

LEVEY Henri, né le 30 mars 1922 à Pleugueneuc (Ille-et-Vilaine). Réfractaire, il avait quitté la ferme de ses parents à Pleugueneuc pour venir se réfugier chez M. Nobilet à Saint-Brieuc-des-Iffs. Le 28 novembre 1943 , la Gestapo arrête Jean Nobilet, le propriétaire de la ferme, Albert Nobilet, son frère, Marie et Jean-Baptiste ses fils, Eugène Charpentier et Henri Levey, ses domestiques, Louis Moyne agent du réseau Oscar -Buckmaster, et d'un soldat anglais détaché à l'organisation du réseau. Un dépôt d'armes parachuté fut découvert dans un champ dépendant de la ferme. Il a été déporté de Compiègne le 6 avril 1944 vers Mauthausen.(Matricule 62704). Il décède le 7 mars 1945 à Melk.

LEVIELLE Georges est né le 21 mai 1907 à Deulemont (59). Chauffeur. Il vit au 33 rue Ernest Renan à Rennes. Des policiers allemands l’ont arrêté sur son lieu de travail à Saint-Jacques-de-la-Lande (Ille-et-Vilaine) le 15 mai 1943 pour activités résistantes. Le 7 septembre 1943, il est déporté de Compiègne vers Buchenwald. (Matricule 21595). Il décédera dans ce camp quelques semaines plus tard le 23 novembre 1943. (Mémorial des déportés, AD35 514W)

LEVILLAIN Édouard, né le 9 décembre 1913 à Vannes (56). Marié, un enfant. Cheminot. Domicilié à Rennes. Membre du réseau MANIPULE, il est arrêté à Rennes le 7 mai 1943, pour espionnage, il est déporté le 27 avril 1944 de Compiègne vers le KL Auschwitz-Birkenau le 30 avril 1944. (Matricule 185946). Autre lieu de déportation: Buchenwald ( de mai à septembre 1944), Langensteim de septembre 1944 à avril 1945. Revenu tuberculeux. Source: Fichier de Caen.

LEVY  Benjamin, né le 21 juin 1879 à Mittelbronn, de nationalité française, domicilié, 7 rue des Sauzaies à Rennes, interné au camp des nomades le 20 juillet 1942. Transféré vers le camp de Pithiviers puis déporté par le convoi n° Ille-et-Vilaine du 21 septembre 1942 de Pithiviers vers Auschwitz. Non revenue

LEVY Émilie, née ABRAHAM le 26 août 1876 à Landau. Allemande. Domiciliée, 7 rue des Sauzaies à Rennes. Internée au camp des nomades le 20 juillet 1942, elle est déportée par le convoi n° 31 du 11 septembre 1942 de Drancy vers Auschwitz. Non revenue.

LEVY épouse AZAR Eugénie. Juive, née le 26 août 1917 à Moncada y Reiscach (Espagne). Arrêtée le 8 octobre 1942 à Rennes, elle est déportée par le convoi n° 40 de Drancy vers Auschwitz le 4 novembre 1942. Elle est exterminée le 9 novembre 1942 à Auschwitz.

LEVY Marcel, Juif, né le 5 septembre 1884 à Paris. Arrêté à Saint-Pern le 23 janvier 1943. Déporté par le convoi n° 67 parti de Drancy vers Auschwitz le 3 février 1944. (A Pontchaillou jusqu'au 27 janvier 1944). Non revenu.

LEVY  Marie-Marthe, née le 28 septembre 1904 à Duppigheim, de nationalité française, domiciliée, 7 rue des Sauzaies à Rennes, internée au camp des nomades le 20 juillet 1942. Transférée vers le camp de Pithiviers puis déportée par le convoi n° Ille-et-Vilaine du 21 septembre 1942 de Pithiviers vers Auschwitz. Non revenue.

LEVY Reine Rosalie, née WEIL le 28 août 1878 à Epinal. Résidait 2 rue Bonne Nouvelle à Rennes. Arrêtée une première fois le 9 octobre 1942 puis est relâchée. Arrêtée de nouveau le 15 novembre 1943 à Rennes, elle est déportée le 17 décembre 1943 par le convoi n° 63  parti de Drancy vers Auschwitz. Non revenue.

Famille LEVY de Fougères

LEVY Léon, né le 9 octobre 1908 à Paris. Commerçant en bonneterie à Fougères. Arrêté avec sa femme Selma et ses 2 enfants Gaby et Nelly, 8 et 6 ans le 8 octobre 1942, il est déporté par le convoi n° 66 parti de Drancy vers Auschwitz le 20 janvier 1944. Gazé

LEVY Selman née Schumacker le 14 juin 1909 à Balbronn (Bas-Rhin). Commerçante en bonneterie à Fougères 12 rue Jean Jaurès. Arrêtée à Fougères le 5 ou 23 novembre 1943 avec son mari Léon, 36 ans, et ses deux enfants Gaby et Nelly, 8 et 6 ans, elle est déporté par le convoi n° 66 parti de Drancy vers Auschwitz le 20 janvier 1944. Gazée.

LEVY Nelly. 8 ans, née le 12 novembre 1937 à Fougères (Ille-et-Vilaine). Arrêtée le 5 ou 23 novembre 1943 avec sa sœur Gaby 8 ans et ses parents commerçants en bonneterie à Fougères, rue Jean Jaurès, elle est déporté par le convoi n° 66 parti de Drancy vers Auschwitz le 20 janvier 1944. Gazée le 25 janvier 1944.

LEVY Gaby. 6 ans, Juive, née le 12 septembre 1935 à Fougères (Ille-et-Vilaine). Arrêtée le 5 ou 23 novembre 1943 avec sa sœur Nelly 6 ans et ses parents commerçants en bonneterie à Fougères, elle est déportée par le convoi n° 66 parti de Drancy vers Auschwitz le 20 janvier 1944. Gazée le 25 janvier 1944.

  

 Source: Livre de Serge Klarsfeld. Le mémorial des enfants juifs déportés en France
 Photos: Collection Daniel Heudré

L'HARIDON Guy. Arrêté pour avoir attaqué la perception de Pouancé le 27 juin 44, en compagnie de 3 autres membres de la milice du P.N.B (Lieutenant). Emprisonné le 30 juin à Jacques Cartier. S'évade à Belfort. 5.

L'HUILLIER Julien, né le 27 septembre1902 à Nilvange (57). Inspecteur SNCF. Domicilié à Rennes. Arrêté le 17 décembre 1943 à Rennes, il est déporté "NN" le 21 mars 1944 de Paris gare de l'Est vers Sarrebruck(Camp de Neue Bremm). (Matricule 63609). Libéré le 5 mai 1945 à Mauthausen.

LIGONDAY Jean, né le 1er novembre 1907 à Lorient (56). Pharmacien dans la région nantaise, devient le nouveau responsable de Libé-Nord après l'arrestation de Victor LOUVIOT. Lors d'une réunion à l'hôtel du cheval d'Or à Rennes, il est arrêté avec 5 autres résistants( Bernard LESAGE, Anne Marie TANGUY et sa fille Paulette REDOUTÉ, Émile LE CELLIER, Joseph MEINGAN, ancien chef régional du Bureau des opérations aériennes dans la Résistance, le 20 avril 1945. Incarcéré à la prison Jacques Cartier, il est déporté le 2 août 1944 de Rennes vers Belfort (Train dit de Langeais). Transféré de Belfort à Natzweiler le 26 août 1944. (Matricule 23945). Arrivée à Dachau le 6 septembre 44 via KL Natzweiler. Libéré le 5 mai 1945 à Mauthausen. Document

LIGOT Claude, né le 21 février 1924 à La-Ferté-Bernard (72). Employé de bureau. Domicilié à Rennes. Arrêté le 6 avril 1943, 7 rue de Toulouse à Rennes, il est déporté NN le 6 janvier 1944 de Paris, gare de l'Est vers Natzweiler. (Matricule 6848). Il décède le 13 avril 1945 à Nordhausen. Source: ACP 27 P6 Caen.

LION Ginette, née le 4 juin 1928 à Troyes (10). Agent de liaison, elle est arrêtée à la gare de Rennes par la milice le 31 mai 1944. Elle est torturée puis incarcérée à la prison Jacques Cartier  le 18 juin 1944. Le 2 août 1944, elle se trouve dans l'un des deux derniers convois qui quitte Rennes la veille de la Libération de Rennes. Arrivée à Belfort le 15 août 1944, elle est ensuite transférée vers le KL Ravensbrück le 1er septembre 1944. (Matricule 62870). Autre lieu de déportation:  De là elle est transférée le 18 novembre 1944 à Schlieben, dans l'usine Hasag (fabrication d'armes anti-char) - matricule 15206. Ce camp était un Aussenkommando de Buchenwald: environ 250 femmes de France y furent internées entre septembre 1944 et avril 1945. Elle est libérée le 21 avril 1945 à Schlienen.( Sources: Listes de transfert de Ravensbrück vers Leipzig, de Leipzig vers Schlieben, listes établies par le Mémorial de Buchenwald dont dépendait le camp pour femmes Hazag de Leipzig.

Témoignage n° 1

 Document n° 2   Document n° 3

LIVINEC  Jean, né le 21 novembre 1920 à Guingamp (Côtes d'Armor). Étudiant à la faculté des sciences. Domicilié à Rennes. Arrêté le 22 mai 1942 à Rennes, il est transféré à Fresnes puis est déporté de Compiègne le 20 avril 1943 vers le  KL Mauthausen. Revenu.

LLADO-MAS  Juan. Espagnol, né le 13 décembre 1914. Arrêté le 20 mars 1944 à Rennes, il est déporté par le convoi parti de Compiègne le  21 mai 1944 vers le  KL Neuengamme. (Matricule 30857). Non revenu.

LOEWERT Théodore, né le 16 novembre 1904 à Francfort-sur-le-Main (Allemagne). Français par filiation. Il travaillait comme requis interprète, à la SNCF, Plaine de Baud, à Rennes. Arrêté par la Gestapo pour avoir tenu des propos anti allemands dans un café bd Villebois Mareuil. Jugé par le Tribunal Militaire allemand pour avoir commis des vols d'essence, de peinture, de cigarettes lors de son service au profit de camarades, il est condamné à 5 ans de travaux forcés. Il est interné à la prison de Rennes du 22 septembre 1942 au 6 mars 1943 puis à Fresnes le 10 mars 1943 avant d'être déporté en Allemagne le 25 mars 1943. Son parcours: prison de Karlsruhe , prison de Rheinbachsie, prison de  Siegburg, prison de Butzbach, prison de Rockenberg où il est libéré en avril 1945. Source: AVCC Caen.

 

LOIZANCE  Raymond alias HARNOIS, né le 16 octobre 1919 à Saint-Hilaire-des-Landes (Ille-et-Vilaine). Sellier. Engagé dans le groupe Gallais du réseau Action, il est arrêté le 9 octobre 1941 à Fougères avec une cinquantaine de personnes. (Opération "Porto")1. Condamné  pour "espionnage, avantages procurés à l'ennemi". Déporté NN le 18 décembre 1941, il sera décapité avec sept autres camarades le 21 septembre1943 à Munich Stadelheim. Autre lieu de déportation: Ausburg, prison située dans l'ouest de la Bavière. Homologué lieutenant. Chevalier de la Légion d'Honneur. Médaille de la Résistance.  Lettre écrite avant son exécution. Source: ADIV 6ETP2/61.

Document "Entre Everre et Minette" n°11 Années 39/45 (6,9Mo Fichier téléchargeable)

LOISON Albert, né le 16 juin 1917 à Meslay-du-Maine (53). Marié, 3 enfants. Domicilié à Martigné-Ferchaud (Ille-et-Vilaine). Arrêté le 16 décembre 1943 à Éancé (Ille-et-Vilaine), il est déporté de Compiègne le 6 avril 1944 vers le KL Mauthausen. (Matricule 62717). Autre lieu de déportation: Melk. Rescapé des camps. Source: ACP 27 P6 Caen.

LOPEZ Emeterio. Espagnol, né le 3 mars 1915 à Ciexuelos (E). Manœuvre. Arrêté le 27 mars 1944 à Saint-Servan (Ille-et-Vilaine) il est déporté le 18 juin 1944  de Compiègne vers Dachau. (Matricule 74204). Libéré le 13 mars 1915 .

LORENZO-GONZALES Ségundo. Espagnol, né le 23 mai 1917 à Pennerroya (Espagne). Carreleur. Membre du groupe "deportitas". du mouvement Union Nationale Espagnole et Front National depuis août 1942. Arrêté le 23 mars 1943 sur dénonciation d'un compatriote (URENA, ancien chef de Groupe de résistance), avec plusieurs autres Espagnols (dont DOMINGUEZ CALVO José.) Ils préparaient le déraillement d'un train de matériel allemand sur la ligne Saint-Malo ─ Rennes. Transféré à la prison Jacques Cartier, il est déporté de Compiègne le  21 mai 1944 vers le KL Neuengamme. (Matricule 31332). Revenu des camps. Sources: ADIV 167 J 48; archives de Caen.

 

LORIC André, né le 8 janvier 1926 à Paris. Arrêté le 13 février 1944 à Saint-Malo (Ille-et-Vilaine), il est déporté à Flossenbürg (Matricule 22307). Autres camps de déportation: Mauthausen, Gusen. Libéré le 23 avril 1945

LORMEAU Lucien, né le 10 août 1908 à Vitré (Ille-et-Vilaine). Marié, un enfant. Ouvrier en chaussures. Arrêté le 12 décembre 1943 à Fougères (Ille-et-Vilaine), il est déporté le 27 avril 1944 de Compiègne vers le KL Auschwitz-Birkenau.(Matricule 185966). Lieux de déportation: Buchenwald, Flossenbürg. Il décède  en 1945 à Hersbruck.

 

 

 

 

LOURMAIS Émile Guillaume, né le 14 mai 1912 à St-Servan-sur-Mer (35). Platrier. Arrêté le 9 juin 1943 par la feldgendarmerie à son domicile de Saint-Malo, pour possession d'armes. Jugé par le Tribunal militaire allemand de Saint-Malo, il est déporté le 27 septembre 1943. lieux de déportation: Kassel, Rheinbach, Kassel, Straubing où il est libéré en en avril 1945. Source: AVCC Caen. Article.
 

LOUVIOT Victor Célestin alias ÉDMONT, né le 19 novembre 1891 à Ancemont (Meuse). Marié, père de six enfants. Chef de titres au Crédit Lyonnais, commandant FFI et de l'Armée Sécrète, responsable du Mouvement "Libé Nord" et du réseau "Eleuthère" (Évasions et rapatriement des aviateurs alliés. Arrêté le 1er février 1944 à Rennes, il est déporté NN le 28 juillet 1944 de Compiègne vers le KL de Neuengamme. (Matricule 39494) où il décède le 25 février 1945 . Chevalier de la Légion d'Honneur, croix de guerre avec palme, médaille de la Résistance, décoration américaine, Palme anglaise Sources: ACP 27 P6 Caen; ADIV 6ETP2/61.

 

LUCAS Georges. Il est arrêté  le 19 juillet 1944. Interné au camp Margueritte, il est mis dans le train en partance pour l'Allemagne dans la nuit du 2 au 3 août. Il réussit à s'évader lors du mitraillage du convoi le 6 août à Langeais. (Source: Lettre témoignage sur Henri BUSNEL arrêté le même jour ADIV 167 J)

LUNEAU Albert Louis né le 8 juin 1891 à Rennes. Artisan mécanicien. Domicilié à Saint-Gilles (Ille-et-Vilaine), il est arrêté en janvier 1943 à Saint-Gilles, par la feldgendarmerie pour détention d'un pistolet.. Il est déporté le 26 avril 1943. Lieux de déportation: Freiburg-im-Breisgau, Siebürg, Butzbach. Libéré le 5 mai 1945 à Butzbach. Source: Fichier de Caen. .

 

 

g-b.gif (311 octets)    h-b.gif (328 octets)   dr-b.gif (310 octets)

 

Ces listes sont incomplètes et peuvent comporter des inexactitudes. Les personnes pouvant relever des erreurs ou donner des informations complémentaires sont invitées à le faire savoir par courriel

Autres sources:
Livre-mémorial des déportés de France arrêtés par mesure de répression et dans certains cas par mesure de persécution 1940-1945 :
http://www.fmd.asso.fr/
http://www.mortsdanslescamps.com/general.html
http://www.bddm.org/liv/index_liv.php

Editions Tirésias:  http://www.editionstiresias.com/pages/catalogue.php?cat=2&limite=10

Le Mémorial de la déportation des juifs de France, Beate et Serge Klarsfeld, Paris 1978
La mémoire retrouvée des républicains espagnols

Le mémorial des enfant juifs déportés en France. Serge Klarsfeld. Fayard

 

Autre source: Le Mémorial de la déportation des juifs de France, Beate et Serge Klarsfeld, Paris 1978

"1 Opération "Porto:
L’opération " Porto " est une grande vague d’arrestations menée par les services du contre-espionnage militaire allemand, l’Abwehr, entre juin 1941 et août 1942 dans la zone Nord occupée, la plupart d’entre-elles (69,6 %) ayant eu lieu au cours du mois d’octobre 1941, et en particulier le 9, lors d’une vaste rafle." Le Mémorial des déportés de France.


| Connaissance de la Résistance | Règlement des camps | Carte des camps | Mémorial des déportés | Liste des déportés d'Ille-et-Vilaine

Contact de l'administrateur du site

 

    accueil-mdg1.gif (1380 octets)plan-du-site.gif (1231 octets)