Pour m'écrire memoiredeguerre35@yahoo.fr

- Liste des biographies

 

Gérard TRAVERS

Résistant (1917-1986)

 

Gérard TRAVERS est né le 25 novembre 1917 à Saint-Germain-en-Coglès.

Il a 19 ans quand il devance l’appel en 1937. Il habite alors à Rennes où son père est huissier de justice. Il souhaite se débarrasser très vite du service militaire afin de reprendre sereinement ses études de musique. Il ne sait pas alors qu’il servira le « drapeau français » pendant 8 ans.

Fait prisonnier le 17 juin 1940 dans l’Aube, il est interné au fronstalag de Troyes. Il réussit à s’évader en décembre 1940 en utilisant des vêtements d’ouvriers trouvés sur place. Il réussit à passer la ligne de démarcation la nuit de Noël et il se fait démobiliser à Limoges le 2 janvier 1941.

Pour lui, il n’est pas question de rester dans l’armée au service de Pétain, il part pour le Maroc.

Rappelé à l’activité le 6 décembre 1942, il est volontaire pour la campagne de Tunisie. Il se bat contre les Nazis en Algérie, en Tunisie, au Maroc. Il rejoint les FFL (Forces Françaises Libres) du général Leclerc.

Avec elles, il débarque en Normandie, fonce et libère Paris pour, après avoir souvent frôlé la mort, se retrouver à Berchtesgaden en Allemagne, le 8 mai 1945

De nombreuses médailles témoignent de tous ses faits militaires mais celle dont il est le plus fier est celle de la France Libre. Cité à l’ordre du Régiment N°88 de la 2e DB du 21 juin 1945. « Prisonnier évadé, volontaire pour reprendre le combat. A été constamment, au cours des campagnes de Tunisie, de France et d’Allemagne, un exemple de conscience et de dévouement ».

Hasard de la guerre, au cours de ses campagnes, Gérard Travers eut l’occasion de côtoyer des artistes connus comme Jean Marais, Jean Nohain, eux aussi engagés dans le combat pour la libération de la France. Pour un peu, lui-même aurait pu devenir artiste. En effet, en 1937, il avait obtenu à Rennes le premier prix de violon du conservatoire. Plus tard, après la Libération, il fera partie de grands orchestres.