Je recherche tout témoignage sur des faits de Résistance en Bretagne avec documents

- Liste des biographies

François THEPAUT, incarcéré à Rennes

Évadé du convoi de Langeais

 

François, Marie Thépaut est né à Cast (Finistère) le 27 août 1923. Il s’engage dans la Marine, le 2 septembre 1939.  Et est placé en congé d’armistice, le 1er mars 1943, après le sabordage de la flotte à Toulon en novembre 1942.  Le 1er janvier 1944, François Thépaut adhère à la Résistance dans le groupe CDLL (Ceux de la libération), groupe Vengeance. Avec un groupe de résistants, il envisage de saboter la voie ferrée Quimper-Brest et les convois de matériels militaires allemands afin de stopper la construction du mur de l’Atlantique et la base de sous-marins de Brest.

Le 16 mai 1944, il est arrêté par la Gestapo à Plogonnec (Finistère) et interné à Châteaulin,  à Quimper,  à la prison Saint-Charles, jusqu’au 9 juin. A cette date, il est transféré au camp Margueritte, à Rennes. Le 1er août 1944, il quitte Rennes pour être déporté en Allemagne. Embarqué dans le train composé de wagons à bestiaux, le 6 août, il s’évade lors de l’arrêt du convoi, attaqué et mitraillé par des avions alliés, en gare de Langeais (Indre-et-Loire).

Après son évasion, François Thépaut rejoint le bataillon « Normandie » et participe à la libération de la presqu’île de Crozon (Finistère) le 16 septembre 1944.

En novembre 1944, il réintègre la Marine et servira jusqu’au 1er novembre 1958.

Médaille militaire-Croix de guerre Vermeil - Certificat d’appartenance aux FFI.

Sources: DAVCC, Caen- Mémoire de guerre Bretagne

Daniel Heudré