Annick SCHWING
Résistante déportée



Épouse de Jean-Jacques SCHWING , née Annick de La FOUCHARDIERE est d'une famille de la région parisienne , réfugiée à Saint Cast, (Côtes du Nord). Mère de deux enfants. (Son père est un journaliste et un écrivain français)

Très liée à la famille HERCELIN refugiée dans la même commune ; Alain HERCELIN (Ali) , membre du réseau F2 en 1942, recruté par Jacques LEJEUNE (Jacques) la fait entrer au réseau le 1er avril 1943. sous le pseudonyme de Sabine ainsi que son époux sous le nom de SAB. (voir fiche Jean-Jacques Schwing) . Elle s'occupait auparavant de la correspondance secrète avec la résistance alsacienne. Entrée dans le réseau F2, elle assume le secrétariat du sous-secteur Côtes du Nord et du Morbihan dont son mari était le chef mais aussi agit en tant qu'agent de liaison avec les agents régionaux , tout en recherchant elle-même les documents militaires.

Arrêtée avec son mari le 6 mai 1944, elle fut incarcéré à la prison de St-Brieuc, puis à la prison de Rennes. (
Jean-Jacques SCHWING est déporté de Rennes le 29 juin 1944.mais il réussit à s'évader du convoi. pour reprendre une activité résistante). Elle résiste aux interrogatoires de la Gestapo pour éviter de nombreuses arrestations comme le témoigne les citations pour sa croix de guerre avec palme et sa médaille militaire. Elle est déportée le 2 août 1944 de Rennes à destination de l'Allemagne. A Belfort, elle est transférée le 1er septembre vers le KL Ravensbrück. En cours de route, des cheminots résistants proposèrent à Annick Schwing de la faire évader. Elle refusa pour rester près de Madame Corre et l'assister .

Au camp elle se montra d'un grand courage, d'une grande discrétion. Elle devint l'amie de Madame Stauffenberg l'épouse du responsable de l'attentat contre Hitler en déposant une bombe à Rastenburg. Elle fut libérée via la Suède le 26 juin 1945. 

Bien que très éprouvée par sa détention,, elle retourne en Allemagne à Berlin comme membre de la Mission de Recherche et Rapatriement des personnes déplacées. 

Elle fut appelée à témoigner au procès à Rastatt du bourreau de Ravensbrück, Suhren 
Annick revint ensuite travailler comme secrétaire auprès de l'officier liquidateur du réseau F2, elle pu ainsi rendre de grands services aux anciens résistants et déportés . 

Sa réserve l'invitait à ne pas solliciter les honneurs et c'est le 22 novembre 1978 qu'elle est promue officier de la Légion d'honneur, mais elle ne reçut les insignes que trois semaines avant sa mort le 17 mars 1979 à Saint-Cast où elle est enterrée.  

Auteur de la fiche : Jacques Donne

Autres sources  ACP 27 P6 Caen  -   http://www.tampow3945.com/m-kiffer-j-j-schwing-interpretes-et-resistants.php

    accueil-mdg1.gif (1380 octets)