Ed: 15/10/2016

g-b.gif (311 octets)

Marie Jeanne Pennec, une femme passeur de la ligne de démarcation

Native de Rennes

 

Je recherche tout témoignage sur des faits de Résistance en Bretagne avec documents
memoiredeguerre35@yahoo.fr

 

Sous l’Occupation, le passeur de la ligne de démarcation joue un rôle primordial  et s’expose au plus grand danger. Les films sur la période ne manquent pas. Ainsi, dans La ligne de démarcation, Claude Chabrol brosse le portrait de toutes  les personnes qui tentent l’aventure. Plus récemment, dans Monsieur Batignole, Gérard Jugnot montre une famille juive franchissant la ligne de démarcation. La ligne de démarcation est la limite  entre la zone occupée par l’Armée allemande et la zone libre, appelée zone sud à partir de novembre 1942. Elle est fixée par l’armistice du 22 juin 1940. Longue de 1200 kms, elle est appliquée le 25 juin 1940.

Mademoiselle Pennec n’est pas un personnage fictif, mais une résistante dévouée à toutes les personnes souhaitant passer la ligne. Selon les témoins, une vraie patriote.

Née à Rennes, le 9 juin 1909, elle exerce le métier d’employée. On retrouve Marie-Jeanne Pennec à Varennes-le-Grand (Saône-et-Loire), où elle aide à franchir la zone libre des réfractaires au STO, des déportés, des évadés et des personnes dans le besoin. Alors que ce travail est souvent rémunéré à 200 francs par passage, elle le fait bénévolement.

Le 4 mars 1942, elle est arrêtée dans la gare de Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire). Elle n’a plus jamais réapparu à Varennes-le-Grand. La Gestapo lui reproche ses activités antiallemandes ; le tribunal militaire de Dijon la condamne aux travaux forcés et à la déportation. Ainsi elle est transférée à la prison du fort de Romainville, puis à Compiègne. Le 24 janvier 1943, elle rejoint le camp d’Auschwitz. Le 8 janvier 1944, elle est acheminée au camp de Ravensbrück.

Elle connait les travaux forcés aux usines de guerre de Swodau, dans les Sudètes, du 16 avril 1944 jusqu’à sa libération le 6 mai 1945. Selon des témoins déportés,  comme Simone Gautier,  elle effectue des opérations de sabotage. Freiner la production de guerre était une tâche très difficile et très dangereuse.

Marie-Jeanne militait au sein des FTPF (Francs-Tireurs Partisans Français) Chalon-sur-Saône : transport de matériel de propagande antiallemande, remise de papiers et de fausses cartes d’identité.  Elle est rapatriée le 9 juin 1945, dans un état de grande fatigue et devra séjourner  dans un établissement spécialisé. La détention et les travaux forcés provoquent des traumatismes à vie. Mademoiselle Pennec paie le prix fort, elle qui a toujours rendu service et déployé une énergie admirable.

 Daniel Heudré