Liste des biographies

François, Clément, Marie MASSON

(Commissaire de police à Saint-Malo, il échappe à la déportation fin août 1944).

 


(Copie d'un document officiel de la Chancellerie de la Médaille de la Résistance, retraçant son parcours)

 Né le 17 septembre 1915 à Paris (7°), marié, trois enfants. Commissaire principal de police, commissaire central de l'agglomération cherbourgeoise, domicilié à Cherbourg, 64 rue de la Bucaille.

 Services militaires;

Temps de paix: 15 cotobre1936 au 15 octobre 1938. Temps de guerre: 23 août 1939 au 7 août 1940.


Attitude pendant l'occupation.

Août 1940. Commissaire de Police à Autun, il délivre des fausses cartes d'identité à des Israélites et prisonniers de guerre évadés pour franchir la ligne de démarcation qui était située à 50 kms1. Chargé d'enquêtes sur l'activité communiste, ne parvient à aucun résultat. 2

Chargé de dépister les auteurs de croix de Lorraine et de "V" sur les murs de la: ville, il prévient les organisateurs de la propagande de se méfier des Allemands qui étaient sur leur trace3. Il fait sortir cinq jeunes gens de la prison d'Autun, détenus par les Allemands4.  Il refuse de transmettre aux Allemands les dénonciations de Français à 1'encontre de compatriotes qui proféraient des propos antinazis.5

Le 1er juillet 1942, il est  nommé commissaire à Saint-Malo. Membre de la Résistance (Ceux de la Libération-Vengeance)
Aucun réfractaire ou insoumis arrêté dans la région de Saint-Malo, Saint-Servan et Paramé.
Emploi de réfractaires et français recherchés dans les services de police de Saint-Malo6.
Délivrance de fausses cartes à personnes recherchées par Allemands 7.
Délivrance de fausses cartes pour accéder en zone cotiére interdite8.
Enquêtes sur incendies de dépôts allemands et sabotages de lignes téléphoniques! Ont abouti: la première à un vol de fil, la seconde à un incendie par court-ciïrcuit. Auteurs connus non découverts.

A donné une documentation complète des ouvrages fortifiés de la région malouine au lieutenant Franck du B.C.R.A.M. de Rennes.

A caché armes et munitions9. L'activité des partis politiques clandestins était connue de ses services, n'a procédé à aucune investigation.


Arrêté le 31 août 1943 par la Gestapo (S.D.), incarcéré à la Maison d'Arrêt de Saint-Malo, avec huit personnes qu'il fréquentait. Transféré à la maison cellulaire allemande de Rennes. Inculpé d'appartenance à un groupe ,de résistance, espio:nnage, détention d'armes, propagande anti-allemande. Laissé 66 jours au "secret" interrogé onze fois, martyrisé, torturé (quatre vertèbres atteintes de rhumatisme permanent. Transféré au camp de représailles allemand de Compiègne-Royallieu le 23 mai I944.

 Dès son arrivée au camp, il prend contact avec Bernard Marty, chirurgien-dentiste à Périgueux et chef de la Résistance dans le camp. Il organise le dépistage des agents de la Gestapo, facilite les évasions au cours des convois, fait passer la correspondance clandestine, se tient en liaison avec les groupes de l'extérieur. Désigné le 2 juin 1944 pour être déporté au camp de Weimar-Buchenwald, départ ajourné pour supplément d'information. Déporté sur l'Allemagne le 25 août 1944 (Dernier convoi parti de Compiégne). Le train ne pouvant avancer par suite des sabotages et bombardements des voies est enfermé au camp de représailles de Péronne. Le 31 août, il parvient à recouvrer sa liberté à l'arrivée des troupes américaines.
Le 1er septembre, il se met en rapport avec le chef de la résistance de Péronne.Il participe avec des patrouille F.F.I. au nettoyage de certaines fermes où des éléments allemands s'étaient retranchés. Il procède à des arrestations et interrogatoires de collaborateurs et d'agents de la Gestapo (Voir le capitaine de gendarmerie de Péronne et M. l'avocat général Come de la Cour de Paris). Le 5 septembre, prend contact arec le Lt-colonel, commandant le 2ème Bureau. Hôtel Majestic, pour le mettre en garde contre un projet de complot contre le général de Gaulle. Projet élaboré par le commandant Lacroix de la L.V.F. en laison avec la S.D.10

Il rejoint sa famille le 14 septembre, soit 13 mois après son arrestation.


Ci-joint

  • Attestation de Bernard Marty responsable F.FI du Camp de Compiégne
  •  Extrait du certificat médical délivré par le médecin général Breuil, ex-directeur de l'Hôpital maritime de Cherbourg.
  • Copie de lettre de la Croix Rouge.
  • Copie du certificat de recensement FFI
  • Copie d'une attestation de M. Lecuyer.
  1. Voir Mr Maupoil sénateur de Saône-et-Loire, déporté politique et abbé Bossuet à Autun
  2. Voir Mlle Derozereuil, sous-préfecture d'Autun
  3. Voir Mme Bernard, institutrice à Autun
  4. Voir MM.Rabian,Rousseau, Gonay, Chanliou, domiciliés à Autun
  5. Voir M. Tantot et Mme vve Ponnelle à Autun.
  6. Voir MM. Lecuyer, Roussel, Rondel Yannick, Sorin ....tous domiciliés à Saint-Malo ou Saint-Servan
  7. Voir MM. Merdrignac, Hareng Maurice Saint-Malo...
  8. Voir Mr Cossic, trésorier de la Caisse des Invalides de la Marine, actuellement en service dans le Finistère
  9. Voir M. Bombeau hôtelier à Autun et Robert Charron à Saint-Malo
  10. Voir Bernard Marty  précité, à ce sujet

     

      

h-b.gif (328 octets)

    accueil-mdg1.gif (1380 octets)

28/02/2014