accueil-mdg1.gif (1380 octets)

Liste des biographies

Joseph Martin déporté, évadé du convoi de Langeais

 

 MARTIN Joseph, né le 14 septembre 1913 à Saint-Hilaire-des-Landes(35). Boucher au bourg, il rencontre au café deux gendarmes et deux jeunes gens se disant membres de la Résistance. Peu de temps après, deux individus se disant également de la Résistance prirent part à la conversation et, afin de discuter dans la discrétion, Joseph Martin invita tout le monde à se rendre à son domicile. Il offrit même le dîner et la conversation porta uniquement sur la Résistance et l'opposition à l'occupant. Au moment de se quitter, l'un des civils sortit une arme et tira à bout portant sur un civil,  membre de la Résistance et originaire de la région parisienne. Celui-ci mortellement touché s'écroula. Il s'ensuivit une panique dans les rues et, deux heures plus tard, la police allemande de Fougères venait arrêter Joseph Martin.  C'est alors qu'il apprit que le civil qui avait tué CLOES était en fait un policier allemand. Conduit à la Feldgendarmerie de Lecousse près de Fougères, Joseph Martin était interrogé puis transféré à la prison Jacques Cartier à Rennes le jour même. Le 3 août, il faisait partie d'un convoi dirigé sur l'Allemagne, mais le 6 août, profitant d'une panique due au mitraillage du convoi, il s'évadait à Langeais.

"C'est à un gitan (population pourchassée par le régime nazi), et camarade de déportation que Joseph Martin doit la vie. Avec lui, il se jette dans la Loire. Après avoir attendu longuement, que la nuit soit enfin tombée, qu'on n'entende plus rien, que les aboiements des chiens lancés à leur trousse s'arrêtent, que les allemands aient cessé d'arpenter les berges avec torches et révolvers, ils se décident à sortir de leur cache. Tous les deux vont errer dans la forêt qui couvre la région. L'estomac vide, la peur au ventre, ils parcourent une dizaine de kilomètres. C'est à l'orée d'un bois, qu'ils découvrent une ferme isolée dont les habitants vont les cacher quelques temps, le temps de s'assurer que la voie est enfin libre."

 

Document "Entre Everre et Minette" n°10 Années 39/45 (6,9Mo Fichier téléchargeable)

 

    accueil-mdg1.gif (1380 octets)