Jules Le Gall  (1881-1944)

Plan du site - Liste des biographies

Jules LE GALL est une figure importante du mouvement ouvrier brestois : il crée en 1903, avec Victor Pengam, une section de la Jeunesse Syndicaliste de France, puis en 1911, il crée un nouveau groupe anarchiste « Les Temps Nouveaux », qui adhère à la Fédération.
Communiste Anarchiste. Il décide de s’affilier à la loge maçonnique « Les Amis de Sully » dont il devient président de 1930 à 1938. Enfin il participe en 1924 avec l’appui de la municipalité, à la création de la Maison du Peuple. Du fait de son engagement maçonnique et syndicaliste, de la proximité avec la résistance, il a été pourchassé, emprisonné et déporté au camp de Buchenwald.

 

Jules Le Gall  est né le 13 décembre 1881 à Brest (Finistère)

1900: Après le passage à Brest de Jaurès, (3 avril) création du syndicat des travailleurs réunis de l’arsenal, (mai) secrétaire général: Jean Vibert

(1902, 2800 adhérents, 1904, 3600 adhérents)

1903: Création par Victor Pengam (1883-1920) d’une section de la Jeunesse Syndicaliste de France.
Ce groupe essentiellement composé par de jeunes ouvriers de l’arsenal, est un foyer de culture et de propagande malthusienne en même temps qu’un centre d’agitation et de propagande révolutionnaire. Il organise des séances récréatives où l’on boit des boissons non alcoolisées. Ce groupe compte une soixantaine de militants, dont Jules Le Gall.

1904: Création de l’Association Internationaliste Antimilitariste en juin à Amsterdam. Des sections s’organisent dans les arsenaux, notamment ceux de Brest et de Lorient.
Mai : La liste d’Action Républicaine et Sociale est élue à Brest. Dans son programme elle prévoyait la création d’une Bourse du Travail.
Élection de Victor Aubert, maire, Goude Émile, Hyppolite Masson, Jean Vibert, militants principaux du mouvement socialiste et syndical (adhérents des Amis de Sully à partir de 1905)

4 juillet 1904: La Bourse du Travail de Brest est officiellement créée. Jules le Gall en devient le secrétaire adjoint et Pengam le trésorier et le contrôleur des comptes.
La municipalité la dote d’un immeuble provisoire et d’un budget de fonctionnement de 5040 F.
Elle se dote d’un bureau de placement, d’une bibliothèque, d’une caisse de secours, dispense des cours professionnels, développe des campagnes d’éducation (contrôle des naissances, pacifisme)

La Bourse du Travail va désormais jouer un rôle important dans la vie syndicale brestoise. En 1907, 13 syndicats groupant 1641 syndiqués sont affiliés à la Bourse du Travail.
Les grèves de mai-juin 1904, font monter la pression, la bourse devient un lieu d’implantation des anarcho-syndicalistes.

1905: En février et en mars, grève. Première action d’envergure de Jules Le Gall.
3 octobre1905
Pengam est frappé d’un mois d’exclusion de l’arsenal pour incitation de militaires à la désobéissance. Jules le Gall est aussi inculpé.
Acquittement en janvier 1906, la riposte syndicale fut un demi-échec annonçant un reflux des forces syndicales et politiques de gauche à Brest.

4 mai 1906: Le préfet perquisitionne la Bourse du Travail, 18 militants syndicalistes dont Jules le Gall sont arrêtés.

28 octobre 1907: Jules Le Gall est jugé devant la cour d’Assise pour incitation au meurtre et au pillage pour avoir prononcé un discours subversif le 1er mai 1907 :
« La société est pourrie et il ne faut reculer devant rien pour la renverser ! Soyons prêts à nous faire trouer la peau pour maintenir nos droits et s’il faut répandre du sang, répandons-en ! »
Condamné à 3 mois de prison ferme.

Septembre 1908 : Scission entre les groupes libertaires et les socialistes, création de deux syndicats concurrents à l’arsenal.
Fondation du groupe libertaire «la Guerre Sociale ».

1909: Jules Le Gall est inscrit au Carnet B comme propagandiste et antimilitariste. (42 brestois en 1914, dont 27 ouvriers de l’arsenal)

1910: Création du Cercle néo-malthusien. Pendant un an les réunions se dérouleront dans un local au 9 de la rue Fautras. Le nombre de participants aux réunions oscille entre 15 et 20. Victor Pengam y joue un rôle important en organisant chaque semaine des causeries traitant tour à tour d’anatomie, de physiologie et d’embryologie, d’alimentation rationnelle, d’hygiène physique, etc. Arrêté en mars 1913.

1911 : Jules Le Gall crée un nouveau groupe anarchiste, le groupe «les Temps Nouveaux » dont Victor Pengam est le trésorier. Ce groupe adhère à la Fédération Communiste Anarchiste et participe au «comité d’Entente des Groupes d’Avant-garde » qui organise à partir de décembre 1912, la lutte contre la guerre à Brest.

1920: Victor Pengam meurt le 3 mars 1920.

Janvier 1921: Jules Le Gall devient membre de la loge des Amis de Sully, du Grand Orient de France

Le 19 octobre 1921, le Comité Sacco et Vanzetti, issu du Comité de Défense Sociale, organise à Brest un meeting de solidarité. Jules Le Gall y prend la parole

Dans les années 1920, Jules le Gall participe à la fondation de la maison du peuple, et anime un groupe théâtral pour lequel il écrit des pièces.

Les 1er, 2 et 7 juillet 1925, perquisitions à la Maison du Peuple et chez différents anarchistes et communistes. Le 1er juillet, 1000 exemplaires de La Bataille Syndicaliste sont saisis à la gare de Brest, ils étaient adressés au secrétaire du syndicat autonome de Brest, l’anarcho-syndicaliste René Martin.
Les 2 et 7 juillet, perquisitions sont effectuées au secrétariat du bureau autonome de la Maison du Peuple : 800 numéros de La Bataille Syndicaliste sont saisis.

1927: Accueil de Makhno, chef du mouvement anarchiste ukrainien, lors de son exil en France.
Première publication du Flambeau, « organe mensuel de libre pensée, d’action sociale et de combat de l’Ouest contre le militarisme et la religion ». Ce journal, édité à Brest, est administré par Roger Martin et Jean Tréguer. Ce journal est mensuel et est édité par l’Imprimerie Populaire rue Pasteur à Brest. (propriétaire; Émile Goude, député, membre des amis de Sully)

8 août 1927: Meeting présidé par Jules Le Gall en faveur de Sacco et Vanzetti à Brest.

1930 -37: Jules le Gall devient le président de la loge des Amis de Sully

1932: Organisation de la contre-manifestation d’un meeting d’extrême droite, prévue pour le 6 janvier. Après diverses propositions, c’est Jules Le Gall et des antimilitaristes qui organisent la manifestation.

1934: Le dernier numéro du Flambeau paraît le 5 décembre.

30 – 31 mai 1936: Congrès des loges de l’Ouest, Grand Orient, à Brest, sous la présidence de Jules Le Gall, vénérable de la loge « Les amis de Sully ».

1936-39: Action en faveur de l’Espagne républicaine.

15 juin1940:  Destruction des archives de la Loge des Amis de Sully. août, loi sur la répression des sociétés secrètes.
Perquisition à la Loge des Amis de Sully. En juillet 1940, moins de quinze jours après l'arrivée des Allemands à Brest, il fut interrogé par des officiers de la Gestapo; ceux-ci perquisitionnèrent chez lui, et essayèrent d'obtenir l'indication des noms d'adhérents de la Loge; il n'en donna aucun. Il allégua, pour expliquer son refus, que la franc-maçonnerie aant d'être dissoute par le gouvernement, il n'avait plus à révéler aucun renseignement sur une actiité inexistante.

Décembre 1940: Interrogatoire par la police allemande sur ses anciennes activités.

Il apportait, pendant cette période, une aide matérielle et morale aux résistants de passage à Brest qui venaient le trouver, et s'efforçait de venir en aide à ceux des syndicalistes qui avaient été frappés d'internement par le gouvernement de Vichy.

24 juillet 1941:  Deuxième arrestation, incarcéré à la prison de Pontaniou. Transféré le 13 décembre 1941 à la prison civile des Rochettes à Nantes.

1942: octobre, transfert à Compiègne.

19 janvier 1944: Est déporté à Buchenwald, avec 1942 autres détenus politiques français, enregistré sous le matricule 41186.

13 juin1944, Jules Le Gall décède à Buchenwald d'une septicémie suite à une gangrène au dos du pied à l'âge de soixante trois ans. .

 Un jardin de Brest porte le nom de Jules de Gall "franc-maçon et résistant" (Jardin de Kerargaouyat situé devant le collège St Pol Roux)

Source: Jean Yves GUENGANT + XF