Liste des biographies

Pour enrichir la mémoire du passé, je recherche tout témoignage sur les prisonniers de guerre et  sur des faits de Résistance  en Bretagne avec documents   write5.gif (312 octets)

 

Marcel Le Bayon, réfractaire au STO et déporté à Dachau

Natif de Bruz (Ille-et-Vilaine)

 

La vie de Marcel Le Bayon promettait d’être simple. Né le 19 janvier 1921 à Bruz, il devient chauffeur et choisit d’habiter Rennes, rue de la Bascule.

Requis, le 30 octobre 1942,  pour aller travailler en Allemagne, il est dirigé sur Wolfen, non loin de Bitterfeld, dans une usine. Lors de sa permission en avril 1944, il décide de ne pas repartir. Sa classe d’âge est concernée par le STO.

Il est réfractaire et, comme beaucoup de ses compatriotes du département, il est obligé de se cacher pour échapper aux poursuites. Certains changeaient de commune ou alors s’engageaient dans la Résistance. D’autres pouvaient rejoindre le maquis.

Le 21 juillet 1944, Marcel le Bayon fait l’objet d’une rafle effectuée par les Allemands, suite à une dénonciation de résistants. Sa situation de réfractaire est révélée au grand jour. Sa vie prend un autre tournant qui le fait basculer dans l’univers des camps de concentration. L’arrestation a lieu à Guichen, non loin de sa commune d’origine.

Il est interné du 21 juillet au 1er août 1944.  Il est ensuite déporté à Natzweiler et y restera jusqu’au 15 septembre 1944. Il est transféré au camp de Dachau jusqu’au 27 avril 1945, date de la libération par les Américains. Il est rapatrié un mois plus tard.

Le refus de travailler pour le compte de l’industrie allemande était durement sanctionné. Le Bayon obtint le titre de déporté politique.

Daniel Heudré

    accueil-mdg1.gif (1380 octets)