Fernand Le Bail, un libérateur arrêté à Vitré

Ed: 23/10/2016

Je recherche tout témoignage sur des faits de Résistance en Bretagne avec documents
memoiredeguerre35@yahoo.fr

 

- Liste des biographies

 

Une des opérations les plus spectaculaires de la Résistance est la libération de la prison de Vitré, le 28 avril 1944. Opération menée de main de maître par le commandant Louis Pétri, avec l’aide de FTPF (Francs-Tireurs Partisans Français). Parmi ceux-ci, figure Fernand Le Bail, né le 14 juin 1918, à Gommenech, dans les Côtes du Nord.

Le Bail se livre à des actions de sabotage qui visent, notamment, la permanence du RNP, à Rennes, courant avril 1944 et des pylônes sur la ligne haute-tension Pont-Château-Rennes.

Prison de VitréFin avril 1944, il participe à l’attaque de la prison de Vitré, libérant ainsi 45 détenus politiques. Il est arrêté, le 28 avril,  alors qu’il surveille quatre blessés libérés de la prison, dans une voiture immobilisée à cause d’un pneu crevé. Selon le témoignage de la mère de Fernand, daté du 18 mai 1946,  il s’agit de Louis Ferrand, de Lanhélin, de Jules Geffroy, pâtissier à Fougères, de Madame Lendormy et de Madame Gonouala, de Fougères.

Il est conduit à la prison Jacques Cartier, à Rennes, puis à celle d’Angers et enfin, il est interné à Compiègne. De là, il est déporté en Allemagne. A Neuengamme et à Bergen-Belsen. Sans doute, est-il décédé à l’hôpital de Bergen.

 

Tous les détenus politiques n’ont pas eu  la chance de connaître une libération réelle. Jules Geffroy a été repris par les gendarmes à Louvigné-du-Désert. Fernand Ledoux a trouvé refuge de longues semaines dans un grenier, à Fougères. La sortie du lieu de détention ne signifiait pas la fin des angoisses.

 

Daniel Heudré