Pierre HERBART ( Alias LE VIGAN)

Libérateur de Rennes- Ecrivain

(1903 – 1974)

Plan du site-Liste des biographies

herbart.jpg (41712 octets)Pierre, Maurice Herbart est né le 29 mai 1903, à Dunkerque (59), dans une famille aisée (son grand-père est directeur des chantiers navals, de la chambre de commerce, des chemins de fer du Nord et armateur), mais très vite la famille est plongée dans l'inconfort matériel, le père ayant décidé de "se faire clochard".

Pierre, à 17 ans, décroche un emploi à Paris, grâce aux recommandations de son grand-père.

En 1923, il est incorporé dans les troupes de Lyautey au Maroc, lui permettant de voyager en Afrique du Nord, le Sénégal, le Mali et au Niger. Il revient de temps à autre à Dunkerque voir sa mère et son frère.

L'année suivante, il rencontre Jean Cocteau, auquel il voue une grande admiration. Il en restera très proche jusqu'à la rencontre par hasard, en 1929, d'André Gide. En septembre 1931, Pierre Herbart épouse Elisabeth van Rysselberghe. André Gide s'occupe de la publication du premier roman de Pierre Herbart, Le Rôdeur, chez Gallimard, tandis que le couple part s'installer à Cabris. En Novembre, il rencontre alors une journaliste-reporteur au Petit Parisien, qui lui propose de suivre les traces en Indochine du Ministre des Colonies, Paul Reynaud. Il en revient anti-colonialiste. Ce qui lui attire la sympathie des communistes français qui, en 1933, lui confit pour l'Humanité un reportage en Espagne, puis en 1935, il part pour Moscou, succédant à Paul Nizan et Paul Vaillant-Couturier, à la Direction de la "Revue Internationale". En 1936, il rentre à Paris et organise un voyage en U.R.S.S. pour André Gide, Eugène Dabit, Louis Guilloux, Jeff Last et Schiffrin.

En Janvier 1938, il part pour Dakar avec André Gide, nommé membre d'une commission coloniale.

Lorsque la Seconde Guerre mondiale éclate, bien que réformé Pierre Herbart offre son aide à l'armée. Il s'engage dans la Résistance, entre dans le réseau Bretagne-Normandie. Sous le nom de général Le Vigan, il participe à la mise en place d'un réseau qui aide les jeunes à fuir le S.T.O. (Service au Travail Obligatoire), collabore à différentes revues résistantes et participe à la création de Défense de la France, qui deviendra France-Soir. Il est désigné, en 1944, par le M.L.N. (Mouvement de Libération Nationale) comme le chef régional en Bretagne, pour succéder à Maurice Prestault arrêté par les Allemands et fusillé. Le Vigan est chargé de déterminer les conditions et le moment de l'insurrection de la résistance contre les Allemands. Il doit mettre en place, dans les départements dont il a la charge, les nouvelles autorités civiles avant l'arrivée des troupes alliées. Le 1er août 1944, les Américains sont à Maison Blanche, aux portes de Rennes, bloqués par la D.C.A. allemande. La Ville est bombardée sans raison valable, Le Vigan envoie des estafettes supplier les Américains d'entrer dans la ville, ce qu'ils feront le 4 août. La veille il a mis en place Victor Le Gorgeu à la Préfecture, Hubert de Solminihiac est envoyé prendre la Mairie en attendant, Yves Milon.

Début août, il fait partie du Comité Départemental  de Libération.

A la Libération, Albert Camus l'invite à participer à Combat. Il participe avec ce dernier à divers scénarii.

En 1951, André Gide meurt et en 1952, il publie un portrait de celui-ci, A la rencontre d'André Gide, qui lui attire les foudres des admirateurs et de certains proches d'André Gide. De 1945 à 1970, six romans paraissent mais ne rencontrent pas l'adhésion du public.

Pierre Herbart, meurt le 3 août 1974, à Grasse oublié de tous, son corps est jeté à la fosse commune, puis sera finalement enterré à Cabris

  

Notice biographique Joël DAVID

   
Sources:
1 Mémoire de Granit