Ed: 07/04/2017

g-b.gif (311 octets)

Jean AUFFRET, un ouvrier membre du Parti Communiste

Arrêté pour sabotage

Pour enrichir la mémoire du passé, nous recherchons des témoignages ou des documents  sur la Résistance en Ille-et-Vilainewrite5.gif (312 octets)

 

 

Jean Auffret est né le 16 avril 1902  à Quistinic (Morbihan). Ouvrier du bâtiment, il est marié et père d’un enfant. Domicilié à Kremlin-Bicêtre (Seine, Val-de-Marne), il travaille comme puisatier dans une entreprise de travaux publics, à Fontenay-aux-Roses (Seine, Hauts-de-Seine). Alors qu’il travaille à Pontchâteau (Loire-Inférieure, Loire-Atlantique) pour le compte d’une entreprise allemande, il est arrêté le 6 juin 1944  par des membres de la Gestapo pour sabotage et destruction de matériel. Précédemment, suite à une dénonciation,  un rapport en date du 15 janvier 1944 le signale comme étant au service du Komintern (Internationale communiste). Il est interné  au mois de juillet à la prison Lafayette de Nantes, puis au fort Hatry à Belfort, où il  est  libéré le 26 août 1944. En septembre 1944, il part se réfugier en Suisse. Deux versions sont en présence. Jean Auffret n’est pas admis comme interné politique. Il ne figure pas dans les sommiers judiciaires, registres tenus par la préfecture de police, bien que connu des Renseignements Généraux et des Jeux.

SOURCE : DAVCC, Caen

 

Daniel Heudré